~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Ven 8 Fév - 0:50

Mort Désert. Glauque. Tels étaient les lieux de cette funeste plaine sordide. Un champ de ruine... il n'y avait pas alors plus approprié comme nom. On pouvait clairement observer les sillons tracés par le souffle de l'explosion dévastatrice qui eut lieu autre fois, tout y était si livide, si triste, si mélancolique. Il était facile d'imaginer en voyant ces terres grises le chaos qui devait alors régner, le néant que cela avait dû créer, dans le coeur de chacun humain présent...ou peut-être pas. Ce désastre profita pour certain, et Tokyo-II en était la preuve même, avec la Mafia, la Justice et tous les autres pauvres bougres. Le malheur des uns faisait le bonheur des autres...

Le silence. Il n'y avait rien de plus pesant que le silence. Celui-ci conduisait bien des gens à la folie, porte fragile de la démence qui enfermait dans un monde sombre bien des âmes. Le champ de ruine était ainsi... si silencieux, si lourd. L'atmosphère était brûmeuse, plus personne ne se donnait la peine de venir en ces lieux. L'air était comme empoisonné, empli de cendres, son parfum brûlé vous prenait aux tripes, vous laissant un goût âcre dans la bouche.

La nuit était tombée depuis peu, le ciel était noir, pas une lumière, ou tout de moins rien qui illuminait assez les lieux aux allures de cimetières. Cependant, on pouvait encore percevoir où l'on posait ses pieds, des formes, des ombres, des silhouettes. Un éclairage bien léger mais suffisant pour un humain banal. Quand brusquement des bruits de talons se firent entendre. Ils étaient assez étouffés, sans doute par l'épaisseur de la poussière. On pourrait aisément les comparer à des sabots de chevaux, bien qu'ils étaient plus légers, plus souples, plus humains. Ils rythmèrent des pas cadancés, une démarche nonchalante, calme, sereine. Quoi pouvait bien venir ici alors? Quelqu'un d'assez cinique pour contempler la mort et le chaos dans toute sa magnifiscence? Un mélancolique féru d'histoire, un amoureux du passé? Et non... rien de tout cela...

La forme était féminine, féline, une silhouette qui en disait long. On dicernait le balancement des hanches, provoquantes, avenantes, désireuses de bien des choses. De longs cheveux noirs ondulaient le long de ses épaules menues, un visage pâle éclairait alors le tout : Tomoé. Un bien doux prénom pour une personne au passé barbare. Une poupée qui cachait derrière des yeux de velours une personnalité complexe, une psychiatrie étonnante, une sociopathie développée et enrichie par une grande curiosité de la vie.
Elle portait une tenue de cuir qui moulait honteusement et sulfureusement chacune de ses formes. On pouvait en distinguer le bruis des frottements si on prêtait l'oreille. Une jarretière sur sa cuisse maintenant un étui pour une arme à feu, sans doute un petit neuf milliètres. Cachait-elle d'autre chose? Un couteau ou n'importe quoi d'autre? Une hypothèse qui pourrait se révéler juste, mais elle demanderait une fouille au corps ou une action agressive qui pousse notre jeune femme à en user.

Elle marchait, marchait... meumeunant une petite mélodie d'une voix très basse. Unique air qu'elle était capable de se souvenir, de connaître, le dernier son qu'elle entendit de sa vie. Cette musique la hantait, la poursuivait depuis ses trois ans, depuis l'accident. Les rares airs qu'elle connaissait également étaient du Chopin, elle en jouait au piano, seulement deux ou trois airs. Mais cela n'était rien comparé à cette petite musique... elle était peut-être l'unique chose qu'elle désirerait réentendre encore. Cependant, ce qui la gênait le plus dans son attachement à cette mélodie était l'inexplicable effet qu'elle avait sur son subconscient. Cela la calmait, elle croyait l'aimer...bien qu'elle ne savait pas vraiment ce que cela signifiait en subtance, ce que l'on éprouvait vraiment... aimer... elle n'avait jamais su, elle n'avait jamais appris et n'apprendrais peut-être jamais, mais sa volonté était-elle qu'elle désirait s'en approcher. Si ce n'était dans son coeur, au moins dans sa chair. Mais qu'importe alors.

Tomoé était donc là, chatonnant et marchant toujours tout droit, s'enfonçant plus profondément dans le champ de ruine pour en gagner l'épicentre. Mais brusquement, quelque chose craqua. Un bruit dur, comme une cacahuète que l'on croque sous les dents ou plutôt un os sous les crocs d'un loup. La jeune femme s'arrêta, baissant son sombre regard vers le sol. Elle avait posé ses pieds sur des côtés humaines. Il y avait un squelette qui jonchait la poussière, donnait l'air de ramper vers quelque chose afin de l'attraper, tendant le bras dans un ultime geste désespéré jusqu'à ce que la mort et les flammes viennent le faucher. Pathétique. Avec une grande indifférence, l'évadée écrasa de plus belle la "chose" qui était sur son chemin, et reprit sa marche funèbre.

Après quelques minutes, elle se lassa, pensive. Qu'était-elle venue chercher ici? La tranquillité? un rendez-vous avec quelqu'un? Mystère. Tomoé se dirigea vers un tas de ferrail, des poutres métalliques tordues et à moitié fondues par la chaleur de la catastrophe. Calmement, et toujours avec son dédain apparent, elle s'appuya dessus, tout en farfouillant dans son corsage. Elle en sortit un paquet de cigarettes et le briquet se trouvait à l'intérieur. Elle retira une clope, comme l'on disait dans le langage courant, l'amena à ses lèvres carmins. Un nouveau métallique, puis cela d'une flamèche et enfin une inspiration. Un nuage cendré, comme un souffle de dragon, s'échappa de sa bouche. Fumer. Une manie qui exaspérait sa défunte mère.

Un nouveau cliquetis, mais cette fois-ci cela ne venait pas d'elle. Néanmoins, elle ne l'entendit pas... après toutn n'était-ce pas normal pour une jeune femme sourde? Un danger? Dans ce cas elle était en mauvaise posture et si c'était cela, il serait grand temps qu'elle trouve les moyens de se trouver un animal de compagnie qui pourrait être ses oreilles...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Mer 5 Mar - 20:47

[Je m'incruste u___u]


Une sacré bonne humeur avait inondé le vampire. Il repartait en chasse, avide d'une nouvelle proie. La saigner? Pas envie. La cajoler? Sûrement. Il se sentait tellement en manque de tendresse, ce pauvre psychopathe, dont l'approche avec une demoiselle mystérieuse sous des apparences de prostituée n'avait pas été très fructueuse.
Grand manteau noir, allure de prince audacieux qui avait à peine pris soin de se vêtir convenablement, mais la négligence de sa chevelure ébouriffée lui donnait son charme habituel. Il n'était pas de ceux qui passaient le quart de leur temps devant la glace à se pomponner comme une précieuse demoiselle évaporée. Non, l'élégance est naturelle, elle ne se cache pas derrière le pot de gel ou le fond de teint sublime-hâlé-pêche, parce que vous le valez bien.

Fuyant la salle de bains ainsi que son cher manoir hanté, Kristen s'en fut dans les rues de Shirogane d'un pas allègre. Il avait envie de voir du monde, ce jour-là, et de s'amuser un peu. De rencontrer une femme intelligente, de bavarder insouciemment et de la classer directement dans la catégorie “plaisant”. Ou peut-être un homme, mais comment dire... la perspective était moins attirante. Il préférait des amies que des amis.

Il essaya d'éviter les quartiers défavorisés, où trainaient les marchands d'amour ainsi que ceux que la misère n'avait pas épargnés. Ce n'était pas là qu'il trouverait quelqu'un d'intéressant. Ils regardaient tous avec une envie plus ou moins dissimulée ses riches vêtements et sa propreté qui démontrait son appartenance à la haute société à laquelle ils n'osaient même plus rêver; ce qui était assez indisposant. Autant les éviter, même si la ville en regorgeait jusqu'au fond de ses caves.

Ce fut porté par les courants de son enthousiasme que le brun arriva dans Shinjuku, pourtant pas un quartier des mieux fréquentés. Mais qu'importe, il trouverait une colombe innocente... De plus il s'était déniché en route une furieuse envie de chocolat, et d'après ses souvenirs un pâtissier s'était établi dans les parages: raison supplémentaire de respirer un peu l'air de cette chère Tokyo II, si pollué et si délectable.
Mais le marchand de douceurs ne daigna pas montrer le bout de son nez, même après quelques minutes de recherches intensives. Peut-être de l'autre côté...? Mais, avant l'autre côté, il fallait traverser cet espace inconnu qui exhalait la mort à des kilomètres. Un terrain vague des plus banals comme on en trouvait un peu partout dans la cité. Celui-là était immense et portait avec lui un silence lugubre et désert. Très encourageant. Il se demanda un instant s'il n'aurait pas mieux valu contourner tout cela, mais une paresse survenue des tréfonds de son âme et de son corps pourtant survolté des fougues de la jeunesse lui interdisit immédiatement un détour. Poignard en poche, il était assez agile pour échapper à une embuscade -ou peut-être pas. Mais l'aventure est l'aventure, n'est-ce pas?

Risquer sa vie fait partie des joies de l'existence.

Mister BloodStained se hasarda donc dans le champ de ruines, une once de méfiance ajoutée à son entrain joyeux. L'ébauche d'un impersceptible sourire étirant ses lèvres, il marchait à travers les vestiges de la civilisation passée dont il était successeur. Murs solitaires qui tenaient à peine debout, charpentes effondrées, éboulements de toutes parts, la désolation était jusqu'aux corbeaux qui semblaient attendre avidement la mort des passants éventuels... Enjambant débris et restes non identifiés, il progressait avec discrétion, ses yeux de ciel se posant curieusement sur tout ce qui pouvait avoir un semblant d'intérêt.

Pas le moindre signe de vie. Jusqu'à ce que s'éveillent les sens du vampire à la découverte de quelque chose qui n'était ni mort, ni immobile, ni délabré, et semblait même assez vivant. Et, miracle, féminin. Voilà une surprise agréable.

-Oh. Bonjour.

Il avait ralenti avant de s'arrêter complètement devant la jeune femme. Grande, brune, jolie. Miam. Pas en chocolat, mais apétissante tout de même. Le cuir laissait présager un certain caractère, ainsi que la cigarette qu'elle tenait entre ses doigts d'un air désinvolte. C'était amusant, les femmes à tempérament inflammable. Elles avaient le sang chaud.
Elle s'était raidie à l'approche de Kristen, visiblement égaré au milieu de ruines vétustes alors qu'il recherchait une pâtisserie. Les vampires ne se satisfont pas que d'hémoglobine, figurez-vous. Jaugeant quelques instants la demoiselle du regard, il en conclut de rester tout de même sur ses gardes avant de trop s'approcher...

-Dites, vous ne sauriez pas où je pourrais trouver un boulanger proche d'ici?

Cela pouvait paraître assez incongru.

-Oui, je sais, les boulangeries ne poussent pas comme ça au milieu des ruines. Mais dans le coin...?

Quoi, vous ne voyez jamais débarquer de -charmants, élégants et séduisants- jeunes hommes qui cherchent un peu de chocolat dans ce triste monde? Il soupira avant de rajuster nonchalamment les pans de son manteau. Chemise blanche, pantalon et veste noirs, on pouvait trouver étonnant de trouver un héritier en un tel lieu. Mais il faut s'attendre à tout en ce monde, n'est-ce pas?
Kristen lui jeta un regard en biais, interrompant son exploration du paysage alentour. Etait-elle sa nouvelle proie officielle? Il fallait voir. Il n'en était pas convaincu, malgré le physique attirant de la brune. Elle semblait cacher quelque chose. Il ne s'autorisa pas encore à sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Jeu 6 Mar - 1:56

Tomoé était enfermée dans son monde de silence, un monde sombre et dépourvu de ce que l'on pourrait appeler de joie de vivre. Mais après tout, qu'étais-ce cela? Elle n'en avait nullement la notion. Plaisir, désir, envie... colère, haine, rancune... tout ce qui faisait de l'humanité ce qu'elle était, elle ne le connaissait pas. Non. Son savoir résidait à ce qu'elle avait pu observer, ce qu'elle avait pu lire à travers des mots. Néanmoins rien de tout cela ne pouvait trouver échos dans son esprit complexe. Cependant, pour comprendre, elle devait se montrer curieuse et avide d'expériences, et elle l'était. Toute chose était bonne à prendre. C'était ainsi qu'elle connut certaines émotions. Car rappelons-le, l'émotion est une notion physiologique; les sentiments, une notion totalement psychologique et subjective. C'était cela dont elle était dépourvue. Pleurer par tristesse, désirer par amour... des choses qui demeureront inconnues pour la demoiselle à la tenue de cuir. Ce défaut psychiatrique de toujours lui faisait énormément préjudice, notemment lui collant une image de jeune femme sans état d'âme, qui à la vue de son casier judiciaire pourrait être un appui en cette faveur, mais, n'y avait-il pas autre chose de plus palpitant derrière tout cela? Un véritable défi pour les amoureux de l'extrême!

Cigarette en bouche, la jeune évadée tenait toujours son briquet précieux en main. D'un mouvement de doigt, elle ne cessait d'en ouvrir le couvercle, de l'allumer, et de le rabattre... recommençant inlassablement de cette façon. Son regard noir, lui, balayait le terrible désastre qui jadis balaya ce champ dans lequel elle se trouvait présentement. Pas un souffle de vent. Impossible dans ces lieux hermétiques. Dommage. Elle aurait aimé connaître cette sensation de manière naturelle, et pas seulement dû par le souffle d'un homme s'approchant d'elle, pas seuleument par un ventilateur d'un pub lugubre... Une chose qu'elle ne connaîtrait jamais non plus. Elle se contenterait alors de ce que Dieu lui donnait... bien qu'elle n'avait aucun sens de la religion non plus. Décidément.

Mais alors que ses yeux passaient impassiblement sur l'horizon, elle se stoppa nettement quand elle vit la silhouette masculine d'un jeune homme remarquablement bien guindé. Si l'on connaissait les règles de la beauté et du charme, il était indéniable que celui-là faisait partie du top-five des beaux parties. Un teint parfait, surtout pour une personne vivant ici, un regard azuré, une tenue élégante.... mais cependant il existait un aspect négligé chez lui, observable dans sa coupe de cheveux. Pourtant, il avait toujours de l'allure. Un fait admirable que certainement bien des hommes devaient lui envier. Mais croyez-vous que c'était le genre de détail qui intéresserait notre dame mystérieuse? Bien sur que non. Elle n'était pas vénale, elle n'était pas nymphomane, elle n'était pas non plus une de ses femmes banales et aux envies de trouver un bon mari ou autre. Non. Elle était spéciale et fonctionnait à la nouveauté et à la curiosité, toujours prête pour tout et n'importe quoi, surtout si cela lui apportait de nouvelles sensations. Peut-être que cet étrange inconnu pourrait lui être "utile".

Le cliqueti métallique de son briquet s'arrêta aussi nettement que ses yeux sur le damoiseau. Fermant dans un ultime geste celui-ci, elle le rangea lentement dans son corsage, au creux de sa poitrine, là où elle cachait également son paquet de clopes. Toujours silencieuse, elle le regardait de haut en bas, l'observant. Son expression faciale était placide et sa façon de garder ses yeux aussi fixement sur lui était étrange et déroutant. Il parlait, mais il ne se doutait pas un seul instant qu'elle était incapable de distinguer le moindre son de sa voix, qu'elle soit délicieuse ou exécrable. Quelque part c'était assez frustrant pour elle, mais étant donné qu'elle n'avait plus d'ouïe depuis ses trois ans... ce "sentiment" là avait disparu.

Nonchanalement, elle porta sa main frêle vers sa bouche, saisissant sa cigarette entre son index et majeur, recrachant avec volupté et sensualité la fumée de celle-ci. Affichant soudainement une petite moue curieuse sans grande raison apparente, toujours enfermée dans un mutisme énigmatique jusque là. Cependant, elle fit un signe à l'inccnnu qui était relativement éloignée d'elle. Signe qui lui indiquait de venir plus près. Une audace pleine de provocation? Cette fausse vérité là serait hautement plus séduisante alors qu'il ne s'agissait que d'une chose : elle ne distinguait pas assez bien ses lèvres pour lire ce qu'il racontait.

Allait-il s'approcher ou faire preuve de méfiance? En tout cas, sous les premiers abords, il ne souriait nullement. Il faudrait que Tomoé tente de s'annoncer elle-même qui lui était impossible de converser normalement. Sur le coup, la première idée qu'elle eut : le laguage des signes.

Calmement, elle jeta simplement sa cigarette qui fut rapidement consommée sur le sol, déjà cendré. La jeune femme se redressa alors dans un mouvement allant vers l'avant, ses cheveux d'ébène basculant en même temps. On pouvait mettre dicerner les frottements de ses vêtements de cuirs. Là, de son talon, elle prit la peine d'écraser ce qu'elle avait jeté, tête baissée. Puis dans un nouvel élan, elle balaya sa chevelure en arrière, posant intensément ses yeux sur la le visage de son camarade d'une nuit. Et à cet instant, elle effectua diverses signes grancieux de ses mains. Il y avait peu de chance que son interlocuteur possède la connaissance nécessaire pour décrypter sa réponse. Ce fut ainsi qu'elle porta, une fois finie, l'une de ses mains sur sa george. Ses doigts palpaient alors ses cordes vocales. Et pour la première fois depuis que leur regard s'était croisé, elle parla d'une voix net et monotone, tentant de la rendre la plus humaine possible.... mais vue son handicap, il était déjà formidable qu'elle puisse faire pareille performance que de contrôler le débit de sa voix même.


" Pourriez-vous vous approchez un peu plus près s'il vous plaît. Je suis malheureusement pourvue de surdité. A cet distance, je ne distingue pas vos lèvres et ne peut ainsi lire votre dialogue. Je ne peux donc par conséquant ne vous fournir aucune réponse à vos questions si tel fut le cas. Pardonnez moi donc si mon silence a pu vous offenser d'une quelconque façon. "

Tomoé relâcha alors l'étreinte de sa main sur sa propre gorge, afin de conserver ses mains le long du corps. Là, elle montra ses paumes ouvertement vers l'inconnu, afin de le rassurer sur ses intentions et que, dans l'immédiat, elle n'avait point envie de lui faire du mal d'une quelconque façon. Et elle ne le désirait pas car elle était subitement intriguée par cette intrusion.

Une fois posée ainsi, son silence retomba immédiatement, mais son regard ne quitta pas le jeune homme élégant, aux allures de dandy qui se trouvait en face d'elle. Elle se questionnait... Oui, elle se questionnait sur le pourquoi de sa présence. Elle ne savait que trop que les riches et beaux hommes n'étaient pas forcément noctambules sauf... dans des cas d'exception. Ce qui signifiait évidemment que le jeune homme présent était un original ou bien quelqu'un qui cachait quelque chose... La nuit était une magnifique couverture pour bien des méfaits et une alliée puissante.

Conservant ses positions, mains ouvertes, elle attendait un quelconque signe du mystérieux homme attreyant.... Peut-être n'avait-elle pas perdu sa soirée?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Dim 16 Mar - 14:43

[et, 'tention, hein, pas de réponse avant trois jours <3]


Pas de réponse. Comme c'était agréable de se sentir pris en compte, rien qu'un tant soit peu d'attention dans ce monde de brutes insensibles. Si les femmes, qu'on disait à l'écoute, s'y mettaient aussi... Kristen observait l'adversaire en silence, quelque peu ennuyé, jusqu'à ce que celle-ci daigne enfin lui accorder un signe. O joie, sa présence semblait avoir enfin affecté la demoiselle aux cheveux noirs... Mais apparemment il n'était pas assez bien pour recevoir quelque réponse. Juste un signe. Un peu comme les chiens. Elle commençait légèrement à lui taper sur le système.

Mais alors qu'il hésitait à la classer dans la catégorie “déplaisant”-mauvais augure, elle se résolut enfin à s'approcher avec une attitude légèrement provocante, et se mit à faire toute une série de signes avec ses mains.

-Oh.

Il était tout à fait pris au dépourvu. C'était... le langage des signes? Celui qu'utilisaient les sourds-muets... Voilà qui expliquait sa volubilité exubérante. Le jeune homme ne put que la regarder d'un air consterné. Il avait bien appris à parler couramment quelques langues, mais ça, c'était très étrange. Et à vrai dire, il ne comprenait rien.
Ses fins sourcils s'arquèrent tandis que ses lèvres s'entrouvraient dans une muette interrogation. La nuit n'allait pas tarder à tomber, et peut-être la meilleure chose à faire n'était-elle pas de s'éterniser avec une inconnue dans un champ de ruines. Mais avant qu'il aie pu dire quoi que ce soit, une voix nouvelle se fit entendre. Une voix un peu rauque, rudement modulée...
Il laissa passer quelques instants avant de répondre, toute antipathie envolée dès l'explication de la jeune femme. On pouvait comprendre sa récitence à expliquer à chaque personne qu'elle rencontrait son handicap, et il n'aurait pour rien au monde voulu froisser une si jolie personne.

-Je vois... ce n'est rien.

Pouvait-elle entendre ce ton légèrement troublé? Il prit soin de bien articuler en la regardant dans le plus profond de ses yeux noirs. D'obsidienne, comme ceux de Tsubaki, sa ministre chérie, qu'il avait laissée au manoir. Que de choses à lire dans le regard des femmes... Celle-ci semblait assez complexe, ténébreuse à souhait. Même assez dangereuse malgré son absence d'hostilité qu'elle avait montrée de façon ostentatoire. Une belle fleur noire empoisonnée qui exhibait ses charmes maléfiques pour endormir la méfiance de l'être innocent qui viendrait à s'attarder pour l'admirer. Peut-être aussi que le vampire était parano sur les bords, mais mieux valait se parer à toute éventualité. Trop jolie pour être honnête.

-Je demandais juste s'il y avait une boulangerie pas loin... mais après réflexion, il y a des choses plus intéressantes à faire ici ♥


Il esquissa un sourire charmeur. Cible verrouillée. L'envie de chocolat s'était vue sans procès reléguer dans un coin de son esprit afin qu'il puisse se consacrer à sa nouvelle rencontre. Mais comment séduire une fille qui n'entendrait rien de ce qu'on lui raconte, là était un problème préoccupant. Il savait charmer par les mots, mais le langage du corps semblait le seul moyen... C'était intéressant... Inhabituel, mais intéressant.
Il ne s'essaierait pas au langage des signes au risque d'avoir l'air ridicule. Ne restait plus qu'à essayer de parler en souhaitant qu'elle arrive à lire sur ses lèvres.

-Comment se nomme la rose des ruines qu'ont eût jamais espéré trouver en ces lieux?

C'était peut-être un peu compliqué, malgré le compliment ._.
Bah, on verrait bien. C'était une étrange sensation que de parler sans savoir si l'interlocuteur avait compris ou pas. Même s'il faisait des efforts pour articuler, il manquait l'affirmation de la jeune femme. Pas très commode.

-Kristen, enchanté.

Smile.
Restait à voir en combien de temps la demoiselle tomberait sous son charme irrésistible. Oui, elle tomberait, plus ou moins facilement. Enfin il fallait déjà qu'elle comprenne ce qu'il dise. Mais qui résisterait longtemps à ce regard qui envoûtait même la plus terrible des ministres de Tokyo II -et ça, ce n'était pas rien- ?
Il faut profiter de sa jeunesse tant qu'il est encore temps...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Jeu 20 Mar - 17:37

[hey!! j'ai tenu les trois jours tranquillou sans broncher!!! mdr Je suis trop forte!!! ptdr]

Dans son fort intérieur, quelque part, Tomoé pensait ressentir ce que l'on appelait de la jubilation. Oui, cet amusement étrange face à certaines circonstances ou certaines personnes. S'amuserait-elle? Sans aucun doute. Pourquoi donc? C'était surtout la tête de l'élégant jeune homme déconcerté qui lui plaisait. Combien de fois avait-elle fait face à ce genre de comportement face à sa surdité? Un nombre incalculable... et il fallait bien préciser qu'il n'y avait aucun intérêt pour elle de les compter. Mais dans notre cas, cela... la faisait jubiler. Le regard consterné du dandy rendait les choses encore plus appétissantes, elle qui ne possédait aucun sens des émotions. Ho! Cela faisait tellement longtemps que quelqu'un ne l'avait pas ainsi titillé son intérêt, bien longtemps que sa curiosité de la vie n'avait été ainsi saisie. Formidable. Peut-être une autre occasion de vivre de nouvelles exprériences. Mais est-ce que ce specimen se montrerait docile? Mmmm... là était la question. Mais d'après son allure général, avec ce "je ne sais quoi " de trop propre sur soit, une fausserté dissimulée comme Tomoé avait l'habitude de faire... non... les choses ne se passeraient certainement pas comme elle le désirerait et elle trouvait cela d'autant plus excitant. L'imprévisible, le surprenant. Parfait.

La stupéfaction de son camarade alors lui donnait envie de décocher un étrange sourire, sourire qu'elle retint cependant. Ne cherchez pas à comprendre pourquoi elle s'inhibait ainsi, peut-être était-ce d'un fait inconscient. N'oublions pas non plus qu'elle avait passé plus de cinq années dans un univers carcéral sévère, car personne ne se doute de l'enfer que cela représente à Tokyo-II. Mais après tout, finalement, n'était-ce pas la même chose en extérieur?

Après la déconcertation, s'ensuivit simplement une explication qui semblait presque rassurée le damoiseau élégant. Elle put lire une réponse simple sur les fines lèvres de celui-ci. Le problème lorsque l'on ne pouvait entendre était de pouvoir savoir avec quel tonalité les mots des autres interlocuteurs étaient prononcés. Avec colère? Sensualité? Politesse? Et elle qui n'avait aucune sensation émotionnelle, imaginez donc la difficulté et le défi qu'elle relevait dans sa volonté d'apprendre et de connaître. Cependant, elle avait appris à se fier, mais avec méfiance, au défaut des corps et de l'inconscient de l'humanité. En effet, il n'était pas rare que des manies dévoilent alors les angoisses, les peurs, la timidité, l'assurance, l'anxiété, selon les gestes qui suivaient les paroles. Que se soit avec les mains, le regard, la démarche, la façon de replacer sa chevelure en arrière... C'était digne d'une étude d'une psychologue ou d'un profiler... et son expérience était grande dans ce domaine, puis là également, Tomoé connut un nombre incalculable de scientifiques en tout genre, de médecins et autre dans son cas de prisonnière, sans compter le nombre de livre qu'il prit "plaisir" à lire sur le sujet. C'était fou que de penser qu'un seul défaut pouvait entraîner une jeune femme pareille à pousser son délire et ses connaissances aussi loin. Cependant, c'était surtout pour son propre confort et ne pas être prise au dépourvu.

Nos jeunes gens étaient donc là, immobiles, tranquilles, ne se quittant pas du regard comme deux amants qui se disaient adieu. L'évadée était d'un grand calme, placide, indifférent et ne semblait pourtant pas "surprise" par le dandy en soi. Maintenant ce défi des yeux entre eux deux. Si Tomoé possédait un grand sens artistique, elle pourrait aisément dire sans aucune gêne que ce jeune homme là possédait des yeux splendidement ennivrants. Mais comment ébrabler une femme étant plus proche d'une poupée inanimées que d'une jouvelle énamourée?

Après quelques secondes de silence, le dandy lui dévoila alors ce qui l'avait emmené par ici et c'était.... c'était.... surprenant. Une boulangerie? Autant dire que sur le coup, Tomoé trouva cela totalement pathétique et rendit le personnage assez benêt que de croire ou faire croire qu'il cherchait des pâtisseries dans des lieux pareils ou tout du moins dans les environs. Cherchait-il à tester la naîveté de l'évadée? Cependant, la suite de la phrase dévoilait également que les projets du damoiseau avaient changé... Comme cela tombait bien, non? Cela signifierait-il donc qu'ils s'étaient réciproquement trouvés curieux? Une rencontre finalement prometteuse...

Il sourit. Il sourit à Tomoé. Il n'y avait pas plus traitre qu'un sourire. Bien des hommes lui avaient souri dans sa vie, bien des hommes croyèrent que tout était acquis lorsqu'il était rendu. Etait-il de ce même bois si elle le rendait? Il ne manquait plus qu'à commencer l'expérience en préparant comme il se devait le protocole de celle-ci. Mettre en place l'outillage et le matériel nécessaire, laisser ensuite la réaction chimique se dérouler et attendre le résultat.... et cela s'annonçait intéressant, extrêmement intéressant.

C'est alors qu'il enchaîna une étrange tirade qui semblait sortie tout droit des vieux comtes avec des princes charmants, s'adressant alors aux belles demoiselles de la cour. C'était l'occasion idéale.... pour sourire. Tomoé esquissa alors cette expression joviale, montrant qu'elle était touchée par ce vocabulaire. Ses lèvres rosirent agréablement, digne d'une ravissante jouvencelle. Tomoé avait mainte fois travaillé cela, ses expressions qui étaient évidentes pour les autres. C'était assez facile, mais était-ce sincère? En tout cas, elle le feignait à merveille. Cependant, elle resta silencieuse jusqu'au moment où le dandy se présenta sous le nom de Kristen. Juste Kristen. Les convenances demandaient alors que l'évadée en fasse de même. Après tout, même avec un casé judiciaire, il ne fallait pas négligée le fait qu'elle eut été une jeune fille de bonne éducation.

Le visage légèrement plus détendue (seuleulement pour les apparences), cette fois-ci, la fanatique de la gâchette ne prit pas la peine de porter à nouveau sa main sur sa gorge afin de contrôler le débit de sa voix, mais répondit simplement et brièvement comme une personne sans handicap.


" Tomoé. Enchantée, également. "

Quel dommage que sa beauté se voyait quelque peu flétrie par la monotonie de sa voix lorsqu'elle dialoguait. Il n'y avait qu'une seule chose qu'elle arrivait à faire et en donner un semblant de vie : une mélodie meumeuner... aussi incroyable que cela paraisse, et malgré sa surdité, elle avait toujours réussi à faire cet exploit avec justesse, comme si la chanson était l'unique son qui s'était encrée dans son être. Mais Kristen n'était aps destinée à l'entendre d'ici tôt. Il y avait encore bien trop de méfiance, bien trop de mystère qui subsistait entre nos deux camarades.

Tomoé ne quittait toujours pas Kristen de ses petits yeux noirs, insistants, sombres, hypnotisants. Le regard du dandy en était le miroir. Soudainement, brisant le silence qui faillit d'éterniser et s'imposer, ce fut le tour de la demoiselle que de poser des questions, revenant sur un sujet qui n'avait pas été éclairci...


" Permettez-moi de demander... avec audace peut-être... mais quelles sont les choses intéressantes... à faire en ces lieux? Vous qui cherchiez... à jouer les gourmands?... Auriez-vous trouvé des mets plus délicieux ? "

Tomoé était une femme d'esprit et sa curiosité tout autant développée. Et ce n'était pas sans gêne qu'elle aimait aborder des sujets qui la titillèrent... Kristen se sentirait-il alors joueur également?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Jeu 27 Mar - 0:48

[un peu vite fait, pardon ><]


Il n'avait pas relevé comme la fugitive expression de complaisance -simulée?- sur le visage de son interlocultrice; c'était le genre de chose qu'il ne remarquait plus à force d'habitude. Kristen n'était pas vraiment un coureur de jupons professionnel, c'était juste qu'il avait tendance à considérer tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une demoiselle comme quelque chose de potentiellement comestible, dans tous les sens du terme. Et lorsqu'il lui arrivait de vouloir juste bavarder gentiment, cela finissait quand même -mais ce n'était pas de son fait, bien sûr- en quelques écarts de conduite. Tout comme avec la blonde de l'autre jour, qui s'était débrouillée pour se faire embrasser [pourvu que Laïla ne lise jamais ça].

Mais il fallait bien s'amuser, des fois.

Le jeune homme apprit donc l'identité de cette charmante créature toute de noir vêtue. Voilà qui rendrait peut-être la communication plus facile, en apprendre davantage sur l'autre ne pourrait qu'améliorer leur relation toute neuve -dans la limite du raisonnable-, même si cela ne se limitait pour l'instant qu'à leurs simples noms. Sois proche de tes amis, mais plus encore de tes ennemis... Mais voyons, ce n'était pas une ennemie! Un pressentiment étrange l'incitait pourtant à se méfier, comme si elle allait soudain se métamorphoser en akuma, ou sortir de son soutien-gorge -non pas un bazooka- mais toute une panoplie de hachoirs à la Jack l'Eventreur. Oui, il semblerait que notre vampire préféré soit bien atteint d'une paranoïa aigüe, à rajouter à tous ces autres “problèmes” de psychopathe civilisé. On ne saurait dire qui était le plus dangereux des deux personnages présents.

-C'est possible en effet ♥
Des choses intéressantes? On peut par exemple se promener au clair de lune en charmante compagnie, découvrir par hasard quelque chose qu'on ne cherchait plus, mettre au défi l'aventure et s'amuser inconsciemment dans un endroit qui respire le danger et la mort... Ne trouvez-vous pas cela excitant?


Peut-être ne partageait-elle pas sa passion de jouer avec sa vie, lui qui faisait tout pour agrémenter son existence à ses risques et périls, et s'en divertissait? Mais peut-être aussi était-ce trop tard pour elle, qui avait eu la chance ou le malheur de se trouver en cet endroit au moment où un jeune homme légèrement déséquilibré y passait, elle s'était embarquée sans le vouloir dans un jeu dont elle ne serait pas maître. Bien lui aurait pris de s'enfuir à la vue de ces yeux si clairs qui portaient la nette signature des Ryuuketsu...

-Vous avez raison, je suis très gourmand...

Son expression avait quelque chose d'inquiétant. Non, il n'était pas gagné par cette folie sanglante qui réclamait son dû. Mais cette simple esquisse d'un sourire angoissant accompagnée du regard de glace de l'héritier n'étaient pas de ceux qui rassurent et réconfortent, loin de là. Spécialité Kristen, à vous donner froid dans le dos. Il se reprit vite, adoptant un air plus cordial. La pensée fugitive d'un de ces appétits sous-entendus avait ravivé des braises veillant depuis quelques jours, et maintenant il tâchait de se calmer intérieurement sous peine de voir arriver des choses non désirées.

-Tiens, le ciel se couvre.

En effet, la lune avait disparu derrière un amoncellement de nuages jaunâtres, recouvrant le ciel de leur sinistre exhalaison comme pour empêcher les étoiles de diffuser leur lueur d'espoir aux tokyoïtes. Un sourd grondement se fit entendre, néfaste augure annonçant la venue prochaine d'un orage.

-Il va pleuvoir, il faut s'abriter.


Quel imprévu que de se retrouver là, seuls, perdus au milieu d'un champ de ruine, surpris par cette pluie dévorante qui n'allait pas tarder à déferler sur la ville, avide de peaux jeunes et fraiches à attaquer et consumer sans la moindre mansuétude. C'était dans ces moments là que Kristen aimait son manoir, bien chaud et bien sec, duquel il pouvait regarder par la fenêtre les gouttes corrosives tomber, à l'abri de tout danger.
Le jeune homme examina les alentours dans l'espoir de trouver rapidement un refuge. Il n'était pas le moins du monde effrayé, habité par ce calme habituel qui l'aidait à maîtriser la situation en toutes circonstances.

-Là-bas.

Il désigna de son doigt une cavité sombre, surplombée par un mur écroulé sous les décombres d'un ancien bâtiment. On pouvait aisément se glisser dessous à deux... Il ne restait plus qu'à espérer que tout ne s'effondre pas sur eux, et que la pluie s'arrête vite. Mais c'était tout ce qu'il avait trouvé. Il céda le passage à sa compagne d'un geste engageant. Les dames d'abord. Il fallait faire vite, un nouveau grondement menaçait les jeunes gens...


[très bien u__u *tapote la tête d'un air approbateur*]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Sam 29 Mar - 20:25

[Pas de soucis ma poule!!! Ton poste me convient parfaitement...]

Tomoé était toujours autant sous l'influence de sa curiosité, ce mystérieux Kristen était en train d'éveiller en elle des sensations étranges, notemment celles de l'exploration et l'aventure. Hooo cela ne le faisait que rarement chez notre jeune sociopathe qui ne pouvait vivre les choses intensément que parce qu'elle se devait de les provoquer et peut-être que cet individu énigmatique pourrait y contribuer. Voilà un fait intéressant qui ne pouvait alors que plaire à Tomoé. En tout cas, quoiqu'il en soit, elle resta simplement immobile face à lui, léger sourire, douce esquisse gourmande sur le coin de ses lèvres rouges, son regard noir profond fixant sa bouche et le moindre de ses mouvements. Que nulle mauvaise interprétation ne se fasse sur ce comportement là, car son insistance pouvait laisser aisément croire une forme de désir subit alors qu'en réalité, ce n'était qu'une nécessité. La surdité était un véritable fléau dans ce cas précis. Que bien des maux l'accablaient à notre pauvre femme en fleur...

N'étant nullement munie d'un sentiment de frayeur ou de méfiance quelconque, notre jeune femme en cuir ne faisait alors qu'observer en long, en large et en travers ce curieux dandy. Haaaa! Que c'était plaisant de voir qu'une nouveauté venait d'apparaître dans sa vie!!! Elle pourrait faire de nouvelles expériences. Espérons seulement que cela ne termine pas aussi mal que la dernière... Il semblerait que cela ait été en prison, une femme sur laquelle elle testa la pression psychologie, d'autant plus difficile que le sujet était une femme ayant assassinée son époux infidèle à coups de couteaux et qu'elle n'en éprouvait aucun remord. Soit une diablesse sans état d'âme... Cependant, Tomoé avait réussi à insiminier le doute dans l'esprit de la coupable, de lui faire croire qu'elle était la responsable de tout. Réaction finale? Pendaison au bout de ses draps dans sa propre cage. Intéressant.... Les mots étaient puissants et parfois Tomoé se sentait satisfaite de voir qu'elle ne pouvait les entendre, seulement les lires, car le son en soit avait également son rôle à jouer dans l'affaire... Mais présentement, son esprit cherchait à savoir quel serait le protocole à suivre avec Kristen mais aussi l'utiliser dans quel genre de jeu.... Cependant, ce qui était encore plus excitant était de voir qu'il semblait être plus intelligent et malin que les apparances, ce qui en ferait un adversaire ou camarade de jeu redoutable...

Mais quand le damoiseau répondit, un sourire qui aurait pu paraître à la limite du cinique et du dangereux apparu sur ses lèvres carmins. Il parlait bien... même très bien, d'autant plus que son language était au final aussi proche et tordu dans ses propositions que celui que tenait habituellement Tomoé. Enfin une personne digne d'intérêt. Formidable!!!


" Excitant? En effet... c'est cela que je recherche... l'excitation... c'est cela que je cherche à trouver et dompter dans ma vie de tous les jours... malheureusement le monde est ennuyeux et nous oblige à aller provoquer cette excitation... Je suis contente de voir que le destin est mis sur mon chemin quelqu'un qui semble.... aprècier ces mêmes choses. L'excitant est l'équivalent de mon carburant... ou tout du moins, l'unique chose qui me convaint que la vie vaut la peine d'être sauvée. Car à mon grand désarroi, mon handicap anhile bien des plaisirs ainsi que d'autres maux qu'il me faut braver... J'en suis devenue à être le genre de femme qui n'a pas froid aux yeux comme nous disons communément. "

Qu'il était dommage que de voir que sa voix même, bien qu'avec des sonorités douces en somme était modulée comme un ordinateur, demandant sans nul doute énormément de travail d'orthophonie ou quelque chose dans le style pour qu'une sourde arrive ainsi à se jouer de son son vocal. Cela montrait au moins lé témérité et la volonté de notre Tomoé.

Cependant, ce n'était non sa voix le plus surprenant, mais plutôt le dialogue qu'elle tint à réponse à Kristen. Bien des hommes se seraient vu refroidis par pareil propos, ou tout le contraire... allez savoir, l'humanité regorgeait de temps de surprise et de phénomène! En tout cas, quoiqu'il en soit, son comportement impassible et à la limite de l'indifférence la rendait encore plus mystérieuse, laissant flotter dans l'air un halos énigmatique autour du personnage qu'elle incarnait, plus ou moins complexe personnalité.

Une nouvelle réponse et une étrange expression sans rappeler celui de Tomoé préalablement. Gourmand? Une affirmation. Bizarrement, la jeune demoiselle de cuir vêtu aurait pu aisément l'anticiper. En tout cas, elle comprit également que Kristen n'était pas ce qu'il paraissait être, qu'il y avait quelque chose d'autre derrièe son regard enjoliveur, un homme intéressant pour la sociopahte qu'elle était, mais un homme à se méfier pour la femme qu'elle incarnait. Mais curieusement, elle se semblait pas le moins du monde émue.... à quoi bon de toute façon? Ne s'était-elle pas déjà dévoilée lorsqu'elle répondit en première lieu au sentiment de l'excitation? Une porte ouverte à toutes les suppositions.

Puis ce fut alors que le dandy dont elle n'avait pas quitté la bouche des yeux vint à préciser que le temps que Tomoé avait négligé, semblait se couvrir. Ho? Vraiment? Dans un mouvement lent, la demoiselle releva la tête et posa ses yeux sombres sur le ciel obscurcit comme l'avait décri Kristen. Les nuages étaient d'un gris bien vilain, et la pluie n'allait pas tarder à se faire sentir, opressant l'atmosphère de façon dérangeante. Rapidement, elle préféra redecendre sur terre et poser ses yeux à nouveau sur le pâle visage de son camarade. A ce même instant, un grondement s'était fait entendre mais aucun impact dur Tomoé, elle ne pouvait l'entendre, rappelez-vous en bien...

Le damoiseau proposa alors de simplement s'abriter de l'orage à venir. Fort bien, et la réponse de Tomoé fut brève.


" Abritons-nous. "

Seul hic de la chose était les lieux. En effet, au sein d'un champ de ruine, voilà que cela compliquait honteusement la situation. Pourrait-on trouver un endroit parfait pour se cacher des larmes de Tokyo-II? Mais ce fut alors que l'esprit pragmatique de Kristen fit émerger en lui l'idée de prendre place sous des gravas. Pointant un doigt inquisiteur face à des murs détruits mais qui faisait office de refuge, elle suivit alors le mouvement de son bras et perçut alors sa proposition.

" Cela semble convenir... "

Ayant déjà détourné les talons, d'une démarche sulfureuse et lente, affirmée et nullement saisie de gêne ou de peur, Tomoé se dirgiea simplement vers les lieux désignés. Il fallait dire que la frayeur du tonnerre n'avait aucun effet sur sa personne et la pluie ne l'a dérangeait guère. Sans nul doute que cela lui rappelait les cinq années passées dans une prison humide... alors un peu de pluie....

Il ne lui fallut que tracer quelques mètres avant de se voir parfaitement couverte et à l'abri. Là, elle se tourna simplement, et dans son silence, elle repointa tout simplement ses prunelles noires sur la silhouette du dandy car, si elle désirait communiquer par les mots, elle n'avait nul autre choix que de fixer son visage angélique....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Ven 11 Avr - 12:02

-Allons donc trouver l'excitation ensemble <3

Heureusement que personne n'entendait leur conversation, car elle pouvait être -très- mal interprêtée. Non, il ne fallait pas -du moins pas tout de suite- réchauffer l'ambiance. C'était simplement l'appel de l'aventure. Simplement.
Le jeune vampire la rejoignit promptement, se glissant près d'elle dans l'espace exigu qui allait leur servir d'abri, le temps que l'orage passe. C'était un peu contrariant de se sentir sans cesse observé, même s'il n'y avait pas d'autre moyen... Les paroles avaient-elles tant d'importance que cela?
Le silence s'installa donc, tandis que Kristen s'asseyait sur une colonne de béton couchée sur le sol et invitait sa compagne à faire de même. Voilà, qu'allaient-ils faire maintenant? Attendre la pluie, et ensuite repartir chez soi sagement chacun de son côté? C'aurait été dommage, la soirée avait bien commencé. Et ce n'était pas excitant.

Alors, le ciel d'un jaune ombrageux dont ils ne voyaient qu'une partie sembla se percer de toutes parts, et la pluie tomba. L'eau, source de mort et de destruction, l'eau à laquelle on se refuse à boire et à toucher, l'eau qui n'était maintenant qu'un malheur de plus sur la ville, transperça l'air de fines goutelettes, parcourant les rues de son sillon virulent, s'infiltrant dans le moindre espace non abrité, s'abattant sans pitié sur ceux qui étaient restés dehors.
Allez vous rincer, vite, avant que l'acide ne ronge votre peau, avant qu'il ne vous défigure et vous brûle jusqu'aux os. Mais où se rincer, quand il n'y a plus une seule goutte d'eau saine dans tout Tokyo II? Quelle déchéance...
Quand on pensait que certains avaient un jaccusi dans leur manoir, il y avait de quoi détester les nobles.

-J'espère que ça ne va pas durer trop longtemps, ou nous allons devoir passer la nuit ici...

Déjà l'impatience le gagnait. Il aurait pu s'amuser avec Tomoé pour passer le temps, mais elle n'y semblait pas encore trop disposée, et puis il y avait plus confortable, comme endroit. Soupir. Que faire? Regarder la pluie tomber, sans fin, sur cette ville grise et corrompue? Il fallait vite trouver un moyen de s'occuper, avant qu'il ne pense à rien de mieux que de se trouver à boire rapidement, et ce ne serait pas de l'eau -ni de l'alcool, d'ailleurs.

Et puis, comme Kristen laissait son regard errer sur leur tanière faite de gravats et de murs écroulés, il lui sembla entendre des bruits étranges provenant d'un coin, cachés derrière un amas de bouts de plâtre. Il y avait autre chose, aussi... c'était une odeur?
Une odeur délicate et entêtante de fleur, mais aussi intimement mêlée avec celle de la mort, parfum subtil qui ne présageait pas que de joyeux moments à venir. Que s'était-il donc passé ici... Non, ce n'était pas ici. Tout provenait du coin mystérieux.

-Avez-vous senti...?


Piqué par la curiosité, le jeune homme se leva et s'en approcha, écartant du bout de sa chaussure les plâtrats poussiéreux, révélant une ouverture sombre qui s'enfonçait dans les profondeurs de la terre, assez grande pour le passage d'un chat. Tiens donc... Irrascible qu'il était, il entreprit d'agrandir le trou à l'aide d'une barre de fer trouvée non loin, au risque de tout faire écrouler. Et, soudainement, tout s'écroula devant lui, inondant leur abri de poussière blanche.

Ah, ta curiosité te perdra, Prince de la Nuit.

Ce dernier toussa, et manqua de s'étrangler en voyant son manteau auparavant d'un noir élégant et parfaitement seyant devenu gris sale. En fait, il était devenu tout blanc lui même. Il se passa un mouchoir sur le visage, on aurait dit un fantôme très contrarié qui se démenait pour se débarrasser de sa couleur, même s'il n'y pouvait pas grand chose. Ses cheveux reprirent une teinte plus jeune une fois ébouriffés, et il avait presque retrouvé son teint normal, si ce n'était une pâleur inhabituelle.
Il se retourna pour voir ce qu'il était advenu de la demoiselle tout de cuir vêtue par sa faute. Il ne put s'empêcher d'éclater de rire en voyant l'aspect de sa nouvelle rencontre. En fait, toute la caverne était devenue blanche, il avait dû creuser au mauvais endroit, la pierre friable avait aussi des propriétés colorantes, semblait-il.
Tomoé portait elle aussi beaucoup de noir, cela allait être pratique. Elle avait certainement dû rire aussi en voyant l'épouvantail gesticulant qu'était devenu Kristen, lui qui tenait tout de même à son image. Il lui tendit un mouchoir, en essayant de se débarrasser des multiples traces et plaques blanches qui refusaient de quitter ses vêtements et sa peau parfaite.

Ca avait au moins le mérite d'avoir mis un peu d'animation.

Il en aurait des choses à raconter à ses enfants, le soir au coin du feu. Surtout que l'ouverture béante maintenant agrandie était devenue assez grande pour laisser le passage à un homme courbé, et même si l'obscurité dangereuse attendait patiemment en retenant ses griffes, l'odeur s'était faite plus forte...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Mar 22 Avr - 19:29

Tomoé préféra ne pas commenter les derniers propos qu'elle put lire sur les lèvres de son camarade. Il était facile d'y relever un sous-entendu assez douteux et aux connotations lubriques. Ho! Ce n'était pas choquant pout autant, il en fallait bien plus pour une femme comme Tomoé. Quoiqu'il en soit, il aurait été trop facile d'y répondre, la perche était aisément tendue. L'évadée estimait qu'elle valait bien mieux que cela, bien que... cela pimentait la situation présence. Ce Kristen l'intriguait encore plus, notemment par l'aspect joueur et fripon qui semblait ressortir de sa personnalité. Et étant donné qu'elle ne le connaissait qu'à peine, elle était excitée à l'idée d'en savoir plus et espérer au plus profond d'elle que cet état perdurerait.... Aorès tout, n'étais-ce pas ce qu'elle recherchait désespéremment? Cette course étrange a faire durer le plaisir? La frustration était une chose qui lui faisait horreur... et puis, toute occasion était bonne à prendre.

Quoiqu'il en soit, aux instants présents, rien de bien malsain rassemblait les deux intriguants personnages. Non, les pluies acides les avaient chassé et poussé à se reclure ensemble dans un endroit humide et sordide, entre quelques gravas qui donnaient l'impression qu'ils pourraient s'effondrer à tout moment.
Ce fut alors que dans un geste amical, le dandy invita la mystérieuse muette à venir s'asseoir près de lui, en tout bien tout honneur, en apparence... Ce qui lui servait de banc n'était autre qu'une vieille colonne poreuse, vestige d'un glorieux monument passé sans nul doute, c'était froid et dur, bien peu confortable, mais pour attendre, cela ferait l'affaire. Il ne fallait pas trop en demander, surtout au sein d'un champ de ruine.

Jambes sulfureuses croisées, léger grincement du cuir de son pantalon, Tomoé conservait néanmoins un petit oeil sur Kriste, si celui-ci venait à lui adresser la parole, n'était-il pas mieux qu'elle anticipe son discours au lieu de le forcer à lui poser une main sur l'épaule? Depuis des années, la jeune femme avait bien compris que les gens se mettaient dans tous leur état quand on ne les écoutait pas ou que l'on les obligeait à répéter. L'humanité était bien trop impatiente, elle n'était pas capable de faire les choses avec lenteurs et dicernements. Croyez-vous qu'ils se montreraient plus clément parce que l'évadée était handicapée? Evidemment que non, quoique certain.... mais c'était de l'ordre de la pitié et allez savoir pourquoi, cela exarcerbait Tomoé.

Kristen glissa soudainement un petit commentaire en rapport avec la météo. Il semblait s'inquiéter de la durer de la pluie. Si elle avait été une femme normale, la demoiselle se serait amusée à jouer les offusquer, car il n'était pas impossible que derrière de simple parole se cache une autre réalité : sa compagnie serait-elle si désagréable pour faire preuve de tant d'empressement? Mais non... chez le damoiseau, ce n'était pas de cet ordre... petite intuition féminine. En tout cas, elle ne dit rien, pas un mot, ses yeux noirs étaient bien plus parlant. Son regard sombre se riva alors sur le ciel obscurcit et gris. On aurait pu croire qu'elle s'amusait à compter les gouttes qui tombaient une à une... elle semblait avoir l'esprit ailleurs. Le temps pluvieux paraissait la rendre mélancolique si on observait ce visage de poupée insensible.

Brusquement, Kristen se leva et passa devant Tomoé. Elle ne fit que le regarder, simplement, ne tournant que peu sa tête quand elle comprit que la curiosité animait son camarade qui apparemment, partait en exploration de la petite "grotte". Cela ne semblait pas intéresser la belle Tomoé, d'ailleurs, elle préféra reporter son attention vers l'extérieur... mais c'était alors qu'elle comprit. Dans l'air, il y avait une étrange odeur. Etait-ce donc cela l'exclamation qu'elle n'eut pas le temps de lire sur la bouche de Kristen?

Ce fut alors qu'un raffût naquit derrière son dos, un brouhaha que ses oreilles ne pouvaient pas capter ni distinguer. Etre sourde avait ses bienfaits. Pendant ces mêmes instants, la jeune femme avait préféré se reprendre une cigarette, ressortant un paquet dans une poche intérieur de son manteau, et le briquer de son corsage. Mais n'eut-elle pas eu le temps de l'allumer qu'un épais nuage blanc balaya les lieux. Rangeant alors son bric à bras, mais gardant sa cigarette à la bouche, Tomoé toussota légèrement.

Lentement, elle se redressa sur ses deux grandes jambes fines, se détournant alors vers l'accusé. C'était bien évidemment le dandy qui avait fait des siennes. A quoi avait-il touché encore? Lorsque ses prunelles noires se portèrent alors sur lui, il était p$ale comme un fantôme. C'était vraisemblablement un nuage de poussière calcaire qui le recouvrait de haut en bas, du visage au cheveux, des vêtements aux chaussures.... et il n'était pas le seul. Quant elle le regarda avec une mine déconfite et étonnée, celui-ci riait aux larmes en la regardant. C'était assez étrange... elle voyait son visage se mouvoir sous ses expressions exaltées, sans pour autant percevoir ses éclats. Tomoé avait lu quelque part, que le rire était quelque chose de communicatif et facile à transmettre, cela ne devait pas être transmissible à quelqu'un de sourd...

Toujours le visage inerte, elle se saisit alors simplement du mouchoir que le jeune homme lui tendit. Cela signifiait qu'elle devait en avoir plein le visage.


" Merci beaucoup. Il n'est vraisemblablement pas prudent de toucher à quoique se soit en ce lieu. Nous pourrions terminer enterrer vivant. Cela serait.... dommage... "

C'était fou de constater que le ton glacial de sa voix et cette mimique frigide qui l'animait. Tranquillement, elle se nettoya alors les traits, retirant sa cigarette avant de la replacer entre ses lèvres. Elle tendit poliment le tissu à son propriétaire. Ce fut alors qu'elle épousta sa longue chevelure noire, pleine de poussière blanche. Il y avait une certaine sensualité dans son geste, c'était amusant. Finalement, il y avait bien une femme qui sommeillait derrière cette poupée que l'on aurait pu croire sans vie.

Quand sa toilette fut terminée, énigmatiquement, Tomoé s'approcha de Kristen, le fixant avec insistance comme si elle avait une idée en tête. Le plus amusant, était qu'elle avait toujours sa cigarette éteinte en bouche. La jeune feme porta alors sa main sur le visage du dandy, et passa simplement son pouce sous ses yeux. Il avait encore de la poussière en guise de cerne. Là, elle se détourna froidement de lui, comme elle semblait apparemment si bien le faire et sans s'en rendre compte, le regard viré sur le trou béant qui se tenait là.


" Il y a une forte odeur qui se dégage de là... c'est très désagréable... et je ne reconnais pas... avez-vous un nez plus fin que le mien pour l'identifier? "

A ce même instant, la demoiselle se rendait compte que ce n'était peut-être pas plus mal qu'elle n'eut pas allumé sa clope, si c'était une poche de gaz, les deux jeunes gens auraient fait boom...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Dim 4 Mai - 8:36

Son hilarité s'éteignit lorsque la demoiselle passa une main sur son visage, ôtant de ses doigts gracieux la poussière qui y avait élu domicile. Leurs regards se croisèrent durant quelques instants, et, lèvres entrouvertes, il s'était senti glisser sur les pentes dangereuses de l'attirance devant cette panthère qui cachait bien son jeu. Nulle émotion n'aurait su se lire sur son visage, nul sentiment passager dans ces yeux d'obsidienne; c'était comme un détachement si profond que le monde extérieur l'atteignait à peine.
Il ne dit rien, laissant sa compagne prendre la parole, encore troublé par ce contact malgré qu'il n'en montrât rien. Son regard se porta alors sur l'ouverture fraichement dégagée. Il n'arrivait pas lui non plus à discerner cette odeur si particulière. Si Tomoé qui avait dû développer ses autres sens pour compenser sa surdité ne pouvait y parvenir, il ne restait qu'un moyen de savoir.

-Et si nous allions voir cela de plus près?

Après tout, il n'y avait rien de mieux à faire dans cet endroit. Et qu'importait le danger, puisque c'était peut-être le but même de son existence? Ou de leurs existences... Kristen n'attendait pas réellement de réponse. Il savait déjà lui-même qu'il n'avait pas l'intention de rester dans l'abri de fortune le temps que passe la pluie maudite, qui pouvait bien encore durer toute la soirée.
Le trou béant qui s'offrait à eux ne présentait qu'une obscurité la plus totale. Kristen n'avait pas pour habitude de se promener avec une lampe de poche, et un briquet aurait effectivement pu provoquer un évênement désagréable si la source de l'odeur s'avérait être du gaz inflammable. Point donc d'autre solution que de trouver son chemin à tâtons, en espérant tomber rapidement sur un endroit moins sombre...

Il irait en premier. La galanterie exigeait de ne point laisser une dame aux premiers rangs face à l'inconnu qui recelait on ne savait quoi mais surtout un danger probable -même si une petite voix soufflait au vampire qu'elle savait se défendre. Aussi adressa-t'il un sourire enjoué à la jeune femme, avant de s'engouffrer dans l'ouverture ténébreuse.
L'odeur se faisait à présent plus forte, une effluve âcre et étouffante qui semblait vouloir obstruer la trachée des visiteurs comme la défenseuse invisible de lieux interdits. Que détenaient donc les entrailles de la terre pour agresser ainsi les deux explorateurs?

Tomoé semblait bel et bien l'avoir suivi, il entendait derrière lui quelques bruissements. Courbé en deux dans le tunnel, une main devant lui à l'encontre d'un quelconque obstacle, l'héritier avançait, sans savoir à quoi s'attendre au bout de ce passage souterrain qui descendait de plus en plus. Le gentleman ne voyait vraiment rien, tout n'était qu'obscurité autour de lui, comme une plongée dans les ténèbres les plus profondes qui menaient tout droit en enfer, où était l'air nauséabond et les parois légèrement visqueuses à cause de l'humidité. Tout cela devait être fort désagréable pour sa compagne, privée d'un sens de plus et ne se trouvant qu'avec pour seul réconfort la sensation du sol sous ses pieds et du mur sous ses doigts. Elle ne pouvait non plus percevoir les paroles de Kristen quelques pas devant... si c'était bien elle, car elle avait tout aussi bien pu rester dans la “caverne”, et c'était autre chose de non identifié qui suivait le vampire -idée peu plaisante.

Il commençait à faire un peu froid. Kristen resserra de sa main libre les pans de son grand manteau noir. Marcher ainsi plié n'était pas des plus confortables. Curieusement, les parois semblaient se rapprocher ou s'éloigner par moments, à en juger le toucher des murs... Et puis, enfin, le plafond prit plus de hauteur, si bien qu'il pouvait à présent se tenir debout. Il étira rapidement son dos enkylosé.

Un nouveau bruit se fit entendre, à sa gauche, c'était certainement Tomoé qui arrivait près de lui. Cette foutue obscurité empêchait de voir quoi que ce soit, seul une parole de la demoiselle aurait pu confirmer à Kristen qu'il s'agissait bien d'elle et pas d'une créature inconnue, mais il doutait que quelqu'un ou quelque chose aie réussi à se glisser derrière lui sans se faire repérer. Il avança prudemment sa main vers ce qui semblait être sa compagne. Le conduit était étroit, il n'eut aucun mal à toucher un bout de vêtement. Du cuir...? Aucune idée. Il remonta doucement pour trouver son bras, puis saisit sa main. Au moins ils étaient deux maintenant. Mais était-ce bien elle?

Aucune source de lumière ne semblait se profiler, et l'odeur était toujours plus intense à mesure qu'ils avançaient. Au contact de cette peau douce et féminine, une idée saugrenue lui traversa l'esprit, qui était de l'appuyer contre le mur et... non. Il secoua la tête, et attendit un signe de vie de sa compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Dim 4 Mai - 16:38

Peu après le troublant évènement qui conduisit l'énigmatique Tomoé a faire preuve de délicatesse envers l'élégant dandy; elle préféra faire preuve de sagesse et oublier son envie nicotinique, rangeant sa cigarette dans une poche intérieure de son manteau, et le briquet dans son corsage. Certes, l'endroit pouvait paraître coquin mais c'était un objet fétiche, il était toujours plus prudent de l'avoir au plus près de soi. Quoiqu'il en soit, alors qu'elle venait d'élever le ton de sa voix monotone afin de poser une simple question à Kristen, la réponse qu'elle put percevoir sur le bout de lèvres lui indiquait alors que son camarade n'en savait tout aussi peu qu'elle sur la chose. Et bien soit. Si la curiosité les animait assez fortement tous les deux, alors ils partiraient en vadrouille. Et c'était ce qu'ils allaient bien évidemment faire.

Malgré tout cela, il y avait quelque chose qui agaçait en un sens la demoiselle aux prunelles noires, non pas le geste en soit, mais plutôt ce qu'il l'avait vraiment amené à conduire à le faire. L'exsitence même d'une femme comme Tomoé s'était de comprendre toutes ces choses qui n'avaient pas de logique et peu de rationnalité, sauf si le geste incombait que l'on attendait quelque chose en retour. Cependant, cette main qu'elle porta sur le visage de l'intriguant jeune homme n'attendait rien, n'avait été fait que par pure fantaisie. POurquoi donc? Etait-ce cela la gentillesse? La politesse? Ou n'était-ce que le fruit de son intrigue? Mystérieux tout cela... Mais si elle tenait à mettre un point sur son comportement, il lui faudrait passer plus de temps avec le damoiseau, et, étant donné qu'elle n'était pas animée par la peur, ni par de quelconques affaires en ce moment, le temps jouait en sa faveur.

Ce fut alors sur ses pensées que Tomoé s'engouffra à la suite de son "ami" de circonstance dans le tunnel qu'il venait de découvrir et dont la terrible odeur âcre s'échappait. De tout cela, il y avait un problème majeur : l'obscurité. Bien que le terme de majeur n'était pas véritablement à prendre en compte pour l'évadée de service. Il fallait dire que, mainte fois, lorsqu'elle était dans sa lugubre prison, l'on avait placé en isolement en guise de punition. Mais à vrai dire, cela n'y avait rien fait. Pourtant, Tomoé s'était rendue compte que bien des jeunes femmes de sa prison ne supportaient pas le noir, et être exclisivement privé de lumière les rendaient irracibles et paranoïaque. Les hautes autorités carcérales se servaient de pareils procédés afin de calmer les prisonniers qui refusaient de se ploire face à leur ordre ainsi que les régles établies. La jeune femme avait toujours trouvé cela étonnant... Il fallait dire qu'elle n'avait jamais développer cette curieuse phobie, d'autant plus qu'elle était sourde, cela rendait les choses surprenantes. Mais finalement, ce n'était pas le noir en soit qui effrayait, mais les bruits non identifiés que l'on pouvait y entendre. Et étant donné que la demoiselle ne le pouvait pas... Surtout qu'elle se préférait objectives en citant toujours ce que devait endurer un aveugle qui vivait constamment dans l'obscurité, pourtant, il n'avait point peur? Là aussi, tout venait de leurs oreilles si pareils sentiments venaient à naître chez eux. Est-ce que c'était une chance ou une malchance pour elle d'avoir pareil handicap? C'était une question à se poser...

Quoiqu'il en soit, la demoiselle longeait alors les murs, lentement et surement, posant ses délicates mains sur les parois, pas à pas. Le plus inconfortable de tout cela était qu'elle se devait d'être prudente, soit de ne pas avancer à grande allure mais aussi faire attention où poser les pieds. A présent, c'était sa vue qui lui faisait défaut mais ce l'incombait pas plus que cela. Après tout, la prison l'avait habitué à des lieux pareils que celui-ci, humide, puant et sombre. Sa cellule ne comportait nulle fenêtre, l'inconfort était de mise aussi. Alors quelques heures dans un tunnel, ce n'était rien du tout, surtout que sa préoccupation principale était tout d'abord sa curiosité sur la chose désagréable qui voguait dans l'air, et bien entendu Kristen lui même.

Plus ils avançaient dans leur aventure, plus les lieux s'agrandissaient, tout en étant assez étroit de part endroit. Mais au moins, ils pouvaient présentement se redresser de toutes leur taille et cela était plaisant. Néanmoins, l'odeur se faisait toujours plus forte mais plus répugnante aussi. C'était à la fois un mélange d'oeuf pourri et de chairs brûlées, un puissant parfum de mort. L'autre facteur incommodant était le froid qui commençait lentement à s'immicer sous les vêtements, bien que, le cuir qu'elle portait était assez épais pour ne la faire que simplement frissonner. S'étaient-ils alors enfoncés si profondément? Où pouvait-on ainsi conduire ce chemin tortueux?

Sentant alors la présence de Kristen non loin d'elle, toujours enfermée dans son mutisme déconcertant de tant à autre, la demoiselle se posta alors à ses côtés, sans trop véritablement s'en rendre compte. Mais la place était ainsi fête. Et même si ses yeux ne pouvaient distinguer l'horizon, ils étaient rivés vers le fond de la "caverne". Quand soudain, elle sentit quelque chose lui saisit la main, une main froide et masculine d'après le toucher et pourtant délicat. Cela ne pouvait être que le dandy qui lui tatonna tout le bras avant de simplement lui saisir la main à nouveau. Cela la surprit quelque peu mais ne fit aucun commentaire sur la manoeuvre qui lui paraissait compréhensible. Maintenant que le chemin se faisait plus vaste, il était possible de se perdre et puis que Kristen se trouvait à présent être ses oreilles, elle ne pouvait que peu se permettre de le perdre. Et, O surprise, comme pour montrer qu'il ne voyait aucun inconvénient à cette soudaine proximité singulière, elle referma simplement ses doigts fins sur l'emprise de la quenotte du jeune dandy, ni trop fermement, ni trop assez.

Ce fut alors que la demoiselle éleva la voix pour la première fois depuis leur mise en route, afin d'éclaircir quelques points sur leur recherche.


" Il y a une odeur souffrée... ou tout du moins cela y ressemble... mais je sens autre chose aussi... une odeur en masque une autre et c'est peu bon signe... Si vous venez à avoir mal à la tête, prévenez moi, nous devrons rapidement retourner en arrière. Maintenant... suivez moi. "

Ce fut alors que la mystérieuse Tomoé prit cette fois-ci les devant, tirant vers elle délicatement son camarade, pour ainsi l'avoir à proximité. Elle semblait peu prompt à la galanterie, ou plutôt que cela ne la vexerait pas. Après tout, elle pouvait tout aussi bien être une femme d'action que passive. Elle en faisait la parfaite démonstration.

Comment faisait-elle pour se guider? Elle avait son autre main libre qui caressait la pierre rugueuse et visqueuse des murs environnants, et son allure était comme celle des chats, assez assurées sans doute par l'habitude qu'elle avait fini par développé, et prudente. Mais brusquement, elle eut un soubresaut léger et poussa Kristen à reculer légèrement. Elle ne pouvait l'entendre mais elle s'avait qu'elle venait de toucher quelque chose d'instable. Heureusement qu'elle possédait de bon réflexes. Mais ne sachant si c'était une chose grave ou non, énigmatiquement, la première chose qu'elle fit était de .... Protéger le dandy. Comment? d'une façon qui aurait pu paraître audacieuse. Elle le colla simplement contre un mur, se serrant près de lui, protégeant alors son visage et sa tête de ses bras.

Tomoé sentit alors un vague souffle d'air, sans doute causé par quelques effondrements subits. Pensant que le tout s'était calmé, elle se retira quelque peu de contre son camarade.


" Pardonnez moi. Je me suis un peu trop précipitée. J'espère que mon zèle ne vous est pas trop paru inconvenant. Si tel est le cas, je vous pris de m'excuser. "

A ce même instant, le cerveau de Tomoé prenait en compte bien d'autres informations. Une montée d'adrénaline fort plaisante. Mais à quoi cela était dû? Elle souhaitait mettre un point d'honneur à en découvrir la source et si elle la trouvait, elle désirerait sans doute recommencer l'expérience. Seconde information : l'odeur souffrée s'était atténuée. Ce qui était fort étrange.

" Dites moi... Est-ce que vous sentez la même chose que moi? "

La question ainsi posée pouvait être interprêtée de différentes manières, d'autant plus si on analysait la position des deux protagonistes. Mais cela donnait un certain piquant à la chose, non? Il n'y avait rien de plus intéressant que des situations complexes?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Mar 13 Mai - 23:45

Si elle ne pouvait l'entendre, au moins avait-elle la possibilité de lui parler. La communication en serait quelque peu atrophiée, mais c'était tout de même mieux que rien... Ce simple contact entre leurs doigts joints était déjà rassurant. Kristen qui n'était pas facilement impressionnable n'était pas très à l'aise dans cet endroit étouffant. Il avait plutôt l'habitude de l'obscurité grâce à ses sorties nocturnes, mais ici, point la moindre source de contraste, d'ombre ou de clarté. Non, tout était noir, plus noir que s'ils étaient tombés dans un pot d'encre de Chine. C'était une sensation désagréable et source de panique; on avait beau ouvrir les yeux en espérant se réveiller, ne restait que cette seule et unique couleur effaçant le monde comme sous une épaisse couche de peinture.

Le vampire respirait lentement, sans se laisser emporter par ce désir pressant de retourner en arrière vers l'air libre et la lumière froide du jour. L'odeur ne daignait s'en aller, on aurait même dit qu'elle commençait à imprégner chaque parcelle de leur être; après avoir saturé l'air, les murs et le sol du conduit... Il écouta attentivement les paroles de sa compagne, et se laissa entraîner par cette énergique jeune femme privée de ses sens mais qui pourtant semblait plus téméraire que lui. Si c'était du soufre, à en juger ses quelques connaissances en chimie, cela ne présageait rien de bon, et mieux vaudrait ne pas s'éterniser ici...

Il se laissait guider. Que faire d'autre? Elle l'aurait certainement mal pris s'il avait voulu reprendre les devants, et puis il n'y tenait pas tant que ça, à vrai dire. Les bruits de leurs pas résonnaient dans le silence assourdi... et soudain, elle s'arrêta. Une lègère secousse se fit entendre, comme suivie d'un éboulement; mais avant qu'il aie pu réagir il s'était retrouvé plaqué contre le mur, tout contre la panthère aux réflexes aiguisés qui le protégeait de son corps et de ses bras -ce qui était loin de lui déplaire. Ils restèrent ainsi quelques instants, puis le mouvement dans l'obscurité se calma, et le jeune homme la sentit à regret se décoller de lui. Inconvenant... Non, pas vraiment.
Cette proximité et ce contact soudains avaient eu don de troubler le vampire plus qu'il ne l'était déjà... Mais la situation n'était peut-être pas appropriée. Peut-être. Peut-être pas. Hum.

Puis vint ensuite une question. La demoiselle avait certainement dû oublier qu'elle ne pouvait percevoir de réponse... Il chercha de nouveau sa main qu'il avait perdue quelques instants auparavant, la serra quelques instants pour signifier qu'il avait compris, et, si elle avait des dons cachés de devin, qu'il sentait qu'il commençait à faire chaud ici et qu'effectivement l'odeur s'était atténuée. Mais il n'était pas forcément donné à tout le monde de déceler les pensées des autres, dans le noir, et encore moins d'un être aussi complexe que ce vampire aux yeux de glace et à l'esprit peu commun...

Il fallait continuer maintenant, faire demi tour aurait été dommage. Empli d'une volonté nouvelle, Kristen décida de mener à nouveau la petite expédition, comme le gentleman qu'il se devait d'être. Une jeune femme ne devrait pas avoir le droit d'aller au devant du danger ainsi. De plus, lui aussi avait de bons réflexes, ainsi qu'un sens supplémentaire; il était tout à fait capable de protéger Tomoé. Serrant sa main d'une façon qui se voulait virile et rassurante, il repartit à l'assaut des ténèbres... pour trébucher quelques pas plus loin sur quelque chose de non identifié, en lâchant une exclamation nerveuse qui ressemblait à “fichtre”. Mais il réussit à rester debout, une main aggrippée au mur en guise de soutien. Ce devait être ce qui avait provoqué le vacarme de tout à l'heure, sûrement des pierres effondrées...?

Qu'importe. Il enjamba tout cela, supposant que la panthère noire avait dû le remarquer suite à sa perte d'équilibre quelques instants auparavant. Et la petite promenade continua encore pendant plusieurs minutes, et tout était toujours aussi noir. Kristen avait perdu depuis longtemps la notion du temps et de l'espace. Il y avait eu plusieurs tournants, et il n'avait aucune idée d'où il pouvaient bien se trouver. Le tunnel avait continué depuis le début à descendre en pente douce... L'air sentait le renfermé, et il y avait toujours ce fond de l'odeur désagréable du début. Mais c'était tout de même plus respirable.
Tout à coup, quelque chose frôla les jambes des deux jeunes gens, émettant une sorte de couinement courroucé. Tiens, ils avaient de la visite. Un rat. Charmant... L'héritier poussa un soupir résigné. Il commençait à en avoir un peu marre de marcher ainsi, sans rien qui pût lui indiquer leur progression. Mais que faire? Rebrousser chemin aurait rendu tous leurs efforts inutiles. Chaque prochain mètre cachait peut-être quelque chose de nouveau, quelque chose d'autre que du noir, du noir, encore du noir et toujours du noir!

C'est à ce moment que, faisant un pas de plus, son pied ne rencontra plus le sol solide et ferme, mais quelque chose qui s'apparentait à... du vide. Il fit une tentative désespérée pour essayer de se rattraper à quelque chose, mais c'était trop tard... renversé en avant, une fois de plus à la merci de l'inconnu, il entraîna sans le vouloir la demoiselle dont il n'avait pas lâché la main. Il y eut l'horrible sensation de vertige, un haut-le-coeur; mais la chute ne fut pas bien longue. L'héritier atterit sur le dos avec un bruit mat, et une demi-seconde plus tard arriva Tomoé, qui avait eu la chance de trouver pour amortir sa descente le sublime corps d'un dandy maniéré. Ce dernier en eut le souffle coupé, et, incapable de faire quoi que ce soit pour le moment, resta étalé sans tenter de se remettre debout, de prendre connaissance de la matière heureusement point trop dure qui l'avait accueillie ainsi que des alentours, et de vérifier si tout allait bien autant chez lui que chez sa compagne. A vrai dire il se sentait légèrement vaseux, peut-être s'était-il cogné.

Mais pour l'instant, il restait amorphe et sans réaction face à sa compagne. Il aurait eu bien besoin de quelque preuve d'affection pour se remettre d'applomb. Parce que là, ce n'était pas gagné, il stagnait dans les nuages, dans un ciel tout noir rempli de nuages noirs, et sa tête le lançait affreusement. Une partie de lui décida de rester ainsi telle une belle au bois dormant tant qu'on ne se serait pas un peu occupé de lui, non mais.

Cette chute avait certes été désagréable, mais au moins, même s'ils ne pouvaient la distinguer dans l'ombre, demeurait la structure métallique d'une porte...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Lun 9 Juin - 18:47

[désolée du retard!!! ^^]

Tomoé s'écarta alors avec calme de son camarade. Elle avait protégé instinctivement le dandy, s'en véritablement s'en rendre compte. Elle ne pouvait regretter son geste, comme elle s'en tirerait d'ailleurs aucune gloire. Il y avait des choses dans les comportements humains que personne n'était capable d'expliquer : Pourquoi venir à tuer pour le plaisir? Pourquoi une mère protégeait automatiquement un enfant même si celui-ci n'était pas le sien? On racontait toujours la même chose, que cela descendait de nos lointaines origines animales et que c'était ainsi depuis la nuit des temps. L'instinct de présevration. Cela restait pour Tomoé du blabla dans lequel elle ne se trouvait pas le moins du monde satisfaite. Quoiqu'il en soit, lorsqu'elle en aurait l'occasion et que la situation se trouverait bien meilleure, elle chercherait sans doute à comprendre pourquoi elle avait voulu couvrir ainsi le galant homme. C'était perturbant en un sens mais le moment ne s'y prêtait pas.... Elle exploiterait le filon un autre jour.

Ce fut alors que naturellement elle leva la voix pour questionner le damoiseau, sachant pertinament qu'elle serait incapable d'en entendre la réponse. Néanmoins, c'était une façon d'éveiller la conscience de son compagnon sur ce qui pourrait l'interroger précisément. De plus, connaissant son handicap, il trouverait une façon ou d'une autre un moyen de lui faire comprendre sa pensée également.... D'ailleurs, elle put sentir alors la main virile de son compagnon lui serrer la sienne.

Toujours tentant d'essayer de percer l'obscurité, pensant que ses yeux seraient capable de s'y habituer afin d'entrevoir n'importe quelle infime source lumineuse, Tomoé dût abandonner totalement cette option. Tout n'était que ténèbre et c'était peine perdue. Retenant alors un soupir qui pourrait laisser croire qu'elle trouvait la situation désespérée et desespérante, chose qui n'était pas en soit le cas contrairement à ce que l'on pourrait croire, alors que l'une de ses mains était serrés chaudement, l'autre remonta lentement sur le bras de Kristen, à tatôn et délicatement, jusqu'à en caresser le cou puis le bout des lèvres. Elle passait sa main de telle façon à ce qu'elle est un contact avec la gorge du dandy et sa bouche.


" Si vous veniez à m'informer de quoique se soit, prenez moi la main et placer-là ainsi sur votre visage. Je peux lire sur les lèvres aussi de cette manière.... bien que cela soit un peu plus difficile. Maintenant.... reprenons la route... Il n'est pas prudent de rester immobile. "

L'ordre était donné! Ne pas rester, c'était ce qu'il y avait de plus censé à faire pour le moment. D'ailleurs, ce fut le dandy qui mena présentement le chemin. Voilà quelque chose qui lui sembla sur le coup quelque peu masculin mais cela ne la gênait pas pour autant. Tant qu'il ne fasse pas preuve de trop de zèle qui puisse les conduire tout deux dans une fâcheuse position, alors qu'elle ne rechignerait pas le moins du monde. Il prit même la délicate peine de lui serrer de façon rassurante sa main palotte. Tomoé avait déjà lu quelque chose sur le sujet... quelque chose sur le comportement humain et leur acte réflexe. Comment étudiez le comportement d'autrui à traves les manies du quotidien. Quelque chose de se goût là. Il fallait bien qu'elle s'occupe en prison et la lecture était la seule chose qui lui resta à l'époque.

Enfin enfin... après un petit accrochage en route, car le dandy faillit tomber, Tomoé se dut de faire de grande enjambée pour éviter de faire la même erreur, et ce fut de justesse. Satanée caillasse! Perdu dans les tunnels, c'était un véritable fardeau. On ne pouvait nullement prévoir quand celles-ci seraient désireuses de vous fracasser la tête. Néanmoins, l'air était moins nauséabonf au fur et à mesure que leurs pas s'enfoncèrent, bien que, il y avait toujours un parfum désagréable. Au moins, il y avait une amélioration.... ainsi que de la vie.

Oui de la vie car sans savoir ce que c'était exactement, Tomoé sentit une bestiole lui frôlée la jambe. Un rongeur dans doute mais elle n'en mettrait pas sa main à couper. Cela ne la surprit pas plus que ça... mais elle n'eut pas le temps de se poser la question quand elle se sentit brutalement tirée vers l'avant. C'était Kristen. Il chuta alors et entraîna, sans doute sans le vouloir, la jeune femme avec lui. C'était bien leur vaine et la tombée ne semblait pas si petite que cela.... bien que. Elle eut tout de même le temps d'avoir une petite montée d'adrénaline vraiment excitente, accentuée de plus par le noir totale, de ne pas savoir où était le fond... C'était vraiment une sensation divine sur le coup. Oui, c'était cela qu'elle cherchait, l'excitation, se sentir vivante et les émotions qui ne lui venaient jamais naturellement. Tomoé avait toujours dû se les provoquer elle-même par telle ou telle action.

Bref....

Là, la chute prit fin quand elle sentit alors sous elle et sa poitrine, le corps mou et chaud de son camarade Kristen. Celui-ci venait de rendre cela bien moins douloureux que cela n'aurait dû être. Finalement, l'évadée avait de la chance et cet homme là, il était de plus en plus intéressant.... Naturellement, la jeune femme se dégagea en roulant sur le côté, car sans nul doute eut-elle coupé le souffle du jeune homme. Elle espérait étrangement que cela ne lui empêcha pas de continuer tous les deux. Il aurait été dommage si messire Kristen n'était plus aussi pimpant et vigoureux qu'il y a quelques instants.

Lorsqu'elle glissa à côté de lui, elle passa alors à tatôn, à nouveau, sa main sur le dandy lui même. Mais cette fois-ci, elle n'hésita pas à aggrandir la zone d'exploitation. En effet, elle passa sa main le long de ses jambes, vérifiant qu'il n'y avait rien de cassé, puis sur son buste, longeant les côtés, montant délicatement aux épaules jusqu'à la tête de Kristen.


" Vous semblez n'avoir rien de cassé. "

Ce fut alors qu'elle tarda sa main sur le visage du jeune homme, comme lui dépousiérant les joues, retirant ses cheveux de par ses yeux. Lorsqu'elle effectua alors ses gestes, elle sentit qu'il était conscient et qu'il respirait, mais elle attarda son pouce sur les lèvres du vampire. Avec un curieux naturel, elle les essuya mystérieusement et ne dit aucun mot, alors qu'elle était penchée au dessus-de lui.

" Le sol ici est plat. Nous sommes peut-être dans une pièce. Il doit y avoir une porte ou une ouverture quelconque. "

Vous avez cru qu'un instant magique allait se produire comme dans les beaux contes entre un homme et une femme? Si Tomoé avait été une femme normale, peut-être que sous le poid de la peur irrationnelle de la mort, de l'adrénaline sous le coup de la chute et d'un désir naissant pour un autre individu, elle se serait laissée abandonnée à quelques frivolités peu inappropriées. Mais elle n'était justement pas normale, puisque psychiatriquement on la disait sociopathe. Peu rassurant? Sans doute. Mais n'ayant pas de morale à proprement dit, tout était possible. Allez savoir, la jeune femme pourrait tout aussi bien revenir sur cette situation et agir comme une succube si tel était sa volonté.

Toujours couchée aux côtés de son camarade, finalement, tout en gardant ses doigts sur la bouche de Kristen, elle revint sur un sujet plus terre à terre.


" Voulez-vous de mon aide pour vous redresser? vous devez avoir peut-être des courbatures, je suppose... "


Dernière édition par Tomoé Kanda le Jeu 26 Juin - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Sam 21 Juin - 0:49

Le vampire se laissa faire malgré l'indécence que présentait la situation. Après tout, il n'était pas vraiment en état de bouger ni de se défendre face à la jeune femme aux mains baladeuses, héhé. Il ne répondit rien, sentant ses doigts sur ses lèvres. Y avait-il quelque chose qui la poussait à toucher son visage, comme elle l'avait déjà fait auparavant?

-Non, ça ira, je... je vais me débrouiller.

Il était évidemment bien trop fier pour demander de l'aide à une femme, si séduisante, audacieuse, énergique et douée fut-elle. Il se redressa lentement jusqu'à se retrouver en position assise, et se passa les mains sur les tempes. La douleur ne s'atténuait pas vraiment, mais il espérait que ce serait le cas grâce aux bienfaits du temps, à défaut d'aspirine ou de sommeil.
Bon, il fallait repartir, on ne pouvait pas rester là indéfiniment. Il n'avait pas eu son bisou magique réparateur de tous les maux, mais tant pis, il agoniserait en silence sur la nouvelle voie qu'ils s'apprêtaient à suivre, en espérant qu'ils n'étaient pas tombés dans un simple trou au sol plat, et qu'il ne leur restait plus comme option que d'attendre leur trépas prolongé peut-être par le cannibalisme. Lequel des deux se ferait manger en premier? Nouvelle question existencielle. Ah, la vie de gosse de riche, c'était une nouvelle aventure chaque jour.

-Sûrement. Au pire, on peut toujours creuser...


La panthère noire ne percevait sûrement pas la note de sarcasme qu'il y avait dans sa voix. Il soupira, avant de se remettre laborieusement debout à l'aide de ses mains. C'était reparti. Il s'éloigna de Tomoé, bras tendus devant lui à la recherche d'un mur. Ce dernier ne se fit pas attendre. C'était une matière cartonneuse qui s'écaillait sous les doigts, comme une vieille peinture à moitié réduite en poussière. Il longea le mur avec délicatesse, jusqu'à parvenir à un coin et un autre mur perpendiculaire. Et enfin... sa main se posa sur quelque chose de lisse et froid.

-Ha.

Enfin quelque chose d'intéressant. Ses doigts parcoururent la chose non identifiée à la recherche d'une aspérité, d'une poignée ou de quelque chose du genre. Et il tomba sur une clenche métallique. Il appuya avec précautions, en espérant que le mécanisme ne soit pas rouillé, cassé ou coincé. Comme par miracle... la clenche ne bougea pas d'un demi-millimètre. Jetant un autre “fichtre”, il appuya plus fort, sans grand succès. Re-soupir. Mais pourquoi cela ne pouvait-il pas fonctionner correctement, comme se déroule une jolie histoire dans les films, avec le bisou magique à la fin? Son calme légendaire était sur le point de s'envoler à tire-d'ailes. Respire. Cool, man. Alors il appuya de toutes ses forces de gentleman extraordinaire sur cette foutue poignée, laissant échapper un grognement à cause de ses muscles endoloris. Quelle volonté de fer allait plier en premier, celle d'un vampire qui s'énervait un peu plus chaque seconde ou celle d'une vieille porte inutilisée depuis des années?

Le vampire vainquit. Un délectable sentiment de triomphe envahit Kristen lorsqu'il sentit la clenche céder en un lugubre grincement. Prince de la Nuit et superhéros des ténèbres, Mister BloodStained le magnifique, pour vous servir. Il tira doucement la chose qui devait être une porte. Cette dernière émit un gémissement sourd qui résonna dans tout le tunnel puis pivota sur ses gonds, laissant peu à peu entrevoir un couloir grisâtre. Ce n'était plus noir! Enfin! Il devait y avoir une source de lumière au bout, pour qu'ils aient la joie de pouvoir distinguer à nouveau les ombres et les contours. O félicité suprême.

Le jeune homme se retourna vers sa compagne, toujours dans la pièce carrée. Car c'était effectivement une pièce carrée, sans moyen de remonter dans le passage d'où ils venaient. Comme c'était bon de revoir la demoiselle aux cheveux noirs, en chair et en os, et pas seulement une sensation, une voix ou une pression sur son bras. C'était un peu moins sensuel mais plus rassurant. Et il était sûr de la personne avec laquelle il se trouvait.

-On continue?


C'était reparti pour de nouvelles aventures palpitantes au pays des rats, des moisissures et du gaz fétide. Le brun s'avança d'un air déterminé dans ce couloir qui s'offrait à eux. Curieusement, le fait de s'être acharné comme un forcené sur la clenche lui avait fait oublier son mal de tête... Le couloir faisait un tournant à angle droit, et les ténèbres semblait s'y dissiper au fur et à mesure de son avancement. Qu'allaient-ils bien pouvoir encore trouver derrière ce virage? Kristen était presque lassé des nouvelles découvertes, surtout qu'il ne s'attendait pas à quelque chose de bien dans un tel endroit. Ce ne serait sûrement pas un coktail avec des petits fours, du champagne et toute une assemblée qui les attendrait pour crier “surpriiiise!”. Si seulement le monde était à la hauteur de l'imagination de Kristen, tout serait beaucoup plus amusant.

Après que sa compagne l'eût rejoint, le valeureux vampire continua sa route, prêt à affronter ce qui les attendrait de l'autre côté. Ils arrivèrent alors dans une autre petite salle rectangulaire, d'une dizaine de mètres carrés tout au plus. De grandes étagères recouvraient chaque mur, sur lesquelles reposaient de larges boîtes en bois. Un empilement de ces caisses trônait au centre de l'antichambre. En face, une nouvelle porte métallique, qui ressemblait à celles qu'ils venaient de passer. Levant les yeux, Kristen remarqua la mousse verdâtre qui recouvrait le haut des murs et le plafond, signe d'humidité, mais de laquelle émanait une lueur diffuse, suffisante pour éclairer faiblement les lieux.

-Tout cela serait radioactif et ça ne m'étonnerait pas.

Il s'approcha lentement d'une des boîtes, glissant ses doigts le long de sa surface poussiéreuse pour l'examiner. Apparemment, elles n'étaient pas arrivées ici récemment. Une étiquette jaunie, collée en travers, était recouverte de caractères étranges. Ce n'était pas du japonais. Le gentleman plissa les yeux, tentant de déchiffrer ce qu'il y avait écrit. Il avait grâce à sa mère appris quelques langues étrangères trouvées dans les livre, érudition donnée aux seuls nobles de la ville. Qui d'autre pouvait bien se soucier de parler une langue perdue, désormais?

-Tiens, c'est de l'anglais.

Caution – handle with care – confidential – from... Le reste était illisible, mais il avait compris la plupart des mots. Allons bon, sur quoi étaient-ils encore tombés. Des armes, des stupéfiants...? Ou mieux valait-il pour eux ne pas le découvrir? Le jeune homme se tourna vers Tomoé. Sa curiosité démesurée le poussait à ouvrir une des caisses, mais il attendait de savoir ce qu'en pensait la demoiselle. Et de l'autre côté de la porte, là-bas... que recelait le souterrain?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   Mer 16 Juil - 0:28

[Les deux jeunes gens continuèrent leur aventure, pour découvrir une sortie quelques couloirs plus loin, et se séparer non sans regret.]

[POST CLOS]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le silence, une évadée, plusieurs possibilités... [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...
» Problèmes d'affichage du dinosaure (plusieurs images) [OK]
» Plusieurs point flou.
» To Touch, histoire à plusieurs chapitres
» La germe des possibilités… [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: Et c'est tout ? :: Musée des souvenirs-
Sauter vers: