~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lili ~

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lili ~   Ven 22 Fév - 4:03


(( Psycho Heart ))


free music


I. Identité
  • Nom : Katsunede
  • Prénom : Lilith, ou Lili, plus simplement
  • Âge : 19 ans tout juste
    • Date de naissance : 12 mai

II. Contexte Historique
  • Nationalité : Japonaise, évidemment.
  • Famille : Un père informaticien, à priori tout à fait respectable, une mère décédée et une petite sœur.
  • Histoire :
    « Eh, gamine, tu comptes aller où comme ça ? »

    La fillette se retourne, le ventre noué par la peur, et lorgne en silence celui qui a levé la voix sur elle. Il doit avoir la trentaine, sans doute un peu plus. Elle a 5 ans, et des poussières. Son petit visage rond, jusqu'ici inexpressif, affiche une amère déception. Sa tentative d'évasion a échoué. L'homme finit par la gratifier d'un sourire, ce qui ne l'empêche pas de continuer à afficher une mine boudeuse.

    « Le repas est à 19h30, tu l'aurais oublié ? »

    La petite hésite. Elle croise les jambes et commence à gigoter, les mains derrière le dos, le regard bas, comme si elle avait fait quelque chose de mal. Son père la toise un instant, puis sourit de nouveau, sourire qu'il agrémente d'un petit rire, après quoi il passe affectueusement sa main sur la tignasse de sa fille, déjà suffisamment emmêlée.


    « Allez, vas-y, mais reviens vite, je veux que tu sois ici à 19h15, et pas une minute de retard ! »

    Elle trépigne sur place pendant quelques instants, avant de s'élancer joyeusement vers la sortie, le visage empreint d'une joie intense. Ichino rit silencieusement pendant encore quelques instants, avant de rapporter son attention sur sa tasse de café. La nouvelle obsession de la petite Lilith, nourrir le chat des voisins. Cela fait plusieurs fois qu'elle tente une escapade en douce, avec une tranche de viande emballée à la va-vite dans un sac plastique, à chaque fois Ichino la prend, et à chaque fois, il finit par craquer et la laisse aller faire ce qu'elle a à faire. Charmant tableau familial, pourrait-on penser. Ceci n'est que la vision de Lilith. Examinons maintenant celle de son père.

    Ichino se fait du souci, à vrai dire. Il a du mal à gérer la demeure familiale, Natsu ne trouve toujours pas de travail, et les maigres revenus qu'il perçoit en tant qu'informaticien peinent à couvrir les dépenses mensuelles. Il prend sa tête entre ses mains. Et la petite Kaori qui vient juste de naître. Impassible, il saisit sa tasse de café, brûlant, comme toujours, et en boit une gorgée. Comme toujours, il se débrouillera. Ils se sont toujours débrouillés, et ils ont de la chance d'avoir encore cette maison, et cette vie relativement stable, ils le savent. A vrai dire, IIchino ne s'inquiète pas pour lui, mais surtout pour ses filles. Presque toutes les écoles ont fermé, à présent, et les dernières ouvertes sont hors de prix. Que vont-elles devenir, plus tard ?


    *



    Ichino prend sa fille sur ses genoux. Elle a maintenant 6 ans, il lui a appris à lire tant bien que mal, chose dont elle a horreur, et elle passe ses journées à rêvasser et à dessiner. Kaori n'a qu'un an et demi, quant à elle, et elle commence tout juste à parler. Ichino a décidé de prendre l'avenir de ses filles en main, c'est pourquoi il va commencer à enseigner à Lilith ce qu'il connaît le mieux : le langage des ordinateurs. La fillette passe une main intéressée sur l'écran. Cet objet lui est familier, son père y passe des heures.

    « Papa, à quoi ça sert ? »

    « Ca sert à plein de choses, tu verras. Et aujourd'hui, c'est absolument indispensable. »

    Lili ne comprend pas. Elle pose des questions, elle essaye, mais elle ne comprend toujours pas. Ses sourcils se froncent, elle essaye encore. Ichino a du mal à lui expliquer, tout doit paraître si compliqué pour une enfant de 6 ans. Il tente tant bien que mal de lui apprendre les bases. Il refuse qu'elle devienne analphabète, et qu'elle se mette à vendre la dernière chose qu'elle possède : son corps. Hors de question. Sa famille est la dernière chose qu'il lui reste, il la protègera.[/]


    *



    Le chat des voisins est mort, et Natsu n'en est pas loin. Lili a maintenant 8 ans, elle commence tout juste à comprendre que le cocon douillet dans lequel ses parents l'ont logée n'est pas éternel et que la vie, dehors, est bien différente. Aujourd'hui elle a vu le chat, écrasé, sur la route. Les larmes lui sont venues tout naturellement et la douleur lui a fendillé le coeur. Hachiko. Elle l'a nourri pendant plusieurs mois, elle s'est familiarisée avec lui. Mais elle vient de comprendre un des principes essentiels de l'existence : tout ce qui naît est prédestiné à mourir. Elle refuse, elle ne veut pas, mais c'est ainsi.

    Ses leçons d'informatique se sont finalement montrées fructueuses. Du haut de ses 8 ans, elle s'intéresse de très près à la cyberconsommation, et sait faire de nombreuses choses grâce à un logiciel de programmation. Son père lui a dit qu'elle se débrouillait bien. Lui, en revanche, vieillit, et ça se voit. Il a de plus en plus de mal à boucler ses dossiers. Natsu, sa mère, est malade. Le docteur dit qu'elle a une chance sur deux de s'en sortir. Elle a une maladie toute simple, avec un nom très compliqué, que Lili n'a pas réussi à retenir. Elle crache du sang, elle s'étouffe et vomit ses poumons régulièrement. Le docteur avait mes médicaments, mais ils étaient trop chers. Natsu ne les a pas pris.



    *



    « Hey, petite ! »

    Lili se retourne. Elle n'aime pas se faire traiter de "petite". A chaque fois qu'elle passe dans la rue, cette rue qu'elle n'a jamais quitté, les mêmes gars l'interpellent moqueusement. Grands, maigres, forts, sans doute, ils ont l'œil provocateur et n'ont de cesse de lui parler à chacun de ses passages.

    « Tu ne nous réponds pas, mioche ? » demande le plus grand, déclenchant les rires gras de ses camarades « Tu nous montrerais c'qu'ya sous ta jupe, qu'on vérifie ? » Nouveaux rires.

    Lili rougit. Pas de honte, de peur. Elle a peur que ces crétins finissent par la toucher. Il n'y a plus aucune autorité en ville, elle sait qu'il n'y aura personne pour les arrêter. Et ses parents sont trop tracassés pour l'entendre s'en plaindre, avec la maladie de Natsu ... Alors à chaque fois, elle passe aussi vite qu'elle peut devant la petite bande, les yeux baissés, prenant bien garde à ne pas quitter le sol des yeux. Et c'est sans arrêt la même chose. "Bande de cons" . Cette fois, le plus grand pose sa main sur sa cuisse. Un frisson la parcourt. Le deuxième en fait autant. Et ils remontent ... Elle se débat comme elle peut, mais elle n'a que 11 ans, et aucune expérience en la matière. Alors elle gigote, de façon acharnée, au grand plaisir des garnements, qui continuent avec d'autant plus d'audace.

    L'un d'eux passe la main sous son sous-vêtements. Son sang se glace, sa peau se hérisse. Elle donne des coups de poing dans le vide. « C'est qu'elle essaye de se défendre, la p'tite ! » , continuent-ils. Elle a peur. Ils vont trop loin, ils commencent à .. Dans un soudain élan, elle atteint au visage le premier gars. Elle enchaîne alors avec des coups de pied, se dégage de leurs mains, comme elle peut. L'un d'eux essaye de l'approcher. Elle plante ses ongles au hasard sans son visage. Celui-ci veut qu'elle tombe sur l'œil droit. Horrifiée par ce qu'elle vient de faire, elle retire vivement la main et se met à courir vers chez elle. Mais le mal est fait, du sang, chaud et poisseux, dégouline de la joue du type, et elle en a quelques gouttes sur la main . Elle essuie précipitemment sa main sur sa jupe en rentrant, et s'enferme dans la petite pièce qui lui fait office de chambre. Après avoir repris ses esprits, une haine farouche se dresse en elle. Elle ne les laissera plus la toucher, plus jamais.



    *



    L'hiver est particulièrement froid, cette année. A vrai dire, on raconte qu'on n'en a jamais connu un plus glacial à Tokyo. Lili respire l'air souillé de l'extérieur, qui semble se solidifier dans ses poumons, tant il est froid et chargé en fumées et en gaz. Elle attend, dans la ruelle. Les cours d'informatique de son père sont fructueux. Elle excelle. Mais personne ne veut des services d'une gamine de 14 ans. Qu'ils crèvent. Ainsi, elle fait comme elle peut durant la journée, et le soir, elle a prit elle-même l'initiative de se prostituer. Pour leur famille. Pour sa mère, qui est toujours aussi mal en point, pour Kaori qui n'a pas encore 11 ans. Ainsi, comme tous les soirs, elle attend, à demi-nue, dans la ruelle, jusqu'à ce que quelqu'un l'entraîne vers la maison close.

    Ce soir, justement, le client semble être ce type, là-bas. Carrure impressionnante, la trentaine, peut-être plus. Typiquement le genre d'homme qui trompe sa femme et qui n'en a pas honte. Ils la dégoûtent, tous autant qu'ils soient. Il l'emmène. Elle sait bien s'y prendre, et elle fait l'amour comme on lui a apprit, donnant du plaisir à ce con, plaisir qui n'est pas partagé. Soudain, il semble pris d'un accès de folie. Il l'attrape au cou, commence à la serrer.


    « Petite conne ! »

    Il hurle, il hurle, mais personne ne l'entend. Les jouissements se mêlent à tous les autres sons, ici. Lili étouffe. Il ne desserre pas. Il a laissé son poignard, là, sur la table de chevet. Encore un parano qui croit pouvoir échapper à son sort avec ça. Elle le saisit, et le plante dans le dos de son partenaire dans un ultime effort. Il hurle, à nouveau. Mais pas pour la même raison. Elle le plante dans son cœur, répugnée par son geste l'instant suivant. Mais on lui a toujours dit qu'il fallait tuer, ou être tué. Elle enfonce le poignard au plus profond de sa chair. Il a encore quelques soubresauts. Puis c'est fini. Elle retire le poignard, tremblante. Puis s'évanouit au milieu de ce bain de sang.

    Quand elle se réveille, tout est gris, autour d'elle. Il y a des hommes en noir, tout autour. La vérité la prend à la gorge. On les a trouvé. Ils ont trouvé ce salaud, mort, et son sang sur elle. L'assassin était tout désigné. Merde.


    « Reconnaissez-vous avoir tué cette homme ? » lui demande le grand type chauve en face d'elle. Elle approuve tout.

    On ne lui fait même pas de procès, elle est enfermée d'office. A 14 ans, condamnée à la prison à vie. Le choc n'aurait pas pu être plus rude. Inutile de leur expliquer, inutile de leur dire qu'il l'a agressée. Ils ne la croiront pas. Ils ne croient personne, et certainement pas une gamine.



    *



    Les mois défilent, et elle se durcit. Les longues heures passées seule dans sa cellule suffisent à nourrir une haine sans bornes, contre ceux qui l'ont enfermée, contre le monde entier. Sa mère est morte, cet hiver. Il faisait trop froid. Son père lui a rendu visite, l'autre jour. Ils ont parlé quelques minutes, puis il a du repartir, inquiet pour Kaori. Elle se sent plus seule que jamais, dans cet endroit de merde. Les années passent à un rythme effrayant par sa lenteur. Et chaque jour, elle se sent plus hargneuse, et chaque jour elle se sent plus faible. Tout se contredit en elle, elle meurt en apothéose tous les soirs, devant la fenêtre de sa cellule.


    *



    [i]Un assassinat massif. Des règlement de comptes, il paraît, mêlés avec un attentat terroriste classique. Elle n'a rien compris. Elle a seulement entendu un boucan monstre dans les couloirs, entendu le son des coups de feu, vu les murs se briser et dégager une masse de poussière effarante. Sa grille. Sa grille s'est ouverte, presque d'elle même, comme une invitation irrésistible à la liberté. Elle ne se fait pas prier. C'est maintenant ou jamais. Elle sort, et court, le plus loin possible. Une fois qu'elle a courut, elle laisse l'euphorie la gagner.

    Et l'euphorie retombe. Que va-t-elle devenir , à présent ? Elle ne peut pas retourner chez elle. Elle ne peut pas se prostituer, complètement écœurée. Alors, elle vole. Elle vole, et elle pirate, mettant ses compétences informatiques à l'épreuve. Elle établit des planques, elle apprend à reconnaître la ville. Elle fait de chaque rue son territoire , se familiarise avec le moindre recoin. On ne la recherche pas. La ville est bien trop chaotique pour pourchasser une misérable "meurtrière" de 17 ans, après tout.





Dernière édition par Lilith Katsunede le Ven 22 Fév - 5:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lili ~   Ven 22 Fév - 4:59

III. Informations Complémentaires
  • Apparence Physique :
    Demandez à n'importe quel imbécile de définir Lili, - physiquement parlant - et le même mot se dessinera toujours sur ses lèvres. Belle. Elle est belle, et il serait tentant de s'arrêter là, c'est effectivement la première chose qui marque chez elle. Autant par son regard farouche que par son allure, elle a une gueule d'ange et des yeux charmeurs.

    Quels yeux, d'ailleurs ! Deux yeux immenses, tels que vous n'en avez jamais vu, d'une couleur qui oscille entre le bleu et le violet. Autrement dit, si l'on voulait employer l'une de ces charmantes phrases poétiques qui émoustillent - ou émoustillaient - les femmes, on dirait de ses yeux qu'ils sont « si profond que l'on pourrait s'y noyer. » Certes, ils sont profonds, c'est le cas de le dire. Mais jamais, au grand jamais vous ne vous y noierez, vous pouvez me croire, Lili vous repêcherait immédiatement, et pas par bonté d'âme. Des yeux extraordinaires, donc, et joliment encadrés par de fins sourcils légèrement arqués, ce qui lui donne d'ailleurs sans arrêt un air contrarié ( sans troubler l'équilibre de son visage, bien entendu ) . Une petite bouche aux lèvres rosées, surmontée d'un nez discret, vient percer ce visage aux dimensions étonnamment petites, terminant en pointe par un menton aigu. Le tout encadré par une masse de cheveux roux totalement sauvages, qui mériteraient d'être qualifiés de crinière, le plus souvent attachés en deux couettes rapides, ce qui n'empêche pas quelques mèches rebelles de se glisser sur son front. En somme, un visage parfaitement équilibré et tout à fait ravissant, à la peau laiteuse et fine.

    Lili ne manque pas non plus d'allure. Non pas qu'elle marche comme les grandes dames, très peu pour elle, mais elle sait se tenir droite et se mouvoir avec une certaine grâce, quoique l'on qualifierait plutôt sa démarche d'agile. Sa silhouette ne se prête en effet pas vraiment aux longues marches, lentes et calculées. Lili est le genre de personnes au profil "poupée de porcelaine" . Elle semble si fragile qu'on a peur, en la prenant dans nos bras, qu'elle se casse en deux. Peur fondée, puisque la silhouette de la jeune fille la laisse apparaître comme quelqu'un de fragile, étant fine et élancée, plutôt grande pour son âge. Chacun de ses membres semble prolongé.

    Elle ne fait pas de difficultés niveau vestimentaire, ce serait bien culotté de sa part, quoiqu'elle aie un faible pour une tenue rappelant les uniformes d'autrefois : chemise, cravate et jupe plissée. Vêtements qu'elle porte d'ailleurs parfaitement bien. Et si elle est assez simple à ce niveau, elle est toujours habillée de bleu, de blanc, de noir ou de rouge, couleurs qui lui vont le mieux, à son goût. Autant un jour elle vous rappellera une lycéenne des années 2000, autant le lendemain elle donnera l'allure d'un véritable garçon manqué. Elle ne peut néanmoins que rester modeste sur ce plan, ayant d'autres dépenses à faire.

    Lili fait donc partie de ces personnes belles à l'exagération.

  • Caractère :
    Du caractère, Lili en a, c'est une chose, et pas qu'un peu. De là à le décrire, c'est plus délicat. Mais essayons tout de même.
    Tout d'abord, Lili est absolument dénuée de toute honte. Elle ne connaît pas la timidité ou l'embarras, le regret, soit, c'est une chose, mais rien d'autre de ce genre. En somme, c'est une personne décidée, et qui a tendance à ne jamais s'arrêter dans ce qu'elle entreprend. On peut voir ça comme une qualité ou un défaut, disons que ce trait de caractère a fait office des deux durant sa vie. Obstinée, donc. Et têtue, avec ça. Elle ne se fit qu'à elle-même, du moins, à priori, et n'écoute que son propre jugement, ce qui se révèle d'ailleurs être gênant dans la mesure où elle n'écoute pas les rares conseils qui lui sont donnés. Pour elle, il faut arriver à tout, seul. Ce qui est évidemment totalement contradictoire avec son besoin de se sentir entourée, besoin qu'elle essaye de cacher, cela va de soi.

    Elle n'est pas du genre à aborder une personne inconnue pour aller discuter tranquillement, sauf si elle a une idée derrière la tête, auquel cas elle est capable de tout ( ou presque ) . Non pas qu'elle soit froide, disons plutôt qu'elle est difficile. Elle préfère se montrer de mauvaise humeur que le contraire, jugeant que de cette façon elle est plus apte à se faire écouter. Car elle désire ardemment se faire écouter, lorsqu'elle a l'occasion de parler évidemment. Ainsi, dans les conversations, on la trouve le plus souvent froide, fermée, voire dotée d'une autorité totalement ridicule pour son jeune âge. Elle ne se prend pas spécialement plus haut que les autres, mais en tout cas, elle ne se prend jamais plus bas. Elle aime être égal à égal avec la personne à qui elle parle, ce pourquoi elle tutoie toujours ses interlocuteurs quel que soit leur rang, on la dit donc impolie, et sans doute qu'on n'a pas tord.

    Pas spécialement bavarde non plus, elle parle quand elle en a l'envie, ou quand elle juge que cela n'est pas totalement inutile. En revanche, elle a une maitrise de la langue assez poussée, ce qui lui permet de tenir un dialogue en parlant peu et sans pour autant passer pour une idiote. Elle veut toujours avoir le dernier mot, et têtue comme elle est, mieux vaut ne pas discuter. C'est ce côté qui énerve le plus chez elle, beaucoup la trouvent arrogante, orgueilleuse, voire provocatrice, bien qu'à la base ce ne soit pas réellement ça, mais le résultat est le même.

    Lili est difficile à accorder sa confiance, néanmoins lorsque c'est chose faite, c'est acquis, et pour longtemps. Cela vient du fait qu'elle a peur de placer sa confiance en quelqu'un, qui n'en tiendra pas compte par la suite. Une peur toute simple, presque légitime, qu'elle exagère au point d'en faire une fixette. Elle est également d'humeur changeante, au point que cela peut en être étonnant, mais très rarement sans raison. Disons simplement qu'elle ressent les choses mille fois plus forte qu'elles ne le sont. Elle a souvent tendance à réagir par la colère, lorsque quelque chose la contrarie. A la base, elle n'est pas vraiment colérique, mais lorsque quelque chose la met en rogne, on le sent passer.

    Un point positif. S'il y a bien un défaut qu'elle n'a pas, c'est l'égoïsme. Elle n'attache pas de réelle valeur à quoi que ce soit, du moins, à rien de matériel, ( sans doute y a-t-il tout de même certaines personnes chères à son cœur ) et n'a donc aucun mal à partager, voire à donner. Elle est assez débrouillarde, et sait se tirer de situations délicates, même si en principe, il lui faut un peu d'aide.

  • Aime :
    Les félins. Lili a toujours été passionnée par les chats, en particulier. Elle aime leur démarche, leur "caractère" si l'on peut dire ainsi, et leurs instinct phénoménal. Elle aime se comparer aux chats et se donner cette allure féline, c'est un trait caractéristique chez elle, pas très important, mais caractéristique.
    Elle aime avoir froid, chose étrange. Non pas qu'elle ne ressente pas le froid, mais cela lui procure un certain délice, que ce soit sous la pluie, dans le vent ou autre, de se sentir frissonnante et glacée. Il n'est donc pas rare de la voir traîner dehors en chemise par des soirées d'hiver, au risque d'attraper un bon rhume.
    Les ordinateurs ont également toute son attention. Cette complexité incroyable et à l'étendue gigantesque l'a toujours fascinée, et elle pourrait passer des jours entiers sans boire, ni manger, ni dormir, devant un ordinateur, à décrypter la moindre de ses données.
    Les vieilles armes, telles que les sabres japonais, les poignards,les dagues et autres l'intéressant également. Non pas qu'elle éprouve un plaisir particulier à se battre, elle apprécie simplement la finesse et la qualité des lames.
    Si elle n'est pas très gourmande, en revanche, elle raffole du chocolat. Les autres sucreries ne l'attirent pas, le chocolat est le seul aliment qui la fait saliver rien qu'à l'odeur.

  • Aime pas :
    S'il y a une chose dont Lili a horreur, c'est le bruit. Les gens bruyants, les musiques bruyantes, très peu pour elle. Elle évite donc tout endroit particulièrement condensé en décibels.
    A l'inverse de son adoration pour le froid, elle déteste la chaleur, notamment la transpiration, et surtout cette atmosphère qui devient lourde lorsqu'elle est saturée de chaleur.
    Elle a horreur de se sentir rabaissée, et par moment la solitude a un effet très néfaste sur elle également. Elle déteste également les livres, ayant des difficultés à lire et étant fâchée avec eux depuis sa plus tendre enfance. C'est contrainte et forcée qu'elle se plongera dans la lecture.
    Et enfin, elle a une sainte horreur des moustaches. Ne demandez pas pourquoi, c'est un mystère ...

IV. Autres
  • Rêve, Ambition : Avoir une vie à peu près stable, et c'est tout.
  • Cauchemar, Phobies : Se faire emprisonner de nouveau. Elle a également une peur atroce du noir complet. Il n'y a aucun problème pour marcher dans la nuit, mais lorsque le dernier lampadaire s'éteint, la peur noue son estomac et la rend extrêmement nerveuse.
  • Groupe : Evadés.

V. Facultatifs
  • Signes particuliers : ... Rien à signaler x)

VI. Hors Jeu
  • Comment avez-vous connu le forum ? : Mmmh, honnêtement je me rappelle plus trop >< Par un top-site, je crois ^^
  • Que pensez vous du design du forum ?: Superbe *ç* C'est une des raisons pour lesquelles je me suis inscrite, je suis en admiration devant le design . <3
  • Que pensez vous de l'intrigue du forum ?: Sympa, et bien imaginée ^^ En fait ce qui me plaît surtout, c'est l'ambiance du RP .
  • Des remarques ?: Nan.
  • Avez vous lu le Règlement ? Bon code
[i]
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Lili ~   Ven 22 Fév - 13:43

Et bien bienvenue !
A part quelque petite fautes ci et là, rien d'autre à ajouter.
Le contexte semble avoir était comprit et donc c'est avec plaisir que je valide une nouvelle membre !
Par contre, je te prierais de répondre aux message sans réponse plus que de créer un topic, histoire que le RP avance un peu <3.

Fiche VALIDÉE.

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lili ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lili ~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bon anniversaire lili
» Dossier Ti Lili: La vie a quand même ses bons et mauvais moments ...
» Emilie dit Lili
» Lili Jawell - L'apothicaire
» Une Lili sauvage apparait !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: Et c'est tout ? :: Musée des souvenirs-
Sauter vers: