~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kyoko. Or just KEI.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Kyoko. Or just KEI.   Ven 18 Jan - 16:17

    I. Identité.

    • N0M > Sayaka.
    • PREN0M > Kyoko.
    • ÂGE > 17 ans.
      • DATE DE NAISSANCE > 18 Janvier.


    II. Contexte Historique.

    • NATIONALITE > Japonaise.

    • FAMILLE > Une famille. Pourrait-on au moins qualifier cette chose ainsi ? L'Etat ne s'en préoccupe peut-être pas, mais d'un point de vu moral, c'est tout autre chose. Education, Amour, ne rime pas avec Sayaka.
      En premier lieux, prenez le père de Kyoko, c'est le genre de personne qui mettent enceinte une adolescente à seize ans et ne l'assume pas, préférant s'enfuir, sans préavis, sans courage, par lacheté et principe. Donc la mère de Kei du l'élever seule, et de plus : sous l'emprise de la drogue en permanance. Une petite fille qui s'épanouïe dans ce milieu ne donne jamais rien de bon. Néanmoins, Kyoko se porte bien, du moins maintenant, elle a eu cependant plusieurs sorte de « crises » où elle se laissait allée dans ces « jeux familiaux » , mais étant dotée d'une assez grande maturité, elle a su facilement remonter la pente, bien qu'elle fume régulièrement de la Marijuana.
      L'adolescente ne connais personne d'autre. Du moins, elle sait qu'elle a un beau-frère de par l'intermédiaire de sa mère mais n'en a jamais vu les couleurs. Parfois elle se l'imagine à l'université, comme elle, peut être le croisera-t-elle un jour ? Il paraît qu'ils ont le même âge en plus. Cependant, ils n'ont pas le même nom de famille vu que son père ne l'a pas reconnu à elle, elle porte celui de sa mère. Parfois, elle peut se surprendre à penser à ce père qui les a abondonnées, se dire que c'est seulement une erreur de jeunesse et qu'il reviendra peut être un jour, ne serait-ce rien que pour la connaître. Mais que dalle. Aucun signe de vie en dix neuf ans.
      Aucun grand-père, ni grand-mère. Du moins, pas en la connaissance de la future réalisatrice. D'après sa mère, ses parents sont mort dans un accident de voiture lorsqu'elle était gamine, et ceux de son « ex » (donc du père de Kyoko), elle n'en avait aucune idée. Il fallait dire qu'ils étaient restés ensemble que un mois et que la petite fille était arrivée par accident, et que lorsque Aiko (le prénom de sa mère) s'en est rendue compte, il était trop tard pour avorter.
      Pas l'ombre d'un oncle, ni d'une tante. De toute façon, sa mère lui a apprit à ne pas compter sur sa famille, même pas sur elle, juste en soi-même. De toute manière, Kei s'en est aperçut très très vite, si je puis dire.


    • HISTOIRE >
      Tout est gratuis. C'est un secret.
      Une seule chose n'est pas gratuite : vous. Pourtant, vous faites tout ce qu'on vous dit de faire. Vous restez assis dans votre coin jusqu'à ce qu'on vous crie : « Debout ! » Puis vous attendez sagement qu'on vous commande : « En avant, marche ! ». Peut être que vous aimez ça, aprés tout. C'est facile. Il n'y a rien à faire. Pas besoin de réfléchir, pas besoin de sentiments. Des fois, je me demande comment mes pieds collent encore à cette planète. Ils ont tout fait pour me retenir... ma mère, l'école. Ils m'ont mise dans des maisons de correction avec des types sympas, ils m'ont mise dans des maisons de correction avec des salauds qui m'ont fait subir des trucs donc je ne veux même pas vous parler. Mais ça va. Et vous ? C'est du contrôle mental, vous voyez ? Il faut aller à l'école, réussir ses examens, faire des études supérieures, décrocher un boulot, se marier, ne pas rater le coche, et surtout ne pas trainer, sinon on fout sa vie en l'air. Et ça commence le jour de votre naissance. La moindre seconde de votre vie est surveillée. Quand vous aurez des enfants, ils leur feront croire qu'il faut porter un masque en plastique et se mettre un penny dans le nez pour respirer. Ecoutez tante Kyoko : elle a compris comment faire. L'air est gratuit. Ah bon, vous le saviez ? Tant mieux. Des fois, je me mets à ma fenêtre et je vois les gens honnêtes courir au travail, revenir du travail, aller apprendre à travailler... Et j'ai envie de leur crier : « Eh ! Ecoutez-moi ! Ca ne marche pas comme ça ! Ca ne marche pas comme ça ! ». Je ne l'ai jamais fais. C'est inutile. Ils sont trop lourds à secouer. Je suis si différente d'eux qu'ils ne me voient même pas.
      Vous voulez que je continue ? Très bien. Bientôt vous saurez tout.
      On est libre de faire ce qu'on veut.
      Vous ne me croyez pas. Vous vous dites : « Elle est folle. » Oui, je suis folle – de moi. Et vous, vous êtes quoi ? Vous êtes fous d'eux. Vous ne vous en rendez même pas compte. Je parie que vous n'avez même jamais eu l'occasion de savoir. Souvenez-vous, quand on est petit, ils passent leur temps à nous répéter : « Méchante fille, méchant garçon », tout ça parce qu'on a cassé quelque chose ou dit un gros mot. Dans leur bouche, ça veut dire : « Tu n'es pas quelqu'un de bien ». Mais c'est faux, on a fait quelque chose de pas bien, c'est tout. On ne devient pas mauvais pour autant. Vous êtes fantastique. Vous êtes merveilleux, tout ce que vous faites est merveilleux, uniquement parce que vous le faites. Vous êtes solide, je vous le jure. On peut faire des choses pas bien et savoir qu'elles ne sont pas bien, et vice versa, mais ça n'a rien à voir avec ce que l'on est réellement. On reste soi-même. Ecoutez-ça : on peut être ce qu'on veut. Mais attention ! C'est un pouvoir. C'est de la Magie Ecoutez bien cette formule : on peut être ce qu'on veut, on peut faire ce qu'on veut, on peut être ce qu'on veut. Laissez vous bercer par ces douces paroles. Vous êtes... tout le monde et personne. Vous êtes ce que vous voulez être. Et quand on reste soi-même, même si on mange des trucs mauvais, ils ont bon goût, juste parce qu'on les mange. On peut même leur lécher le cul, si nécessaire. Vous avez déjà écouté les profs, les parents, les hommes politiques ? Ils disent : « Si tu voles, tu es un voleur, si tu couches, tu es une pute, si tu prend de la drole, tu es un junkie ». Ils cherchent à infiltrer votre cerveau et à vous contrôler par la peur. Vous pensez peut être que vos parents vous aiment. Pourtant, si vous faites des choses pas bien, ils essayeront de vous détruire, comme les miens m'ont détruite. C'est la punition pour être soi-même. Il ne faut pas jouer leur jeu. Tout ce qu'ils racontent n'a rien à voir avec vous : vous êtes fantastique.
      J'ai tout fait. Tout. Tout ce que vous pouvez imaginer, je l'ai fait. Tout ce que vous n'avez jamais osé faire, tout ce dont vous rêviez, tout ce qui vous faisait envie, mais que vous avez aussitôt oublié en vous disant que vous n'auriez jamais le courage... Je les ai faites hier, pendant que vous dormiez.
      (CF JUNK)


Dernière édition par le Ven 18 Jan - 17:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Ven 18 Jan - 17:07

    « Dans une société bloquée où tout le monde est coupable, le seul crime est de se faire prendre. Dans un univers de voleurs, le seul péché définitif est la stupidité. »


    Vous voyez une fille qui arrive en trombe devant vous. Elle ne court pas mais marche à une telle vitesse que ça en rendrait jaloux un aigle. Ses yeux vous paralyse, vous ne bougez pas et restez inerte. Vous ne comprenez pas mais elle porte toute son attention vers vous qui pourrez être le destin de sa vie. Elle ne sait ce que vous avez, mais elle vous trouve presque unique, ou alors vous êtes peut être le psychologue du coin qui a une bonne réputation. Vous savez que c'est les vacances et que dans les quartiers mal-fréquentés, la drogue et l'alcool sont l'opium des jeunes. La peur vous ronge. Vous fixez toujours ses yeux, ils sont bleu comme l'eau que vous avez ingurgité à midi, de plus, le rouge écarlate qui entoure ses pupilles donne un contraste particulier. Vous ne cisaillez pas mais l'envie de vous enfuir en prenant vos jambes à votre cou ne s'arrête pas. Mais vous persistez. La curiosité vous empare d'une volupte passion envers cette inconnue que vous apercevez pour la première fois. Elle s'approche encore plus de vous et l'envie de s'aventurer dans son territoire ne vous dérange plus. La confiance n'est pas encore là et ne le serra sans doute jamais, mais vous être intrigués, particulièrement atteind d'une maladie que vous ne pourrez expliquer. Votre coeur s'excite dans votre cage thoracique et vous ne comprenez pas pourquoi. Vous avez l'impression de vivre quelque chose d'unique, que ce n'est que le début et que la suite vous marquera à vie. Vous ne comprenez pas ce qu'une adolescente pourrait vous apporter, mais vous persistez. Vous la scrutez du regard et elle ne se retient pas de faire de même. Vous vous laissez lobotomiser par son regard. Envouté par une sirène, attention à ne pas tomber du bateau Ulysse, sauf si ce n'est pas déjà fais. Elle s'approche encore plus. Elle n'est plus qu'à quelques centimètre de vous. Par peur, vous baissez le regard pour parcourrir ses doigts fin, la couleur pâle qui en ressort ne vous choque pas plus que ses yeux mais vous vous attardez sur la bouteille d'alcool qu'elle entreprenait d'ouvrir. Elle vous fixe encore, et dès que vous redressez votre regard vous ne pouvez vous empêcher de sursauter lorsque vous remarquez qu'elle n'est qu'à quelques centimètre de votre visage. Elle ne bouge plus, vous non plus. Le silence s'éternalisait entre vous mais vos coeur battaient la chamade. Ce n'était pas de l'amour mais juste votre rencontre. Vous rabaissez votre regard avec crainte pour fixer son autre main. Une cigarette, ou alors un joint se tendait. A en sentir l'odeur vous songerez plus pour une substance illicite. Vous comprendez maintenant pourquoi elle avait les cernes et les pupilles dilatés. Vous suffoquez un instant puis reprenez vos esprit. Votre coeur en prend trop d'un coup et l'âge vous dépasse. Vous vous dites que cette rue n'était pas faite pour voir mais que c'est le destin qui vous y a mené. La demoiselle ne vous adresse pas un mot mais vous continuer de la regarder en proclamant la patience. Vous vous en foutez, vous avez fini votre service depuis une heure et quand vous allez rentrer vous allez voir le même spectacle que d'habitude : votre femme et un autre homme. Vous vous répugniez rien qu'à cette idée que l'envie de sauter d'un immeuble vous parcours à chaque centimètre de plus qui vous rapproche de votre maison. Vous ne comprenez toujours pas le comportement de cette adolescente, mais vous ne bougez pas. Vous comprenez que votre vie prend un nouveau tournant et que cette inconnue vous sort de cette monotonie parfaite. Vous n'y croyez pas mais ne pouvez vous empêcher d'y songer. Ca vous rappelles les films que se matte votre gamin grincheux qui fume des pétards en douce dans sa chambre quand vous n'êtes pas là. Néanmoins vous savez éperdument qu'il le fait. Vous avez envie de braver l'interdit. Et vous savez aussi que cette fille en sait plus que vous sur tout ce qui peut se passer. Elle porte son joint à ses lèvres sans vous dévisager. Etant éteint depuis plusieurs minutes elle se le rallume avec un briquet presque vide. Vous ne savez plus quoi dire ni quoi faire. Vous la scruter comme si vous la voyiez nue. Vous vous faites surement des films mais ne dites pas que ça vous dégouterez. Vous sifflotez. Elle vous recrache la fumer sur votre visage et vous vous étouffez en toussant. Elle rigole, elle ne peut s'en empêcher même si c'est vexant. Cependant, vous ne le prenez pas mal car vous pensez avoir cerné le personnage même si c'est loin d'être le cas. Vous vous redressez et elle vous fixe d'un regard amusé. Elle vous attrape le bras et vous traîne jusqu'à un coin tranquille. Vous vous surprenez à avoir des pensées malsaines, mais ce n'est pas étonnant lorsqu'on sait que votre femme ne vous a pas comblé depuis déjà trois ans. Pourtant, là où elle vous amène ; il y a d'autre personnes. Des SDF, des Punk, et des fils de riches. Tout ce que vous pouvez vous imaginez, ils sont là. Ceux qui ne sont pas du même monde que vous mais qui se mêle à votre personne sans même que vous vous en rendiez compte. Vous rencontrez le fils d'un mec que vous suivez en thérapie depuis déjà deux ans et vous allez l'oublier le lendemain car il vous propose un rail de coke et vous le prenez sans même penser aux conséquences. L'inconnue semble être amusée par cette situation, elle vous tire une nouvelle fois vers elle et s'assoie contre le mur, vous la suivez et vous positionez à coté d'elle. Elle tire une nouvelle fois sur son pétard et vous dévisage. Elle recrache sa fumée dans le vent avec une mine amusée et vous regarde une nouvelle fois. Elle se mordille la langue, et vous essayez de la comprendre.

    « Voilà mon univers. J'sais bien que t'en a rien à faire. Ou peut-être pas. Si tu m'as suivis sans même crier garde t'as sans doute du te faire piéger toi aussi. Dans ton costar tu ressembles presque à un pinguin tu sais ? Moi j'te dis, arrêtes de te prendre la tête. Vous êtes tous lobotomisés par des putains de cons qui sont à la tête de ce pays que vous ne savez même pas ce qu'est la vrai vie. T'as envie d'fumer ? Fume. T'as envie de sniffer ? Snife. On s'en fou. Nous on a pas de règles, on a que des contraites, et même pas, car cette contraite c'est la vie ou c'est nos familles. Bien sur, vous, employés qui êtes payés une misère, qui tramez, tramez comme des merdes pour ramener un salaire à votre petite famille qui semble heureuse vous êtes heureux, n'est-ce pas ? »

    Silence.

    « C'était ironique. »

    Vous ne comprenez plus rien, cette gamine a tout compris et vous restez bouche bée. L'envie de pleurer vous prends mais vous ne faites rien car vous savez éperdument que ces jeunes ont une situation pire que la votre pour qu'ils en soient arrivés à ce stade. Rien qu'une journée vous aimeriez être comme eux. A la rue, se la couler douce et fumer, snifer, chanter, danser sur du n'importe quoi tant qu'au final vous êtes bien. Mais vous n'y croyez pas vraiment, à ce bonheur qui ne vous justifie pas tellement. Vous ne soupirez pas mais votre coeur s'affole encore plus dans votre cage thoracique, vous ne saviez pas que les jeunes étaient aussi perspicace. Vous n'aviez pas envie de les aider, mais plutôt de devenir comme eux, proche d'eux. Vous voulez savoir ce que c'est, cette façon de vivre dont ils parlent. Eux qui vivent le pire des blasphlème et qui pourtant sourient à la vie, vous voulez connaître leur secret. Le grand secret. Donc vous restez, vous prenez le pétard que vous tend votre voisin et vous écoutez, vous voyez une fille se joindre à vous et elle ressemble bel et bien à une pute. Vous ne pouvez vous retirer l'envie et le besoin de la prendre et de la retourner tout de suite. Mais vous ne faites rien car vous savez vous controler. D'ailleurs, vous ne faites que ça. Vous regardez encore cette fille qui vous a conduit ici, sans raison. Elle soupire, rigole même, se prend une souflette et se marre, manquant de peut de s'étouffer. Mais elle rigole, c'est l'essentiel et vous êtes rassurés. Vous ne savez toujours pas pourquoi mais vous avez envie d'aller plus loin, d'être carrément dans ce monde que vous effleuriez à peine auparavant. Un monde où la magie n'existe pas que dans les rêves. Un monde d'hallucination mais qui semble vraiment réel.

    « Moi c'est Kyoko, mais appelle moi Kei. Tout le monde m'appelle comme ça. Lui c'est Stan, à coté c'est Billy, l'autre c'est Aya, et la fille à coté qui se tappe un fix c'est Yume. Ah, celle qui arrive à l'instant c'est Purdley. Au fond tu peux vois Sasuke, Rui et Asuka qui font leur partouze habituelle. T'as aussi Maxxie qui doit être partie toper sa dose, ou même partit se tapper un autre gay. Mais y'en a plein d'autre encore mec ! Juste que là, y'en a qui ont des trucs à faire. A minuit c'est mieux normalement. Mais on s'en branle ! On s'éclate ! Point. »

    Vous suffoquez, mais vous vous en foutez. Vous voulez découvrir la vie de ces jeunes. Encore. Vous en avez marre de votre vie, de votre boulot à la con, de votre carrière, de votre famille, de votre putain de télé, de choisir votre machine à lavé, des putain d'bagnoles, des platines laser, des ouvre-boîtes électroniques, de la santé, de votre faible taux de cholestérol et de choisir une bonne mutuelle, penser aux prêts à taux fixe, du putain de petit pavillon, choisir ses amis, ne pas oublier le survet' et le sac qui va avec, de choisir son canapé avec les deux fauteuils, le tout à crédit avec un choix de tissu de merde, et aussi de choisir de bricoler le dimanche matin en s'interrogeant sur le sens de sa vie, choisir de s'affaler sur ce putain de canapé, et se lobotomiser aux jeux télé en se bourrant de MacDo, ous en avez marre de pourrir à l'hospice et de finir en se pissant dessus dans la misère en réalisant qu'on fait honte aux enfants niqués de la tête qu'on a pondu pour qu'ils prennent le relais, espérer trouver son avenir, vous vous en branler de la vie. Pourquoi on vous y penserez en fait ? Vous ne comprenez plus, vous avez l'impression d'être dans un autre monde dans lequel on vous avez destinés depuis plusieurs années et qui vous retirer toute envie de rire. Mais là vous partez en fou rire, cette « Kei » vous attire. Pas sexuellement parlante car la pute d'à coté et légèrement plus canon. Non, elle, elle est intrigante, vous ne pouvez la comprendre, un mystère tourne autour d'elle. Alors qu'elle porte sa bouteille d'alcool qui semble être de la téquila à ses lèvres vous ne pouvez la dévisager. Les rires se mêlent à l'odeur de Cannabis, de Speed et de tout ce qui peut leur passer sous la main. Petit à petit les fix se faisaient rare et tout le monde attendait la prochaine tournée. Ils hurlaient « FREDY ! Putain vieux, ramène ton cul » mais sans succès. Mais l'alcool ne vous limitez en rien. Vous ne touchez pas à l'exta car vous voulez boire à vous en trouer l'estomac. Vous n'avez plus envie de rentrer chez vous, de voir votre fils devant un film porno et votre femme au lit en train de se masturber en penser à son beau blond. Vous n'avez pas envie de creuver mais voulez rester ici. Vous voulez que la bombe d'à coté vous suce la queue et vous serrez même prêt à la payer. Vous pensez qu'à tous les coups elle acceptera car la femme elle doit s'payer sa conso' et elle fait pas son métier pour rien. Vous attendez que la soirée continue, car bon, vous voulez avoir la raison du fait d'être trop déchiré le lendemain aprés l'avoir sauté. Bien sur vous balancerez tout à votre femme en proclamant le divorce. Elle se battra pour avoir son gosse mais vous vous en aurez rien à foutre et continuerait à venir traîner avec les jeunes. Vous avez trouver votre vocation et apparemment ça marche bien. Vous savez que c'est le cercle vicieux qui vous empoisone mais vous n'en avez rien à foutre. C'est votre vie et vous n'avez pas besoin d'un connard pour vous la guider. D'ailleurs vous pensez même démissioner demain, car aider les personnes dans le problème, ça n'a jamais été votre truc. Vous pensez à tout ce que vous pourrez vous offrir et aux montées que vous entreprendrez. Vous êtes déjà au septième ciel et vous baisez Yume comme prévue au fond de la ruelle. Vous le faites sans capote car y'a plus de sensation et qu'elle prend la pillule. Vous vous en foutez de chopper le sida car même la vie n'a plus d'importance. Tant qu'à creuver, mieux vaut le faire en ayant pris son pied. Elle était bonne mais vous l'étiez encore plus. Vous revenez, épuisez, aprés lui avoir balancer une centaine de dollars à la gueule. Un paradis universel. Vous vous approchez de Kei, et vous la dévisager pour foncer une nouvelle fois au fond de l'allée. Vous êtes mort et vous lâchez vos paté. Le goût de gerbe vous remonte jusqu'au cerveau et là vous comprenez que vous avez dépassez vos limites. Ce monde est une illusion que vous aimez mais ne pouvait oublier. Vous vous allongez , et vous vous éttoufez presque dans votre vomi. Vous voyez trouble, et une silhouette s'approche de vous.

    « Tu vois, c'est ça notre vie. Et tu sais quoi mon ? Là tu fais une overdose, une putain d'overdose. C'est comme ça qu'est mort Akira. Il avait fait l'con lui aussi. D'ailleurs y'a pas qu'lui. Mais merde putain. Première fois que tu viens ici et surement la dernière. T'imagines même pas notre vie putain. J't'avais fais venir pour que tu t'éclates, pas que tu t'crève merde. »

    Vous comprenez que la moitié des mots qu'elle vous dis tellement vous êtes en mauvais état. Néanmoins, « OVERDOSE » résonna trois fois d'affilés. Mais vous n'en avez rien à foutre de crever de cette façon, qu'est ce que ça peut faire en fait ? Que dalle si ce n'est être libérer. Il aurait au moins put vivre une journée. Et c'est le maximum qu'il aurait put avoir avec sa mentalité. Kei soupira, elle avait un sourire peut convainquant au bord des lèvres.

    « T'aurais pu arrêter. Non, en fait, t'aurais DU arrêter. Tu sais, moi ma mère elle s'prend une dizaine de fix dans la journée, elle se boit je ne sais combien de bouteilles, c'est un putain de déchet qui fait la pute. Moi j'en ai rien à foutre tu vois. Moi j'fume mes pétard et mon alcool tranquille mais j'touche pas au reste car j'veux pas finir comme une grosse merde. Dans deux semaine j'me casse d'ici pour aller vers de nouveaux horizons. J'veux réussir ma vie putain, pas finir comme ça. T'aurais du comprendre p'tit con. Regarde. Maintenant tu respires plus. T'es mort. T'es content j'espère. Au moins t'auras eu l'illusion de vivre. »

    Vous vous sentez voler et votre mal de crane disparaît d'un coup. Vous voyez votre corps et votre vomi. Vous pensez à Kurt Cobain et aux autres star du même type qui sont mort d'overdose ou noyé dans leur vomi. Vous pensez aller les rejoindre mais n'en savez rien. Vous regardez le film de votre vie passer sous une bande son à la Requiem for a dream. Vous pensez à Yume et encore plus à cette « Kei » cependant vous ne comprenez qu'à moitié ce qui vous est arrivés, et vous vous endormez. Vous voyez repartir Kyoko inerte un porte feuille à la main. Apparemment, c'est le votre, mais vous n'en avait rien à foutre vu que là où vous allez ça ne servira à rien. Votre carte bleue y est présente avec le code. Vous etes tellement con que vous l'aviez noté pour ne pas l'oublier mais au moins ça aura servit. Kei se met à sourire et retire son tee-shirt. Votre dernière vision aura était une fleur de Ren.


Dernière édition par le Ven 18 Jan - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Ven 18 Jan - 17:11

    III. Informations Complémentaires.

    • APPARENCE PHYSIQUE > Belle et rebelle. Non, stupide jeu de mot. Kyoko n'est pas la personne la plus canon qui existe bien qu'elle ait son charme, je l'avoue. Cependant, la beauté est subjective et dépendant des personnes avec qui on est ainsi que la mentalité. Un fashion pourrait la trouver immonde et un autre super belle. Et je ne parle pas des punk, etc. Elle a son genre, qui saute aux yeux. Elle ne se laisse pas aller avec un style superficiel que tout le monde adopte. Bien, que, elle aussi elle soit passer par sa période « slim et tout l'tralala » mais c'était bel et bien avant que la mode soit établie. De toute façon, elle déteste tout ce qui est commercial, comme ça c'est dit. Elle peut aimer un groupe jusqu'à en oublier sa conso' de drogue, mais dès qu'il devient connu, elle se lasse super vite. La radio en boucle, les personnes qu'elle déteste qui en parlent, etc : elle ne se sent plus vraiment unique, et elle a énormément besoin de ça. Elle porte des cheveux longs, bien qu'il y a quelques années ils étaient courts du au fait qu'elle avait des Dread Lock's. Elle les aimait beaucoup et ça lui arrachait le coeur de devoir les couper, mais elle ne pouvait pas bosser légalement avec, et c'était peine perdue, elle avait trop besoin d'argent. Ils sont d'un roux éteincellant, variant parfois vers le blond avec les rayons du soleil, ils lui arrivent en dessous des omoplates et sont très fins ce qui évite beaucoup de problèmes : noeux, etc. Raides de nature, elle n'a pas le problème de toute les autres filles qui est de se les lisser après chaque lavage. Et étant une flémmarde de base, elle n'en aurait certainement pas eu le courage. Déjà rien qu'avec ses Dreads elle galérait, je ne préfère même pas immaginer si elle devait s'en occuper à ce point. Elle a une frange assez dégradée. Ayant une pote qui fait de la coiffure pour se faire un peu d'argent, elle change souvent sans vraiment trop couper (elle suporte plus les cheveux courts depuis qu'elle les a eu). Ses yeux son assez grand, et sont d'une couleur bleu d'eau, pas vraiment envoutant, vous imaginerez aussi qu'ils sont très souvent dilatés et on ne se posera pas la question deux fois. Bien entendus, le sommeil y joue pour beaucoup mais la fumette encore plus. Ses cils sont en parfait accorder et ses sourcils sont épilés de façon à que ce soit potable, attention, c'est un énorme éffort. Elle ne se maquille pas les paupières, à vrai dire, elle ne se maquille pas du tout sauf lorsque Yume insiste (une amie). Le teint de sa peau est très pâle, se rapprochant presque de la couleur d'un cadavre. On lui dit souvent qu'elle a l'air d'un vampire à cause de ça et ses yeux écarlate. De plus, elle ne dégage pas réellement d'expression donc on ne sait pas si elle est aggressive ou non (du moins, aux premiers abords, lorsqu'on la connait bien on délire à fond avec cette demoiselle). Ses lèvres sont assez fines, (en gros, elle n'a pas une bouche de suceuse, BEUH xD). Un visage ovale, assez basique, un nez petit, assez discret, des mèches qui lui recouvrent un oeil ainsi que pas mal des joues. Ca lui donne un coté presque mystérieux. Elle est de taille assez petite et dépasse à peine le mètre soixante-cinq. Elle ne s'en préoccupe pas, de toute façon « Tout ce qui est petit est mignon » et de plus, ce n'est pas du genre à se préoccuper à fond sur son physique (c'est une romantique vous comprenez). Hum, non pas du tout. Mais : « Un trou est un trou, et la bite n'a pas d'oeils (*SORS*) » Elle n'a pas des formes énormes, ses seins sont de taille normale et ses fesses n'en parlons pas. Ce n'est pas une grosse gourmande donc elle est extremement maigre. On peut facilement voir ses os, c'est très proche de l'anorexie mais elle a toujours été ainsi. Si elle se fringuait mieux, peut être même qu'elle aurait eu ses chances en tant que mannequins (même pas en rêve elle accepterais). Ses jambes sont fines et élancées, mais elle les couvres souvent de pantalons larges bien que parfois elle met des slims ou des jeans serrés troués de tous les cotés avec un colan résille en dessous. Elle prend tout de même un minimum soin d'elle. Aprés tout, c'est une fille (bien spéciale). Elle a des pieds et orteils normaux, ses parties génitales n'ont aucuns problèmes, merci de demander.
      Une Particuliarité ? Un tatouage. Elle se l'ait fait lorsqu'elle avait à peine quinze ans, elle avait l'autorisation de sa mère qui s'en fichait tant qu'elle se le payait elle même. C'est une main en bas du dos qui tient une fleur de Ren de couleur bleu. Tatouage unique vu que c'est un dessin qu'elle avait elle même dessinée avant que le tatoueur lui fasse. Elle y est très attachée. Ce n'est pas discret, mais elle en a rien à faire en fait. Elle a aussi un piercing à l'oreille et y met un anneau. Dans son enfance elle en avait aussi un au labret mais qu'elle a enlevé à cause du boulot. Ce n'était pas assez « esthétique » pour eux. Ils n'avaient (et n'ont toujours) pas les même valeurs (pauvres ploucs).
      Son style vestimentaire ? Un style particulier nous allons dire. Elle porte ce qu'elle veut quand elle veut. Elle peut changer de style d'un moment à l'autre. Elle peut venir en slim et le lendemain en baguy. N'allons pas trop loin, elle ne s'habille pas en clown, quoi que, parfois, c'est tellement coloré qu'on y croirait. Elle est très extravagante. Niveau bijoux, elle porte seulement un collier et une bague. Néanmoins, elle est adepte de tout ce qui concerne les trous. Ses jeans sont des épaves parfois, digne des SDF (et pourtant ce n'est pas l'cas, mais limite elle irait bien dans un squat). Elle est parfois année soixante. Un peu comme Sandy dans Grease lors de la dernière scène (film extrêmement connu pour les incultes) quand l'envie lui prend. Elle ne se préoccupe pas du regard des autres et c'est ce qui fait sa force (si si). Elle est donc très variée et le contraire de ces filles superficielle qui suivent la mode de A à Z. Bon, parfois, elle délire comme souvent. Quand on est pas vraiment clean on fait tous de la merde hein. Donc les vas et viens dans les magasins qui coutent la peau du cul ça y va, appareil photo en poche, ce qui donne pas mal de dossier au final. Bon, vous l'aurez compris, on ne peut définir son style vestimentaire. Ou alors, peut être « baba cool pseudo emo pseudo fashion pseudo gothique » Ah nan ça l'fait pas.

    • CARACTERE > La « je-m'en-foutiste » à l'état pur. Vous pourrez penser d'elle ce que vous voulez, elle en à rien à foutre. Faire la focul avec elle : idem. Elle vit et ne se préoccupe pas vraiment des autres. Bien entendus, lorsqu'elle a des amis proches, ça lui fait mal si elle se fait trahir et peut être rancunière dans certains cas, mais généralement, elle ne se prend pas la tête et vie au jour le jour (et préfère ne pas s'attacher, pour éviter le cas inverse). Ca peut être vu comme une qualité ou comme un défaut vu qu'elle ne réfléchie pas avant d'agir, ce qui peut causer beaucoup de précipitations effrontées ou pire : violentes. Mais elle se débrouille toujours. C'est une personne très indépendante, elle a horreur de devoir demander un ou deux services à un pote ou pire à une connaissance ou carrément un inconnu. Ca peut être comme dépanner de la thunes ou encore une cigarette, et parfois, demander l'heure pourrait être pour elle un suplice. Elle proclame la « liberté, » ça a été une punk durant toute sa pré-adolescente, niveau dreads lock's elle connait, bien qu'elle les regrette éperdument. Elle est, de ce fait, très généreuse et partage tout avec ses potes (bon, pas trop non plus, mais un maximum nécessaire). Elle est agréable, mais cependant très franche. Elle a horreur du mensonge, donc elle dit de suite ce qu'elle pense ce qui peut parfois être vexant et froid. Mais elle ne fait pas vraiment expret. De plus, aprés elle emmagasine trop de choses et ça lui fait se prendre la tête, ce dont elle a horreur (comme dit plus haut), alors vaux mieux parler que se taire, une philosophie à deux balles mais qui marche. Elle n'est pas du genre « réservé, » bien au contraire, elle se met bien devant, du moins, elle est assez sociable bien qu'elle sélectione ses amis. Non pas pour leur argent etc, mais plutôt pour leur culture, le fait qu'ils soientt gentil, généreux, et surtout : intéressants. Elle a horreur de parler ou discuter avec des personnes qui n'en vallent pas la peine. Elle a des envies de meurtre tout le long, surtout avec ceux qui ne cessent pas de parler d'eux-même et qui, de ce fait, lui empêche d'en placer une pour qu'ils se la ferment. Elle sait se faire respecter, et de plus : se battre. Elle a vécu jadis dans une balieux et ce n'est pas la rigolade. Surtout avec les dealeurs à qui il ne faut pas trop casser les pieds sinon on s'en mort les doigts, et encore plus lorsque c'est de la drogue dure. Je vous rassure, elle a de l'amour propre et n'est pas aller jusqu'à vendre son corps (contrairement à sa mère, et Kyoko le sait bien), mais elle bossait beaucoup pour se payer sa cam, et bien sur, illégalement. Comme quoi, les règles sont faites pour être ignorée. Néanmoins, elle a vut plein de connaissance ou plutôt de « contact » finir en taule à cause de ça. Etant mineure à l'époque, elle n'a rien eu de spécial si ce n'est une nuit au poste (gentil, n'est ce pas ?). C'est la pro des « plans galérage » ; elle se fait plein de films, de plans, mais qui ne se réalisent qu'au dernier moment et peut créer plein (énormément même) d'embrouilles. On ne pourrait les énumérer, mais elle sait s'y prendre. Elle a toujours été une personne calme et posée, et de voir un hyperactif à coté d'elle la rendrait dingue. Ecouter une musique affalée sur son lit calmement, sans qu'il y ait forcément son camarade de chambre à coté : c'est good (surtout quand il est pas là). L'impatience. Elle a horreur de vous attendre durant des heures et de rester sur place à enchainer clope sur clopes. Et c'est pour ça qu'elle arrive généralement (très) en retard, de plus : sans vous prévenir. Elle peut même carrément ne pas y aller par plus fleme our simple envie. C'est une personne, de plus, très lunatique, que beaucoup prennent pour une schizophrène (ce qui, bien entendu, n'est pas le cas, heureusement pour elle). Le silence, la solitude, elle n'en a pas peur, au contraire, elle aime avoir ces petits moments tranquille, néanmoins, pas très longtemps car sinon elle réfléchis trop (tien donc, pour une fois), et ça peut partir en « bad. » En fait, parfois, elle se « voile la face, » elle fait genre elle est heureuse alors que pas du tout. Ou encore un de ses potes lui a fait un truc pas net, mais vu qu'elle l'aime trop pour ne pas vouloir s'engueuler avec lui elle ment en disant que ça va bien. Une chose qu'elle se reproche car c'est contre sa nature. Mais c'est plus fort qu'elle en fait. Elle n'y peut rien et tant pis. Elle n'est pas « Superficielle, » c'est bien le contraire même. Très originale, elle sait s'imposer avec son style de musique ou même d'habits. Vétus généralement d'habits peut commun, elle attire souvent les regards, mais ceux-ci sont plus intéressés que aggressant. Mais elle s'y est habituée, alors qu'avant elle sortait des répliques digne d'une maternelle (voir primaire) « Tu veux ma photo ? » Ce qui créea parfois quelques embrouilles. Elle est optimiste, une bonne qualité. Elle fait tout pour se persuader du meilleur et non du pire. Elle a horreur des gens qui sont toujours en train de rendre leur vie comme des pseudo drames-américains.

    • COMPORTEMENT > Elle vit, comme dit ci-dessus, au jour le jour. Elle ne pense pas vraiment au futur si ce n'est son futur métier ou encore son évolution. Mais généralement, elle s'occupe du présent et non du lendemain. La preuve, elle fait tout à la dernière minute, même ce qui est est important, même ce qui pourrait lui couter la vie. On la la classifie parfois de « rebelle » et d'« anarchiste » (ce qui, parfois, je vous l'accorde peut être justifié, mais ce qu'on dit des autres n'est pas forcément la réalité, vous connaissez les stéréotypes). Aux premiers abord elle peut être froide et distance, c'est en gros un « test, » elle analyse votre comportement, regarde et comprend qui vous êtes réellement, etc. Elle se doit d'avoir confiance en la personne, c'est obligatoire. Elle fut trop trahie dans le passée ce qui lui vallut trop de soucis. Alors que là, la tête libre dans l'vent, elle aime bien et veut le rester à jamais. Planer. High. Vous la verrez aussi souvent assez « hors d'elle, » pas réellement soi même, sauf si c'est comme ça qu'elle est réellement vu que c'est toujours la même chose. Mais bon, elle se limite hein. C'est qu'un petit pétard. Et comme le dit Matmatah : « Un pétard ou un ricard, si t'as vraiment le cafard, à choisir y'a pas photo, je choisi le maroco ! » Ouais bon, généralement, elle écoute du Punk, mais laissez lui ses petits plaisir bretons (oui, elle parle à peu pres bien Français ayant vécue deux ans là-bas).

    • LIKE / DISLIKE La photographie ainsi que la vidéo. Elle pourrait passer des heures sur une prise, même filmer une poche poubelle ne la gênerait pas s'il y avait une quelconque magie (nous allons la comparer au copain de Jane dans « American Beauty (pour les incultes : BANG!) » ). Elle aime aussi beaucoup la défonse. Bah quoi, elle est jeune hein. Et puis ; « Deux petits joints par jour c'est anti-dépresseur » En gros, toujours Matmatah. Une vrai rock-star (genre). Contrairement à ce que l'on pense, elle lit beaucoup aussi et dessine énormément. En fait, c'est une grande artiste la demoiselle, mais ça personne ne le remarque réellement (les rabats joie). En ce qui concerne ses phobies, elle n'en a pas vraiment en fait. Elle ne se prend pas la tête donc bon.. Peut être voir une nouvelle fois un pote faire un coma éthilique sous ses yeux ? Ou pire une overdose ? Déjà qu'elle avait eut du mal à supporter pour Akira, un autre et c'est.. indéfinissable.


    IV. Autres

    • RÊVE / AMBITION > Aucun.
    • CAUCHEMAR / PHOBIE > La perte d'un être cher ?
    • GROUPE > Free-Lancer.




Dernière édition par le Ven 18 Jan - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Ven 18 Jan - 17:39

    VI. Hors Jeu

    • COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? > Miru <3.
    • QUE PENSEZ-VOUS DU DESIGN ? > J'retrouve enfin mes Mangas : D. Depuis le temps... x). En gros : J'adore (L).
    • QUE PENSEZ-VOUS DE L'INTRIGUE DU FORUM ? > Intéressante, sinon je ne serais pas là =).
    • AVEZ-VU LU LE RÈGLEMENT ? Bon code.


Voilà, elle est terminée =).
Par contre, je tiens à m'excuser pour les fautes, je n'ai pas Word, et même après relecture, je ne pense pas avoir un résultat très glorieux >.<
Voilà voilà !

=).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Ven 18 Jan - 18:14

Hello, je m'occupe de ta fiche.

Général :

Je vois que le partenariat avec Last Night a été fructueux puisque tu viens de là (la maxime sur les voleurs). Je regrette simplement que cette fiche soit adaptable à tout genre de forum. Il aurait été intéressant de lire quelques précisions de contexte qui sont je ne sais plus où.

Premièrement, il n'y a pas d'école. TokyoII est une citée viciée jusque dans son gouvernement, il n'existe plus aucune administration compétente, les flics ferment les yeux 3 fois sur 4 et il y a juste le groupe Justice qui arrive à se démener pour ramener un peu d'ordre, mais eux ce sont des allumés :p

Sinon, c'est ok. Ton personnage s'applique bien au contexte, donc il n'y a rien à retoucher de ce sens là. Dommage que l'histoire ne soit qu'une ode au pessimisme; j'aurais bien aimé voir quelques anecdotes, genre comment elle s'est mise à se passionner pour la photographie, comment elle a eu son appareil ou sa caméra (cher, en la volant ou en économisant ? De quelle façon), la mort de l'Akira-bis elle semble faire un peu je m'en fou devant le personnage auquel elle parle, mais il y a surement autre chose. Comment est-elle tombée dans la drogue.

Pour le groupe, je pense que tu dois en choisir un. A priori ce serait plus free lanceur, mais pourquoi ne pas tenter de rattacher ton personnage à un but, une cause, même encore inconsciente chez le personnage, qui le pousserait à agir dans un certain but, plutôt que le laisser vagabonder sur le forum. Tu risques de devoir commencer des topics en expliquant qu'elle se promenait là par hasard, évidemment au final ça finit par être toujours le même genre de topic. Tu vois ce que je veux dire ?

Détails :

Il y a des fautes, mais elles ne sont pas graves je dirais. C'est de l'inattention ou des erreurs orales avec le très classique échange des -er et -ait, il y a des changements de temps étranges à certains moments, je crois que tu mélanges le futur avec le passé, dans leur formes proches.

En vrac, on dit trimer et pas tramer (tramer c'est carrément autre chose), la monnaie du Japon n'est pas le Penny. A la limite tu peux re-visiter l'expression en disant se mettre un Yen dans le nez, ce genre de chose. Jolie référence à Nana dans la partie Fleur de Ren. Et l'anarchisme n'est pas faire ses devoirs de dernières minutes, c'est de la flemme et c'est le lot commun de tous les étudiants lol.

Avis :
C'est une bonne fiche, elle est pas trop longue (Dieu merci), respecte les critères mais attention à ne pas se perdre dans le pseudo style anarchico-dépressif à la Lolita Pill. Quelques lignes ça va, une fiche entière on commence à s'y perdre. Je sautais des lignes par moment et perdais le fil. Les idées philosophiques c'est bien aussi mais il faut savoir les distiller =)
Ça serait sympa que tu la personnalises un peu plus, histoire de ne pas avoir l'impression qu'Autopsied n'est pas un énième forum avec la même fiche tout le temps. Mais ce n'est pas obligatoire, comment tu le sens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Ven 18 Jan - 18:27

    Alors, il va falloir que je remodelle tout ça. J'avais écris cette base de fiche il y a longtemps, et je pensais pouvoir l'adapter sur ce Forum, surtout que le style m'inspirait.
    Par contre pour les Etudes, j'ai fais une vraie bourre, j'avais pas percuté sur le coup :X. Je vais donc de ce pas modifier tout ça =).
    Et aussi, ce personnage est plutôt spécial, et je ne savait pas vraiment dans quelle catégorie le mettre. Etant donné que Kyoko est totalement "Je-m'en-foutiste" vis-à-vis du monde, elle n'est pas du genre à se forger des buts et à entrer dans un clan pour s'investir. Y traîner ne serait pas un problème, mais aller plus loin le serais. C'est pourquoi je pensais la faire évoluer, et peut-être rencontrer des personnes qui la ferait changer d'avis, ou même l'incrusterait dans un de ces groupes.

    Lorsque je disais "Anarchiste", je ne pensais pas forcément au fait de ne pas faire ses devoirs, c'était plutôt une image, mais il est vrai que le positionner juste après portait à confusion x).

    Pour ce qui concerne Akira, elle est plutôt du genre à cacher ses émotions lorsqu'elle parle (surtout à des inconnus), et même si ça la blesse, elle n'aime pas partir dans la mélancolie pour ce genre de choses, et passe outre la déprime. Sinon, c'est pas spécialement la joie chez elle, et ça a toujours été sa façon à elle d'affronter les passages plutôt 'douloureux' de la vie.

    Et pour la fiche, je peux y ajouter des annecdotes. De toute façon, c'est la première fois que je l'utilise, donc ça ne me pose aucun problème de pouvoir la développer davantage, au contraire, ça me permettra de cerner mieux le personnage =).

    Bon, je m'y remet, et je te préviens lorsque c'est fait ;).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Ven 18 Jan - 18:28

Pas de soucis, tu me MP quand tu auras terminé et j'éditerais ce message =)
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Jeu 24 Jan - 22:51

Des nouvelles de la fiche ?

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Sam 26 Jan - 13:31

Je suis en train de finir de la rédiger ^^
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Ven 22 Fév - 13:51

Dernier Up avant archivage.
Ce serait d'abandonner ce personnage <3

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   Mer 5 Mar - 20:59

Fiche Archivée.

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kyoko. Or just KEI.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kyoko. Or just KEI.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Presentation de Kyoko ^^
» Kyoko Daidoji
» Je ferais n'importe quoi pour toi. [Kyoko]
» Jamais je n'aurais cru me retrouver en toi... [PV Kyoko]
» RP avec Bellina, magnifique jument et Kyoko, poulain imcompris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: Et c'est tout ? :: Musée des souvenirs-
Sauter vers: