~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maître Enzo Tsuki [SANGUINEI]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Maître Enzo Tsuki [SANGUINEI]   Dim 1 Juin - 0:46

Monsieur Enzo Tsuki


I. IDENTITÉ.

  • Nom : Tsuki de Bartolomeo
  • Prénom(s) : Enzo Rafaelo
  • Sexe : Masculin
  • Âge : 28 ans
  • Nationalité : Italienne – Japonaise
  • Lieu de naissance : Tokyo
  • Activité : Rentier


II. ÊTRE ET PARAÎTRE.

L’homme releva la tête vers la lumière chaude et tamisée qu’émettaient les grandioses lustres fixés au haut plafond. Son visage était pâle, fin, n’évoquant que grâce et noblesse. Oui, il releva donc son visage blême pour contempler les moulures des arcades qui séparaient les quelques pièces de son logement, rejetant ainsi en arrière une chevelure soignée noire d’ébène. Après un long moment, l’aristocrate sortit enfin de la baignoire aux reflets nacrés et aux pieds taillés dans le bois en pattes de lion. Il sécha avec une lenteur mesurée et volontaire son corps à la peau diaphane et aux muscles finement ciselés, son regard limpide se posant avec intérêt sur les vêtements qu’il avait choisi peu de temps auparavant.

Huit heure moins dix. Enzo Tsuki ajustait le col de sa chemise blanche sous son veston. Une fois son nœud de cravate parfait au millimètre près, il lissa les quelques plis qu’il était le seul à pouvoir discerner sur le reste de son costume trois pièces et finit par en enfiler la veste d’un leste mouvement qui ne faisait que confirmer son élégance naturelle. Son expression n’était pas loin de sembler hautaine, tandis que ses yeux parcouraient une dernière fois la trop luxueuse chambre d’hôtel étrangement dépourvue de fenêtre. Ah. Les yeux de Monsieur Tsuki méritent eux aussi une description : A l’image de leur possesseur, ils sont froids, distants, profonds, d’un bleu gris cerclé de noir, comme un pâle saphir fiché dans une boucle d’argent. Etonnement, les pupilles de l’homme sont rarement dilatées, et ceci en dépit de leur exposition ou non à la lumière.

Une moue mécontente prit place sur ses lèvres charnues, mais tout aussi finement dessinées que le reste de ses traits. Mécontent, parce qu’une mèche de jais venait balayer son front large et haut. Avec des gestes précis, minutieux et méticuleux, digne de ses habituels mouvements, il ramena la récalcitrante à sa place et, avec un léger rictus satisfait, se redressa.

Huit heure. Enfin l’homme se redressa de tout son mètre quatre-vingt et se contempla, d’un air satisfait et quasi narcissique, dans la psyché à l’encadrement de bois doré à la feuille. Enfin, c’était plus pour le plaisir de la pose que par nécessité ou même possibilité, en effet, en vampire digne de ce nom, Monsieur Tsuki n’a ni âme ni reflet. Enfin, il se plaisait à le croire.

Elancé, d’une beauté froide et d’une classe naturelle hors du commun, avec un goût visible pour le luxe, fiché dans son costume trois pièces fait sur mesure, Enzo Tsuki sortit de son somptueux logement tout en vérifiant à tâtons que sa cravate était toujours parfaitement droite et enfila ses gants blancs.


Il est donc désormais clair que Monsieur Tsuki se complait dans la magnificence du luxe et des tenues d’apparats. Cela ne lui porte en rien préjudice, au contraire, ainsi le vampire attire beaucoup de regards flatteurs, parfois un peu interrogateurs. La tête toujours haute, il est digne, mais reste relativement discret même si cela peut sembler antithétique avec ses goûts vestimentaires.

Il nous faut aussi préciser, que, par sa (fausse) nature vampirique, Monsieur Tsuki possède des attributs particuliers. En effet ses canines sont plus développées qu’en moyenne et cela devient d’avantage visible durant ce qu’il appelle « crises », mais qui ne sont que des périodes de grandes faims. Ces canines, de taille supérieures à la moyenne, se remarquent aussi d’avantage juste avant que leur propriétaire n’assouvisse ses morbides appétences, celui-ci retroussant sa lèvre supérieure. En effet, Monsieur Tsuki a eu le bon soin de se les faire tailler en pointe.

Monsieur n’a pas l’air totalement mauvais, même si ce n’est pas réellement ce qui ressort de la description faite ci-dessus… Son regard se fait parfois plus doux et fortement nostalgique… avec une histoire comme la sienne, qui ne le serait pas un minimum ?

Les sourires sont-ils quelque chose de rare chez Monsieur Tsuki ? Non. Mais il faudra alors y faire très attention car comme tout à chacun, toute une panoplie de sourire lui est propre et différente. Bien souvent il s’agit de léger rictus moqueur ou amusé, mais il lui arrive aussi d’arborer un bref sourire franc. Enfin cela reste exceptionnel. Le rire lui est aussi quelque chose d’occasionnel, si quelque chose peut titiller son humour plus que personnel, il se contentera d’un bref éclat, discret et élégant. Mais le sourire qu'il arbore le plus fréquemment est celui d'un homme qui rirait d'une subtile plaisanterie que lui seul comprendrait.

Monsieur Tsuki n’a rien d’un grossier personnage, pourtant il lui arrivera de lâcher quelques insanités. Bien entendu, comme n’importe quel homme de son rang, il s’en excusera.

Monsieur Enzo Tsuki est quelqu’un de relativement raffiné, ses goût pour l’opéra et le classicisme le montrent bien. Ses préférences vestimentaires aux aussi en témoignent parfaitement : il possède toute une panoplie de coûteux costumes noirs toujours impeccables (grâce aux bons soins de sa gouvernante) et affectionne particulièrement les gants de velours blanc. Son amour du luxe est totalement omniprésent, dans sa façon de s’exprimer, de se nourrir (il ne s’alimente que de « sang bleu ») et d’agir.

Le vampire est quelqu’un d’un calme extrême, un sourire moqueur et hautain flottant toujours sur ses lèvres. Adoptant un ton mielleux et faussement compatissant, il fait preuve d’une grande patience et d’attitudes théâtrales qui font tout son charme. Usant parfois d’énigmes pour s’exprimer, il reste relativement discret sur son passé mais même en étant d’un grand laconisme général, ses réponses sont toujours concises et complètes.

Trouvant un certain charme à la solitude, Enzo apprécie la compagnie des membres de la haute société, et refuse catégoriquement de rejoindre les autres vampires qu’il juge tout à fait indignes de lui. Enzo n’est pas du genre à se trouver mal à l’aise, en effet, sa large culture et sa vive intelligence lui permettent bien souvent de tourner la situation à son avantage.

Monsieur Enzo possède un humour plus que personnel, ironique, rarement sarcastique, il contemple souvent les évènements avec un sourire moqueur.

Mais il nous faut avouer que parfois... Souvent, Monsieur Enzo Tsuki diverge totalement du bel aristocrate décrit-ci dessus, et qu'il devient exactement comme ses semblables : un être malsain, fourbe et mauvais, se prenant pour un vampire, totalement paranoïaque et violent se complaisant dans le sang. Sur ce, bonne soirée. ♥




III. HISTOIRE.

Il est immobile au centre du trottoir. Un sourire illumine son visage trop pâle. Comme tout la foule qui se presse et s’amasse autour de lui, il est de noir vêtu. Un sourire illumine son visage trop pâle. Son long manteau noir tournoie parfois lestement dans un bref coup de vent, et le protège du froid de ce mois de décembre. Un doux sourire. Ses mains aussi sont gantées de noir, mais on le devine à peine car elles sont fichées dans ses poches. Un doux sourire nostalgique. Pas triste. Simplement nostalgique. Il relève son visage pâle vers le ciel gris alors que les visages anonymes le dépassent sans vraiment lui accorder d’importance. Ses yeux sont pâles eux aussi, un peu comme le ciel. Mais bleu, pas gris. Presque délavés, et cette couleur va avec son regard. Attention, les yeux et le regard sont dissociables. Ses yeux sont bleus pâles, et sont regard limpide. Pas triste. Juste nostalgique. Enfin. Il semblerait.

Une silhouette noire, immobile parmi tant d’autres. Un être calme et statique au milieu d’un flot noir en constant mouvement. Comme un masse qui ne forme q’un être bruissant et sans arrêt en mouvement. Parfois on le bouscule, mais peu importe, il demeure. Visiblement, cet homme a quelque chose de différent. En excluant son attitude singulière. Sa chevelure est comme tant d’autres pourtant : dense, courte, bien entretenue… Oui ils sont beaux ses cheveux. Noirs aussi. La neige s’est mise à tombée comme dans un rêve suave et leste.

Cela va faire un quart d’heure désormais qu’il reste sous la neige sans bouger. Les flocons blancs viennent mourir sur son visage avec le quel ils se confondent dans leur pâleur. Cela ne le dérange pas, au contraire, il a toujours le visage tourner vers l’immensité du ciel, réduite par les buildings environnants, et les yeux clos il profite du moment. Son visage n’est ni très beau ni laid. Il est… bien. Mais ce n’est pas ce qui compte chez lui. Malgré ses traits fatigués et froids, émane de lui, comme la neige, une incroyable douceur. La neige est froide, humide, parfois désagréable au toucher, elle reste en revanche belle et fascinante. Tout comme cet homme, immobile sous la neige à laquelle il ressemble tant. Beau et fascinant à sa manière d’être différent.

Le temps passe. Les minutes s’engrènent lentement, voila vingt minutes que le jeune homme demeure dans le froid de décembre. La jeune fille, elle, est comme tant d’autre. Mais elle est jolie. On le lui dit souvent : « tu es jolie… tu es belle… » Mais elle s’en fou. Tout ce qui importe c’est cet te personne immobile sous la neige. Et la bouche entrouverte, de la buée se formant sur la vitre de sa fenêtre du deuxième étage, elle le contemple depuis qu’il s’est arrêté. La nuit d’hiver est tombée, mais elle s’en fou. Elle le répète souvent ça : « je m’en fou », surtout quand on lui dit qu’elle est « belle » ou « jolie ». Ca choque et rebute, la jeune fille est pourtant polie, douce, intelligente. Oui elle l’est même trop. Intelligente. C’en est agaçant. Mais elle s’en fou.

Ils n’ont rien en commun. Enfin rien de visible à l’œil nu. Il est riche, puissant et connu. Simplement perdu dans la rue des Italiens, quartier sympathique mais modeste. Contradictoire.

Resserrant son châle autour de ses épaules fines, la jeune fille le regarde, c’est ce soir la première fois qu’elle le voit. Elle sourit, mais un sourire que seul un proche peut discerner : la bouche frémit à peine mais les yeux s’illuminent. Quelle expression pratique, à prendre au sens propre : les yeux se fardent de lumière et d’éclats indescriptibles.


Finalement les deux jeunes gens se sont croisés du regard. Et comme dans toute belle histoire, ils se sont aimés. Bien évidemment, résultat de cet amour plusieurs tourments. Leur différence de rang en fût la cause, lui si riche et de si bonne famille ne pouvait se contenter de cette pauvresse ! C’est pourtant ce qu’il fit, et c’est pour cela que le père fondateur de la famille le renia et le déshérita quand il apprit la naissance d’un fils avant leur union à l’église.

Le couple interdit fit naître deux autres beaux garçons, le cadet étant un pâlichon à la chevelure de jais : Enzo. La famille vécut dans le luxe, car même déshéritée ils se contentaient de leurs ressources personnelles. Par vengeance, le père fondateur créa la faillite de son fils. Ce fut ainsi pire qu’un infanticide, son fils, sa femme, et leurs trois fils perdirent tout ce qui faisait leur bonheur matérialiste : leur maison, leur mobiliers… Contraints de vivre avec de modestes revenus, le père du jeune Enzo sombra dans une déprime qui causa sa mort.

Seule avec trois fortes têtes, la jeune veuve eut beaucoup de mal, mais se débrouilla. De façon étrange, ses deux aînés avaient relativement bien réagis à ce changement de quotidien, mais ce ne fût nullement le cas de Enzo. Profondément écoeuré par ce revirement, il devint bien plus difficile et froid à l’égard de sa famille, et, voyant que ceux-ci se complaisaient dans une vie qu’il jugeait indigne de lui, nourrit à leur égard un profond dégoût.

C’était une vie déjà pas bien facile, mais quand Tokyo sombra dans l’obscurité, celle-ci devint… invivable. Toute la famille, entière, pas un survivant. Mis à part Enzo, pas bien vieux. Et qui sait comment, mais il parvint à reprendre ses dus. Ceux du grand-père les ayant déshérité. Certains disent que le grand-père en question, agonisant, accepta de les lui céder… Mais qui sait vraiment ? La folie avait pris ses marques, et, étant parfaitement bien installée, elle s’accrocha jusqu’à aujourd’hui.

2007 Words



IV. AUTRES.
  • Groupe : Vampire.
  • Rêves, ambitions : Vivre et mourir riche et puissant.
  • Cauchemars, phobies : Affronter la vérité. Non, Monsieur Tsuki vous n’êtes pas un Vampire immortel et assoiffé de sang.


V. QUESTIONS HJ.

  • Comment avez-vous découvert ce forum ? Par hasard.
  • Comment trouvez vous le design de ce forum ? Parfait. L’une des raisons de mon inscription.
  • Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum ? Parfaite.
  • Avez vous lu le Réglement ? Bon code by Nate
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maître Enzo Tsuki [SANGUINEI]   Jeu 5 Juin - 19:26

Fiche terminée =3 s'il faut des modifications, je les ferai avec plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Maître Enzo Tsuki [SANGUINEI]   Jeu 5 Juin - 20:29

    Désolée du temps de réponses, bref. Bienvenue sur Autopsied, que dire si ce n'est "ENFIN !" Nous avons un nouveau vampire, voici Kristen qui se sentira moins suele. Et j'aime beaucoup ton personnages, comme j'aimais ceux de WH*

    Bienvenue donc...

    Survit comme tu peux.

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maître Enzo Tsuki [SANGUINEI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maître Enzo Tsuki [SANGUINEI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Entretien avec Enzo Blackney
» Quelques petits rapports (Tsuki)
» [EVENT] la fin de Tsuki [dernière ligne droite]
» [Event] La fin de Tsuki [Tête de marteau]
» [RPG] Académie Tsuki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: Et c'est tout ? :: Musée des souvenirs-
Sauter vers: