~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Encore à sa recherche (PV Akira)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Encore à sa recherche (PV Akira)   Sam 12 Juil - 22:47

    Voilà trop longtemps que le jeune androgyne observait la vieille école en caressant la cicatrice sur son bras. Vestige d’une ancienne explosion, vestige d’une soirée, d’une rencontre, d’un désir nouveau. Seule preuve que sa rencontre avec le dragon avait été réelle et non inventée. Seule preuve, avec l’état de sa moto dont il ne restait rien. Sombres tourments… Un mois qu’il flânait, seul, dans les rues, partout où il le pouvait, partout où le risque de croiser la mafia était au summum. Mais rien n’y faisait, le dragon ne semblait pas vouloir se montrer.

    Il remit une mèche de cheveux derrière son oreille, fit tourner avec son pouce la bague en titane à son annuaire. Il était curieux de savoir, savoir ce qu’on faisait avant, dans cette école. Il aurait aimé apprendre, aimer être entouré d’élèves aussi curieux que lui, de découvrir la richesse de l’histoire japonaise, histoire qui aujourd’hui était réduite à une chose. La survie. La mort. L’explosion, en fait… Rien d’autre, rien de plus et rien de moins, et l’un des désirs d’Anouchk’ était de savoir s’il aurait été différent et plus ouvert si l’histoire n’avait pas été celle qu’elle était. Avec des si, la face de la terre aurait changé. Ah la terre, sombre mystère qu’elle était à l’androgyne qui n’avait jamais rien vu d’autre que la rue et ses rats.

    Quelle enfance que la sienne, il ne s’en souvient pas, mais sait encore pourquoi il a décidé de l’occulté. Il ne veut juste plus en entendre parler, il ne veut plus savoir, oublier, oublier, oublier, c’est tout. Tout ce dont il se souvient, c’est d’être partit un jour, un baluchon sur l’épaule, vivre seul là ou personne ne voulait plus être. Il a simplement décidé d’effacer ce qui l’a pousser à quitter ce qui devait être sa famille, peut être même que ce n’était même pas sa famille, peut être que c’était une famille d’accueil, ou des amis, ou juste des gens qui l’avaient kidnappé. En fait, il n’en a vraiment aucune idée, depuis le temps… Quel drôle de jeu que le temps…

    Mais enfin, il prend une cigarette dans le paquet écrasé au fond d’sa poche, il sort un briquet, l’allume. La flamme reste allumée, il tend le bras, recrachant la fumée. Sa cigarette blanche tombe au sol, il a la bouche ouverte. Ce n’est pas possible, rien n’est vrai il doit rêver. Oui c’est cela, il rêve l’androgyne, un rêve comme il en a fait bien d’autre depuis cette soirée mouvementée. Le briquet le brûle, il l’éteint et le met dans sa poche en se levant, les bras lui en tombent. Il se reprend, avance d’une démarche assurée, très assurée, vers la silhouette qu’il cherchait depuis longtemps. Sa respiration saccadée tranchait avec l’assurance qu’il voulait bien se donner. Enfin, enfin bon. Il s’arrêta à quelques mètres du dragon.

    « J’espérais que tu sois là ce soir. »


Dernière édition par Anouchka Ike le Lun 14 Juil - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Sam 12 Juil - 23:55

Akira tourna lentement les yeux vers l'androgyne. Sans émotion, et ses prunelles acérées détaillèrent avec précision la frêle silhouette. Qui ? Les mains fines relâchèrent lentement le fourreau du katana qui pendait à la hanche du dragon. Il hésita un instant. Lui, car Akira aimait à le penser homme. Il était ici.

« Que ? »

Surprise. T'y attendais-tu dragon ? A ce que quelqu'un vienne à ta rencontre, te cherche dans les ruelles noires de Tokyo. Qu'il ne soit plus qu'une ombre dans les ténèbres dans ces murs gris. Que lui seul, ne cherche... que toi. La solitude, seule amante a tes coté grogne un instant de jalousie et le dragon hésite.
Toi qui t'es laissé surprendre. Peut-être pas tout à fait consciemment. Qui avait remarqué que tes pas croisaient souvent les siens, mais toujours tu te dérobais à son regard et fondait sa maligne silhouette dans celle des autres, créature cachée aux yeux d'un fantasque transsexuel. Mais qui était le plus mythique des deux... ou le moins humain ? Alors pourquoi ce soir avoir relâché ta garde. A cause de l'habitude, ou par cette envie intérieure, cette envie d'être trouvé.

Akira se tourna tout à fait et toisa le nouvel arrivant d'un regard qui n'avait pas changé, comme à la première fois. Dans le skate-parc, pendant cet échange. Le cri de Satsuki lui résonna un instant dans les oreilles, lointain écho de colère quand elle avait vu qu'un des deux joyaux était fendu. Mais tout n'était que passé. Il ne souriait pas le dragon, non ce n'était pas son genre et ses dents affutées restaient murées derrière le scellé de ses lèvres. Mais ses yeux se plissèrent, il eu un rire sec avant de lâcher complètement son arme.

« Si tu viens pour ta moto, sache que je ne dois jamais rien à personne. Et que tu aurais plus vite fait d'aller te jeter dans le premier lac qui passe. »


[Désolé, c’est un peu court mais comme je t’ai déjà fais beaucoup attendre, je voulais te répondre ce soir.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Lun 14 Juil - 22:06

    L’esquisse d’un sourire sur les traits de la jeune androgyne. Quel plaisir, enfin, le contempler. Il aurait fallu d’un instant, qu’il ne la reconnaisse pas pour que la lame tranchante qui pendait à sa taille en finisse de sa partie stupide sur le plateau trop rempli de la vie. Mais il faut croire que lui non plus n’avait pas oublier ses traits, qui pourrait sans avant en avoir percé le secret ? D’un sourire à un rire étouffé. Sa moto, le seul objet qu’elle chérissait, dont elle ne pouvait pas se passer, partie en fumée. Enfin, détruite en fumée, partir est un acte volontaire. Oui Oui, sa moto était sa seule véritable amie, mais d’une amitié spéciale, il faut avouer qu’entre une androgyne et un objet, il y avait peut à espéré… Et pourtant, c’est à peine si elle a ressenti de la colère, de la haine contre le dragon destructeur de son bien le plus cher. Ce n’était pas sa faute. Elle n’a pas non plus eu de la peine, et n’a pas pour autant arrêter de fumer, même si s’en était la cause directe… Comme quoi, même les amitiés peuvent partir… En fumée.

    Un geste, un souffle, un sourire. Elle tend la main, qui avait en quelque secondes de répis, plongé au fond de sa poche pour en tiré un petit paquet de mouchoir en papier plié, dans lequel, si on touchait bien, on pouvait sentir deux petit cailloux tout durs. Anouchka, elle tient toujours parole, et ne refile jamais de la marchandise cassée, même si ce n’est pas de sa faute. Elle ouvre la main et défait le mouchoir avant même qu’Akira n’ai pu dire quoi que ce soit. Les deux diamants, en tout points identiques à ceux du premier échange, brillait au clair de lune dans la paume de sa main. Un éclat dans l’œil, et le souvenir qui revient.

    Elle avait du usé de beaucoup de charme pour réussir à les avoir, et ça c’est fait pourtant si rapidement. Après trois jours, et après les avoir échangé contre le secret de l’androgyne, sa pauvre proie avait malheureusement perdu la vie. Quel dommage… Pour une fois, elle avait prit du bon temps, cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas prit le risque, qu’elle n’avait pas oser. Mais s’en était assez, elle avait mélangé le risque et le sex, un cocktail étonnamment brûlant.

    Mais revenons en à nos deux moutons. Le regard qu’elle lui lança se voulait défiant. Elle se rapprocha, et sa main n’était plus qu’à quelque millimètres du dragon, il n’avait même pas à tendre la main pour les prendre. Son sourire ne s’était pas effacé.

    « Je te cherchais dans le but premier de te rendre ceci, je pense que ta maîtresse n’a pas forcément apprécié l’état dans lequel son revenu les deux autres. »


    Peut-être se fit elle des idées, mais dans le regard d’Akira, elle cru lire un point d’interrogation gros comme une maison…

    « Je n’attends rien en échange. Rien de concret du moins, juste une réponse. »


(Prochain post je ferais plus long ^^")
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Lun 21 Juil - 2:40

[De retour de vacs ! Je crois que ce post sera encore un peu court, mais tant pis Smile]

Pas un geste. Son souffle calme suinte dans un nuage de vapeur d'entre ses lèvres entrouvertes. Docile et pourtant farouche dragon qui sent son cœur accélérer à peine quand s'approche l'androgyne. Si près qu'il peut plonger son regard dans le sien et y lire les moindres émotions. Puis ses yeux se baissent, méfiant, comme à regret pour aller caresser les reflets des diamants plus bas. Des diamants qu'on lui tend.

Il hésite.

Que cela cache t-il ? Il ne comprend pas et son regard repart vers le visage de l'androgyne, à la recherche d'une réponse. Pourquoi faire ça. Il allait grogner qu'il n'avait aucune maitresse mais juste des amis, mais la remarque lui sembla pour la première fois de sa vie totalement superflue. Son vis à vis s'expliqua enfin. Et ne demandait rien en échange. Dubitatif, sa main gantée d'une mitaine de cuir fin s'approcha jusqu'à celle d'Anouchka et saisit les diamants du bout des ongles qu'il avait long. Concentré dans sa tâche de ne pas frôler la peau de ce donneur miraculeux, il ne saisit même pas le sourire de plus en plus évident qui se dessinait sur cette bouche ambigüe. Et c'est de nouveau en relevant les yeux que le dragon fut frappé par le peu de distance qui les séparait. Détournant rapidement le regard, il fourra les diamants dans la poche interne de sa veste et recula de quelques pas. Main sur le fourreau de son arme.

Aujourd'hui, il menait une mission de routine. Il reste en guet derrière cette lourde porte de fer et profitait d'un calme mérité. La journée avait été éprouvante, c'était un jour de collecte de ces fameuses « taxe de protection » et les clients récalcitrants étaient nombreux. Tout autant que les clients armés. En évitant une balle, Akira avait mal chuté et s'était blessé au dos. Rien de grave, rien qui ne se remettrait dans la nuit, mais les heures défilaient bien plus lentement depuis. Ainsi quand Satsuki avait suggéré que pour cette mission, il pourrait se contenter de faire le guet derrière un mur que personne ne chercherait à escalader, il avait acquiescé lentement de la tête. Remerciant mentalement la grande dame.

Il fait quelques pas dans la ruelle, tapant du bout du pied un caillou. Pas réellement décidé à répondre, mais curieux quant même. Puis finalement, il se dit qu'il n'a rien à perdre. Et il devine un peu les questions qui seront posées, des questions sur la malédiction sans aucun doute, tout le monde se questionne sur cette aura malsaine qui entoure le jeune homme. D'un air défi, il jauge Anouchka, essayant de faire fi des exhalaisons troublantes qui nimbe ce corps vivotant entre le connu et l'impossible et répond sèchement.

« Quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Mer 23 Juil - 8:48

    Si la scène était celle d’un film, on ne sait comment cela aurait pu se passer. Si on était sur un plateau de jeu, on ne pourrait dire qui avait la main. Mais pour le moment, l’androgyne retournait dans sa tête les informations qu’il avait eues sur Akira. Akira, la malédiction, du moins, c’était comme cela que beaucoup semblaient le considérer. Un démon ambulant, un faiseur de mort. Et pourtant, Anouchk’ ne le voyait que comme il était. Un somptueux dragon dont il ferait bien son repas. Mais doucement, pas trop vite, sur une partie, tout ce joue en longueur, il faut prendre son temps, et ne pas avoir peur… De jouer contre sa propre chance.
    Cependant qu’il observait le petit manège d’un petit dragon, et observait la trajectoire des cailloux dans lesquels ce dernier shootait, Anouchk’ continuait d’évaluer. Evaluer ses chances, ses désirs et son degré possible de mort par la suite.
    Après tout, il n’avait plus rien à perdre, et en fait il n’avait jamais rien eu à perdre. C’est pour ça qu’il était celui qu’il était, et que son passe-temps préféré était de jouer avec le feu. Et du feu, c’est bien connu, c’est en jouant avec un dragon qu’on peut en avoir le plus, donc dans ce cas-là, il avait tout bénéf’.
    Mais passons, le dragon semblait enfin se décider à accepter le bénin marché proposé. Bénin… Tout dépend pour qui.
    Si l’androgyne aux yeux de miel ne s’était pas renseigné durant son temps libre sur la fameuse « malédiction » pesant sur Akira et qui faisait sa plus grande réputation, on peut supposer qu’il aurait posé la question « De quoi parlait tu ce soir là ? » Mais du temps libre, durant sa recherche du jeune homme, il en avait eu plus qu’à revendre, c’était même à la tonne, et puis, il suffisait de demander à n’importe qui, tout le monde avait entendu parler du fameux Akira, le dragon et homme à tout faire de dame Kirasagi. Il avait donc un sac d’information assez vaste, surtout qu’il savait comment les demander.

    « Quoi ? »


    Dieu que de sécheresse dans la voix du dragon, comme si l’androgyne ici présent allait s’assagir. C’était pourtant un marché tout ce qu’il y a de plus honnête, plus tout du moins que de compter les cartes au Black Jack mais moins que de jouer sans bluffer au Poker. Allons donc. L’androgyne relisse un pan de sa chemise et prend même le temps de refaire son bouton de manchette en argent qui crée un éclat doré avec la pleine lune. Il se rapproche d’Akira, qu’il considère trop loin pour parler correctement. C’est dommage qu’il n’y ait pas de murs à moins de quatre mètres, il aurait bien remis le couvert comme la fois dernière.
    Pas de pensées perverses. Anouchk’ sait très bien que cette fois, le dragon ne se laissera pas approché de trop près, et pourtant, ses manières mènes un combat serré avec son instinct de survie qui lui dit de tout laissé tombé. Mais tant pis, il n’a pas pris d’abonnement de conscience, et il approche donc jusqu’aux limites de bon sens, il pourrait presque sentir le souffle du dragon si l’air froid ne l’avait pas englouti avant de franchir le peu de distance qui les séparaient. Il se sentait grand l’Androgyne, aux côtés de ce petit (mais néanmoins beau) mafioso. Tout en avancant et en défiant les règles de survie, il avait commencé à parler.

    « Pourquoi pas moi ? Pourquoi ne suis-je pas mort ce jour-là alors que tout laisse à penser que j’aurais dû. Avoues-le Akira, ça te perturbe autant que moi maintenant. Pourquoi ai-je survécu ? Moi, que tu aurais sûrement préféré voir mourir, en détruisant ma précieuse moto au passage bien évidemment. Pourquoi pas moi ? »


(Quelque fautes qui doivent trainées, mais après deux jours sans dormir j'ai une excuse, et j't'ai dis que je répondrais ce soir. J'fais bouger un ptit peu, t'as de quoi énerver ton dragon sieu Noa.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Dim 3 Aoû - 1:42

Comme un serpent, létal animal. Akira est dressé de toute sa hauteur et toise, d'un regard assassin cette étrange créature qui danse autour de lui et vient sans cesse goutter à son venin, renifler l'odeur de la mort et de la colère qui monte. Adrénaline qui pulse lentement dans le sang rouge du jeune homme qui hait ce manque de distance entres les deux cadavres. Exquises ombres qui se repoussent et s'enlacent toujours autant. Il lui souffle doucement dessus et, sa main sur son katana, recule de nouveau de quelques pas sans le lâcher des yeux.

Il n'aime pas la question.

Et l'autre le sait. Dans ce regard clair, dans ce sourire caché et cette attitude, tout est aussi clair que de l'eau. Mais Akira ne souhaite pas s'y abreuver. Pour toute réponse, il se contente en premier d'une grimace désagréable. Comment répondre à des questions dont on ne possède ni la réponse, ni même l'articulation. Pourquoi des gens souffrent de son contact alors que d'autres, et peut-être pas les plus recommandable se contentent de survivre, encore et encore, cherchant sa peau comme ultime grand frisson. Baisse t'on mieux avec l'épée de Damoclès pendue au dessus de notre tête, son éclat brillant dans les lueurs de la lune rendent-elles les choses encore plus existante. Surement.

Il survit. Lui ou elle. Et Akira ne sait pas pourquoi. Et il ne veut pas répondre. Car s’il souhaite un instant que les flammes aient embrasé ce corps ambigu; il sait qu'il a trouvé une nouvelle personne qui supporte son contact. Et ces envies de le serrer dans ses bras, de sentir encore ces quelques degrés de chaleur humaine dans la peau de ses mains lui manquent depuis qu'il a lui-même causé la mort de ses proches.

Ce regard, l'androgyne ne peut pas le manquer. C'est celui d'une bête coincée, sauvage et muette qui ne souhaite pas répondre. Qui ne souhaite pas formuler l'impensable. Un chanceux, un autre comme la dame Kirasagi qui porte le trèfle à sa boutonnière. Et c'est peut-être ce sort qui retient la main crispée d'Akira sur son arme, tellement serrée que les jointures de ses doigts en blanchissent.

Puis il lève la tête et ses épaules se redressent. Il lui jette un regard dédaigneux et attaque.

« Tu enquêtes sur moi, maintenant ? »

Sourire.

« Pauvre abruti. Mêle-toi de ton cul avant celui des autres. Sinon le prochain coup, je te promets que l'explosion de l'autre jour te semblera douce et que je te ramasserai pas. »


La porte claque.
La porte ?
Ce sont les pupilles rougies par la colère qui pivotent soudainement sur les trois hommes qui viennent de sortir en trombe et se retrouvent face au dragon.

« Merde, le chien Kirasagi. »

Tuer. Akira n'éclate pas de rire. Son sabre fend soudainement l'air et rase de près Anouchka qui reçoit le sang de pauvre l'ère qui tombe au sol en tenant sa gorge. Infâme bruit et ce pétrole carmin qui coule à gros bouillon sur le sol. Un coup de feu près des oreilles d'Akira qui se plaque au sol pour éviter la balle. Les deux hommes fuient sans demande leur reste.

« Bâtards ! Revenez ! »

Akira dérape sur la flaque de sang au sol. A peine un regard à l'androgyne, il se jette dans la ruelle, à la poursuite des deux hommes qui restent, abandonnant celui encore vivant à son sort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Dim 3 Aoû - 3:10

    Les mots d’Akira s’écoulaient sur elle comme de l’essence incandescente. S’ils la brûlèrent, elle n’en laissa rien paraître. Toujours cette désinvolture. Il faut bien, quand personne ne sait qui tu es, ils finissent par te cracher à la gueule et à ce moment-là, autant apprendre à ne jamais montrer tes sentiments. Mais c’est vrai qu’elle était de toute façon trop occupée à observer le sourire du dragon. Sourire qu’elle voyait pour la première fois, à son souvenir. Sourire… Mesquin et Moqueur.

    Et ensuite, comme la première fois, tout se passa trop vite. Pas au ralentit. Elle crut d’abord au retour de la malédiction, mais écarta en une seconde cette possibilité. Elle ne l’avait même pas toucher ! Puis, le juron étouffé des nouveaux arrivants lui parvint, et le sang gicla sur son visage d’albâtre en trop peu de temps. Elle regarda l’homme face à elle tomber, et le dragon partir, sans même lui adresser plus qu’un regard. Quelle sympathie… Elle vit un des deux hommes tirer une balle, et fit alors une croix sur la vie qui lui appartenait. La balle avait frôlé Akira. Et juste pour ça, elle allait le tuer. Imaginez alors seulement si la balle l’avait touché…

    Elle prenait son temps, sachant pourtant que chaque minute était risquée. Elle essuya le sang qui salissait son visage avec sa manche, puis souleva un pan de son baggy, et récupéra, accroché à son mollet, un poignard au manche de corne jauni. Elle se rapprocha de l’homme qui aurait pu servir de fontaine tant il saignait, et décida, en bonne samaritaine, d’abréger ses souffrances. Elle planta deux fois son poignard dans le cœur du malheureux et s’en fut fini. Quel bourrin cet Akira tout de même. Elle récupéra même le collier qu’il avait autour du cou et le fit glisser dans une de ses poches. Puis, elle se dirigea vers un recoin sombre et disparu. Quelques secondes plus tard, une moto noire et flambant neuve passa juste devant le corps.

    Tous frais payés la nouvelle bécane. Celle qui lui avait offerte cette pure beauté était encore en vie, elle, et elle était celle que l’androgyne allait voir quand elle se faisait du mauvais sang. Une amie, on pourrait l’appelée comme ça. Elle connaissait toute la vie d’Anouchka et son entière confiance. Ca aurait pu être dangereux. Ça ne l’avait jamais été. Pas jusqu’à aujourd’hui, car une légère bagarre avait éclatée entre elles quand l’Anouchka lui avait annoncé qu’elle cherchait à revoir le dragon des Kirasagi. Et bien sûr, elle n’avait pas du tout apprécié qu’elle tente de se fourrer dans de pareils ennuis, mais lui avait cependant racheté une moto. Un cadeau d’anniversaire en avance bien sûr.

    Elle avait dû avoir un bon timing, car elle ne vit qu’un seul homme derrière qui Akira courrait. Ce dernier devait être tellement en rogne qu’il ne s’en serait pas rendu compte. Elle observa les alentours, et vit le deuxième homme. Ce fils de pute était un faiseur de coup bas, il avait l’intention de tirer de dos sur un dragon énervé. N’est-ce pas un bel enfoiré ? La moto gronda, sans doute moins fort que la force qui hurlait au fond de l’androgyne. Elle n’avait même pas pris la peine de mettre son casque ou sa veste de cuir. L’homme se retourna. Les yeux écarquillés d’horreur quand il vit l’éclat de la lame dans les airs. Il n’eut pas le temps de réagir. Le petit poignard se planta directement dans le cœur.

    La moto arriva à la hauteur d’Akira et se planta juste devant lui. La jeune androgyne s’autorisa de l’humour et même un regard fondant comme du caramel au soleil.

    « J’vous dépose quelque part ? »

    Au loin, l’autre homme continuait à courir. Mais il allait vite être rattrapé, cette moto-là était assez inégalable niveau course à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Dim 3 Aoû - 4:19

Il avait entendu le vrombissement de la moto à son flanc et freina sa course quand l'androgyne lui coupa la route avec un regard moqueur. Lame en main, suintante goutte à goutte sur le bitume, il considéra l'offre un dixième de seconde avant de sauter à l'arrière de la moto. Ils redémarrent en trombe à la poursuite de l'autre homme, le dragon se tenant à la selle pour ne toucher Anouchka.
« A droite. » Susurra t-il à l'oreille du conducteur qui accepta sans trop rechigner, ils s'engouffrèrent à toute vitesse dans une ruelle adjacente à celle de la fuite de leur ennemi. Akira abrita son visage dans le dos de l'androgyne pour éviter les vieux papiers qui s'envolaient sur leur passage et soudain la ruelle tourna violemment sur la gauche pour arriver à l'exact niveau de l'homme qui avait arrêté de courir.

Le mafioso bondit de la moto même pas encore arrêtée et plaqua l'homme au sol avant d'enserrer ses mains autour de son cou. Un coup de poing, Akira lui cracha un mélange rubis et bave au visage en continuant à serrer. Le sabre était resté près de la moto. Deuxième coup de poing, un coup de genoux dans l'estomac mais tout se ramollissait et la colère du dragon était telle qu'il devait attaquer de ses propres mains. Un règlement de compte comme un autre. La peau sous son attaque se colorait doucement d'une teinte bleue et les yeux se teintèrent de rouge.

Il relâche son emprise et se relève. Il essuie le coin de sa bouche avec sa manche et crache par terre.

« On n'entube pas les Kirasagi. Dame Kirasagi vous pardonne pour cette fois, vous et pas vos amis qui nourrissent maintenant les vers. Partez et prévenez votre bande que notre clémence est aussi grande que notre désir de vengeance. »

Silence. Discours châtié, mille fois répété. Laisser le dernier vivant. Il avait vu l'autre hurler quand son équipier impromptu avait le ménage derrière lui. Ignorant pourtant qu'il lui avait sauvé la vie. Cette phrase qui tranchait avec cette apparence sauvage, ces cheveux en bataille et ce sillon rouge qui coulait le long de sa joue jusque sur sa clavicule.

L'autre se releva, difficilement. Interloqué. La vie sauve. Il fila dans la rue sans demander son reste, trop abasourdi par l'absurdité de la situation.

« Décidément, tu fais tout pour me suivre, hein ? »

Un sourire, qui était plus forcé mais peut-être plus engageant, au travers de ces dents taillées en pointe.

« Tu es peut-être effectivement un spécimen de chance, qui sait. Tu ne serais peut-être pas touché ... »

Un instant.

Douleur. Et l'odeur de la poudre.
Akira passa la main sur la fleur pourpre qui se dessinait sur sa cuisse, la peau soudainement à vif, le cuir arraché et l'air frais de la ruelle qui s'insinue dans la plaie.
Quelques mètres plus loin l'autre avait enfin compris et avait sortit son arme. Avait visé la tête d'Akira mais avait touché sa cuisse.

Et Anouchka avait réagit, vite et clair. La lame de son couteau avait fendu l'air. Mais l'avait raté de peu. Quelques micro seconde de battement, avait rebondit miraculeusement sur le mur proche et était venu se planter lame en avant dans la tempe du malheureux qui était tombe raide en arrière.

« Bien joué. »

Akira s'était trainé jusqu'à une poubelle renversée et s'y était assis avant d'examiner la blessure. La balle l'avait presque éraflé et avait éclaté la chair sur deux centimètres avant de ressortir. Il serra les dents, quel con il avait tourné le dos.

Un regard pour Anouchka. Quelle attitude adopter. Il baisse les yeux d'un coup et le braque sur son sabre resté à terre.

« Donne le moi, il va rouiller si je l'essuie pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Dim 3 Aoû - 23:53

    Réaction immédiate, comme à sa bonne habitude. « On n’entube pas les Kirasagi », mais bien sûr, et la balle, elle l’a loupée de peu ton derrière mon bonhomme. Il était trop fier, le pauvre dragon qui maintenant essayait de maintenir le sang qui à l’instar de toute logique tentait de rejoindre le sol. Pauvre dragon. Il se croyait invincible et il avait là la preuve du contraire. Il pouvait se prendre une balle, comme tout un chacun. C’est ainsi que la vie est faite. Les mêmes chances de survie, à quelques exceptions près cela dit…

    « Donne le moi, il va rouiller si je l'essuie pas. »


    Anouchk’ se baissa, ramassa la lame d’Akira et l’essuya soigneusement sur sa chemise tout en regardant le propriétaire avec… Douceur presque. Il le couvait des yeux, en fait. Puis, reposant l’objet sur la moto, en équilibre sur le siège, il sourit. Sourire invisible aux yeux du beau dragon reposant là. Sa chemise serait inlavable. Tant pis, elle servirait aux jours ou il devait se mettre à la mécanique et trifouillé dans la gueule béante de sa bécane.
    Doucement, il refit face et partit en courant, laissant là le blesser. Au loin, on entendit après une très longue minute, des pas qui revenaient et un joyeux sifflement. L’androgyne faisait fièrement tournoyer son couteau au manche de corne dans sa main droite, le manche retombant toujours bien dans sa main, sans une égratignure, sans un faux pas, et passa devant Akira en lui adressant un sourire rayonnant, avant d’essuyer et de ranger le poignard.
    Ce fut avec une grâce calculée et pourtant peu commune qu’il se baissa au niveau de dragon, genoux au sol. Sa voix douce comme du velours s’éleva, murmurée comme à un enfant en tord, avec une pointe de reproche et pourtant de l’ironie.

    « Je te sauve la vie, je te venge, et c’est en me donnant un ordre que tu me remercies ? »

    L’Anouchk’, trop rapide pour qu’Akira n’ai le temps de réagir, se pencha en avant, et posa ses lèvres lisses et froides contre celles du dragon. Et là, un rictus ou un cri de douleur, aller savoir, emplit à nouveau la sombre allée. La totalité d’une flasque de vodka Spyritus venait d’être vidée sur la chaire à vif d’Akira. L’alcool pur devait lui brûler la peau, mais au moins, ça désinfectait très bien, ça, l’androgyne le savait mieux que personne. Et avoir vidé sa dernière flasque de cette vodka plus chère que de l’or lui faisait un petit pincement au cœur. Si seulement il n’avait pas tourné le dos …
    Les quelques secondes ou ses lèvres avaient touchées celles d’Akira n’étaient là que pour le distraire un instant. Allez savoir s’il se serait laissé faire ! C’n’est pas forcément tous les jours qu’on accepte un alcool à 97% sur sa plaie. La stratégie donc. Cela dit, il n’est pas exclu qu’Anouchk’ y ai prit plaisir. Il y aurait eu d’autres moyens de le distraire, mais beaucoup moins… Plaisants.
    Alors qu’il attendait des reproches sur son comportement totalement puéril, gamin, profiteur et autres, des cris qui auraient fait fuir les rats ici présents ou même le départ claudiquant mais immédiat du dragon, Anouchk’ commença à examiné la blessure. La balle avait traversé et n’était pas encore dans les replis de chaire sanguinolente, c’était ça de moins.


(HS: pas long du tout, tu m'excuses dis ? ^^")
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Mer 6 Aoû - 3:48

[Pas de soucis Smile]

    Vois androgyne dans ce regard. Contemple toute la nature indomptée de cette étrange créature qui te harcèle, te poignarde à distance alors que tu touches à son arme sans la le lui rendre. Sens-tu les flammes ardentes derrière ses pupilles dilatées quand tu t'agenouilles à ses côtés et approche si près ton visage du létal animal. Et s'il n'y avait ce sang qui colore le bois de la caisse d'un vermillon tacheté, il n'y paraitrait rien. Aucun rictus, aucune grimace ne déforme les traits lisses et apathiques d'Akira qui contient à grand peine les élans de colère entremêlée de douleur qui se fracassent sur la barrière fragile de sa réserve en de telles situations. Mais présentement, il va bientôt exploser.

    Il ne baisse pas les yeux, il n'est pas en faute et ne dois rien. Son doigt ganté de cuir se lève soudainement, accusateur.

    « Ah oui ? Et... »

    Le mafioso écarquille les yeux sous la surprise. Incapable de réagir, on vient de lui couper la parole de la manière la plus inattendue qui soit. Et quelle manière... La vision dans le vague il réalise à grand peine que l'androgyne dont il ne connait même pas le nom pose ses lèvres sur les siennes. Celles si brulantes d'Akira s'étouffent à peine sur les glaciales nervures de son opposé. Ses paupières se ferment. Si peu de contact pendant toutes ses années, animé uniquement par les regards apeurés des membres de son clan, de tout être connaissant la malédiction. La foule qui recule sur son passage sans que le guerrier n'y soit pour rien, uniquement ce sang malade et corrompu. Et pour toute poignée de main secourable, un gant de crin. Il revoit tous les accidents qui le suivent à la trace comme les charognards se repaissent d'une chair encore vivante.

    Et la sienne ? De chair à vif. Il n'a même pas vu venir, n'a pas envisagé la montagne que cachait le bosquet. Et c'est quand la première goutte d'alcool s'insinue dans la plaie encore à vif que la réalité se rappelle à lui comme un crash-test dans un mur de brique. Le hurlement volcanique qui résonna dans la ruelle fit en effet fuir tous les rats. Akira repoussa violemment Anouchka mais il était trop tard. Le spiritueux se mêlait à la plaie en poussant, un vrai désastre et Akira eu en premier lieu la réaction bien humaine de se replier sur sa blessure, crispant les mains sur son contour sans pour autant oser la toucher. Les larmes lui vinrent aux yeux mais il les ravala. Ses gémissements résonnèrent encore quelques secondes dans la triste ruelle avant de s'éteindre. La douleur était d'autant plus grande qu'elle était surprenante, en combat, en situation difficile Akira faisait preuve d'une grande résistance physique mais cette affliction, là maintenant alors qu'il en avait même chassé la première pour le temps d'un échange, avait été bien pire que s'il avait serré les dents et attendu le coup. Mais la question d'Anouchka restait bonne, se serrait-il laissé faire ? Il se serrait contenté de faire un bandage de fortune une fois de retour au QG de Kirasagi, après tout il en avait pris des balles. Il se souvenait encore de sa rencontre avec Satsuki, elle l'avait sauvé alors qu'il se vidait de son sang. Sale histoire.

    Plié en deux, le Dragon releva soudainement la tête, ses cheveux rouges collés à son front. Et ce regard qui n'exprimait plus rien sinon une colère sans borne qui avait noirci jusqu'à ses iris.

    « Sale enfoiré de fils de pute ! Je vais te buter ! »

    Ne jamais croire Akira désarmé car à sa hanche pend encore sa deuxième lame. Le Wakisashis sort de son fourreau sans un bruit, les doigts encore imprégnés d'hémoglobine et de vodka enserrent sa poigne et la projette vers l'androgyne. C'est le cœur qui est visé. Rapide lézard, il se sert du peu de temps où son nouvel ennemi le perd de vu pour esquiver qu'il saute jusqu'à la moto et récupère sa longue arme. Il se jette en avant dans un cri de rage.

    « CREVE. »


    Seulement quelques millimètres entre la gorge et l'acier froid. Akira tend son arme à bout de bras, dressé comme un I malgré sa jambe qui le fait encore plus souffrir depuis la petite cautérisation partie. Le regard qu'il lance à Anouchka est sans faille. Un sourire. Il se rappelle soudainement qu'il laisse toujours une dernière chance avant le combat, une ultime sommation. Mais il n’est plus à quelques erreurs de logique près

    « Ce soir je ne suis pas d'humeur. »

    Il abat sa lame.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Dim 10 Aoû - 1:12

    La fureur du dragon émanait de lui comme une aura destructrice, et contamina jusqu’à l’air que respirait Anouchka. Les prunelles du blessé la vrillaient, menaçante, la condamnant à une mort certaine. Elle le voyait. Elle le vit également se saisir de son arme. Elle le vit s’approcher en boitillant. Elle pouvait imaginer la brûlure qui parcourait ses veines, le sang bouillonnait de rage quitter son cœur pour enflammer tout son corps. Elle était là, et elle voyait tout, y comprit ce qui pouvait se passer si elle ne réagissait pas assez vite, ou si le dragon était plus rapide qu’il n’y paraissait maintenant. Le cerveau de la belle androgyne travaillait à plein régime, calculant le plus vite possible ses chances de survie. Et pourtant, elle n’avait pas peur. L’épée de Damoclès menaçait, puissante entre les mains du magistral dragon rouge dont les cheveux rubis encadraient le visage déformé par la fureur. Pendant qu’elle souriait. Prête à tout pour le déstabiliser. Elle n’aurait pas de seconde chance, elle le savait très bien. La rage au cœur. Elle devait agir, mais c’était au quart de seconde près. Un peu trop tôt et elle était morte, trop tard… Et elle était morte. Une seule et unique chance d’échappé à la précieuse lame d’Akira. Rien d’autre. Et au fond, elle éspérait de tout son être réussir à la saisir, la vie était si attrayante, elle ne voulait pas partir sans avoir pu lui faire un dernier hommage. Mentalement, elle s’engueula. Elle ne devait pas penser à une éventuelle fin. Mais la lame approchait.

    Attends. Attends. Attends… Maintenant ! Anouchka se glissa sous le bras du dragon, le sifflement de la lame dans le vent était très près, trop près, elle entama son bras. Pas grave. Ne pas se laisser perturber. Elle laissa de côté les élancements douloureux que cela provoquait, et ne s’occupa que de sa propre survie, entière. Elle devait arriver à ses fins entière. Elle ne voulait pas non plus prendre ses jambes à son cou, ce qui voulait dire, pas de moto, pas de fuite, quelques pourcents en plus aux chances qu’elle avait de perdre la vie. Mais elle avait déjà évité le premier coup. Elle réussirait sûrement à suivre son plan mentalement préparé. Une fois la lame derrière elle et Akira de dos, elle se retourna, et se détestant de cet acte d’avance peu fier, elle s’agrippa à la taille du dragon et cogna la blessure. Encore une fois. Puis elle retourna le dragon face à elle, le portant à moitié. Sa jambe ne le tenait sans doute plus. Elle avait mal pour lui, mais c’était chacun pour soit. Elle rabattit la main d’Akira sur le mur le plus proche, lui faisant lâcher son arme. Puis appuya la deuxième de la même manière, au-dessus de sa tête. Ils étaient à égalité. Désarmés, et avec leurs deux mains prises.

    Mais aussi, dans la même position qu’à leur première rencontre. Et plus elle y pensait, plus elle se trouva lâche de ses actes. Elle avait cogné un blessé sur sa plaie, par derrière qui plus est. Elle l’avait désarmé et plaqué contre un mur, non-libre de ses actes. Elle le dominait de presque une tête. Elle était lâche. Mais elle tenait à la vie. Ses prunelles caramel plongèrent dans les yeux rageurs du dragon, cherchant à s’excuser, fouillant dans les décombres de sa fureur une lueur de pardon. Il n’y avait pas besoin de mots. Elle était très claire. Son propre désarrois lui fit peur, elle n’était pas du genre émotive ni consciencieuse. Un démon dans un corps inconnu. Puis, prise d’un élan qui devait être le contre coup, ce fut avec une tendresse profonde et contrite qu’elle pose sa tête sur son épaule, dans le creux de sa nuque. Elle s’en voulait de marquer une faiblesse, de baisser sa garde et de tenter le dragon de la tuer. C’était presque un signe à la mort. Dans le genre « coucou, je suis là ! Je t’attends ! ». Mais elle était totalement perdue dans ce monde et cette bataille. Elle n’attendait rien, plus rien du tout, et cela s’entendait dans la douceur avec laquelle elle respirait. Inspirant à fond. Quitte à mourir, elle emporterait l’odeur du dragon. Puis, dans un souffle, elle dit.

    « Je vais être sage maintenant. Pardon… Je sais être sage. Je m’appelle Anouchka. »

    Et elle relâche les mains d’Akira.


HS : sorry pour le temps de réponse, on nous seccioner le cable téléphonique, donc plus d’internet. Encore désolée ! Bisoux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Mar 12 Aoû - 6:03

    Surprise. Plus étrange que de sentir l'air de la ruelle caresser doucement la paume de ses mains vides. La haine avait déformé sa vision, superposé à son regard d'étranges couleurs d'un rubis intense et de noir le plus obscur; transformé cette rage calme en tempête enflammée. Il avait attaqué pour tuer, sans autre motif que la colère. Mais n'en avait-il toujours pas été ainsi.

    Le dragon se retrouve désarmé.

    Plus encore que par la bataille et les doigts experts de son vis à vis capable; pour la deuxième fois, de le désarmer et d'en faire un juste reptile remuant le long d'un mur. Mais le souffle chaud dans son cou, qui s'enfile sous sa chemise est plus étrange encore que toutes les tactiques du monde et il faut avouer, que même si tout est calculé, la chose marche. A la perfection même.

    Les mains encore en l'air pour quelques instants, Akira ne comprend ni ne réalise l'absolue grotesque de cette situation qui n'en finit plus de se retourner. Ils sont tous les deux d'étranges ombres dansantes au coin d'un feu, se cherchent sans cesse au travers de fumée et se trouvent, puis se rejettent au soleil levant. Pour que la nuit accompagne de nouveau leur recherche.
    Ils dansent plus qu'ils n'agissent, ces deux personnages anonymes dans la nuit de Tokyo II.

    Anouchka.
    Ce n'est ni féminin, ni masculin. C'est un nom des pays du froid qui sonne comme une litanie déclamée dans les plus glaciales neiges de l'hiver. Quel comble qu'Akira ne soit qu'une créature des déserts les plus arides et les plus enflammés.
    Un endroit de sable et de mort où les cadavres se blanchissent au contact de ce soleil si présent, ineffable astre à la présence dantesque. Un instant, Akira en oublie la malédiction, mais elle est là, tapie dans l'ombre, intolérable garce qui se glisse jusqu'à lui, aussi sournoise que le serpent. Intraitable garce.

    Et au dessus de leur tête, le dragon entend le bruit sourd de l'acier qui brinqueballe dans un vent invisible, un souffle infime pourtant suffisamment. Un échafaudage, comme il en traine des centaines dans ses rues bafouées, qui menace de s'écrouler. Sur eux ?
    Serre le ou la dans tes bras, dragon. Pour la première fois étends tes ailes autrement que comme une cape mortelle mais comme celle d'un ange.

    Anouchka ne comprend surement pas quand il sent la poigne du dragon se resserrer sur son corps plutôt que de lui administrer un ultime coup de grâce. Mais le samouraï sait, que tant qu'il est prêt, le mauvais sort n'oserait pas s'abatte en même temps sur un si habile messager. Du moins l'espère t-il. Akira se demande souvent si tout ceci ne serait pas le fruit de son imagination pour justifier ce néant social qui vient l'effrayer jusque dans la nuit.

    L'échafaudage s'effondre, dans un bruit sourd dans le sens opposés aux deux ombres réunies. Le Dragon soupire, comme apaisé par l'action conjointe de ce répit et ce corps encore intact entre ses mains. Qu'il agrippe si fort de ses doigts rendu noueux par les fractures de le voir s'envoler comme un fantôme.

    Sa jambe ne le porte plus. Il cède et se laisse lentement glisser au sol sans en avoir réellement honte. L'androgyne le suit dans sa chute, et Akira s'en étonne sans un bruit. Ça le fait juste sourire. Que tout ça est étrange, totalement inconvenant, et pourtant prévisible. Lui et ses humeurs changeantes qui passent plus vite que la tempête qui s'agite, brule si fort en cette si petite carcasse maintenue en vie par l'étincelle d'une illusion.

    Sa main vient chercher le menton de son vis à vis, qu'il regarde dans les yeux. Il a un sourire engageant même si ses dents pointues le rendent encore effrayant.

    « Tu me saoules, sévère tu sais ... ? »

    Silence. Ces yeux toffees qui ont bien plus de mystère que la lumière de la lune. Et qui l'écorchent de leurs questions, de leur incompréhension noyé dans ces airs impassibles. Il a un doute, il hésite. Le grand mythe qui piétine et se questionne. Ce visage si proche. De sa main, encore posée sur la peau blanche de l'androgyne, il attire son visage jusqu'à lui et l'embrasse.

    Et c'est comme retrouver toute sensation après une léthargie longue et profonde.
    Ataraxie altruiste d'un être rendu distant pour protéger ceux qu'il aime. Aucun contact depuis tellement longtemps. Il goute à pleine bouche la saveur des lèvres de l'autre. Si c'est un homme ou une femme ne compte peu, de toute façon dans cinq minutes il regrettera.
    Il réalise et recule brutalement le corps d'Anouchka

    « Pardon, pardon ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   Mar 12 Aoû - 9:11

    Le motard n’avait même pas entendu tomber le balcon de fer, tant il était dans son monde, dans les yeux d’Akira, dans ses pensées et sa stupide faiblesse. Tout le monde aspire à s’attacher un jour, mêmes les plus insensibles. Tout le monde fini par craquer, par se laisser embarquer dans une bulle. Et le monde aurait bien pu exploser autour d’eux que l’Anouchk’ n’aurait pas cillé. Peut-être même qu’il n’aurait même pas entendu. Seuls comptaient les bras d’Akira autour de lui. Tout le monde peut se laisser aller…

    Il accompagna le dragon lorsque celui-ci se laissa glisser sur le sol crasseux de la ruelle sombre pour reposer sa jambe douloureuse. Il suppliait toujours son vis-à-vis de ses yeux panachés. Saoulant ? Bien sûr qu’il était saoulant, pire que ça même. Surtout avec les gens qu’il désirait garder auprès de lui, alternant ses humeurs, changeant sans cesse sa façon de réagir aux mêmes situations, pour ne pas se laisser contrôler, ne pas lasser. Mais c’est énervant de ne pas comprendre quelqu’un, et l’androgyne en savait quelque chose. Sa meilleure amie était difficile à cerner, à l’instar de tous les Schizophrènes sans doute… Cette fille était une bisexuelle bien plus marquée que les autres. Elle pouvait être hétéro et devenir lesbienne dans un élan de colère ou lors d’une crise, si bien que les gens autours n’y comprenaient plus rien. Du tout. Sauf Anouchk’. Pour lui, elle était les deux à la fois, les deux qu’il aimait, la lesbienne et l’hétéro. Max et Sun. Deux personnalités si différentes qu’elle en devenait incompréhensible. Oh oui, Anouchk’ savait ce que cela produisait comme sentiment de ne pas comprendre qui était l’autre.

    Sa grande expérience des réactions anormales et totalement décousues fit qu’il ne fut pas surpris outre mesure quand Akira caressa sa joue avant de kidnapper ses lèvres. Et dieu qu’est ce que cela pouvait faire du bien d’enfin les sentir. Il profita, se laissant totalement contrôlé par ce dragon en manque de tendresse et de chaleur humaine. Cet être on ne peut plus humain qui cherchait des prétextes pour que les gens s’éloignent de lui, ne pas les faire souffrir, et finir par mourir doucement au fond de son cœur. Et avant même que le bel homme aux yeux pareils à une sucrerie, a savoir, notre androgyne, n’ai eu le loisir d’approfondir le baiser, Akira le repoussa brutalement en s’excusant.

    C’était à ne plus rien comprendre. Sauf pour Anouchk’. Quoique… Il baissa les yeux. Avant de les relever vers le dragon qui regrettait. Et le regard qu’il lui assena était plus coupant qu’une lame aiguisée. Il lui en voulait. Ou du moins c’était ce qu’il voulait faire croire. Et n’importe qui aurait été dupe, de la glace qui émanait de ses prunelles, de la haine qui s’élevait de son corps, de ses traits figés. Anouchk’ était un maître en la matière. Faire croire, faire paraître. Sourire quand il faut, rire, réagir comme on l’attend. Rester calme quand on bouillonne de rage. Toujours, toujours rester maître de soit, ne jamais se laisser dominer par ses émotions. Malheureusement, il avait tendance à trop se laisser avoir avec le dragon. Et personne ne saurait si c’était sa chaleur corporelle ou le soudain réchaud de l’ambiance qui fit fondre son regard de glace, mais ses traits redevinrent suppliants et presque tristes. Puis il s’énerva. Vraiment.

    Se levant d’un bond agile et souple, il cogna dans le mur sur lequel Akira était adossé. Toute la force du seul bras qui lui restait fut propulsée sauvagement contre la brique rouge. Et le sang gicla. Le poing en sang, il jeta un regard noir à Akira.

    « Mais à quoi tu joues bordel !!!? Tu veux m’énerver, me tuer ou m’embrasser ?! Tu veux juste me voir perdre mes moyens ???! Tu t’amuses bien dans ton petit monde solitaire j’espère !! Tu veux que je m’en aille ? Que je ne cherche jamais à te revoir ? C’est cela que tu veux ? Que je disparaisse ?? Tu t’es laissé trouver ! J’aurais pu te tomber dessus plusieurs fois, mais je voyais bien que tu cherchais à m’éviter ! Tu te pensais d’une discrétion absolue n’est-ce pas ? Tu pensais que je ne te verrais pas ? Mais tu es sur le même plateau de jeu que moi maintenant, dragon. Tu veux réellement jouer ? Joué avec mes nerfs, avec moi ? C’est cela que tu veux ? Alors on va jouer ! »

    Le débit était irrégulier, tantôt lent, tantôt rapide. Mais ses paroles étaient crachées. Vomies. On sentait pour la première fois de toute la vie de l’androgyne, la douleur percée au creux de ses mots. Il venait de perdre ses moyens. Mais la colère aide parfois à réfléchir, mais peut également faire commettre des actes que l’on serait à même de regretter. Et c’est sans plus de préambule, après avoir parcouru la ruelle de long en large deux fois, qu’Anouchka Ike se mit à genoux devant le dragon rouge et attira son visage à lui tout en le vrillant de ses prunelles où brûlait le défi comme le désir. Ses lèvres se posèrent sur celles d’Akira passionnément tandis qu’il continuait d’observer la réaction de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encore à sa recherche (PV Akira)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encore à sa recherche (PV Akira)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: Et c'est tout ? :: Musée des souvenirs-
Sauter vers: