~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Jeu 13 Déc - 1:46

<-.•*`¯`*•.->
Tu m'as dis
"Vis ceci comme si tu devais mourir demain
Sens ceci comme si tu devrais être réincarnée maintenant
Fais Face à cela comme si tu devais vivre éternellement"

<-.•*`¯`*•.->



Quartier Shinjuku – Hôtel Jiken

De sombres couloirs courent et s’entremêlent les uns aux autres, dansant ensemble sur plusieurs étages. Leurs murs délavés, tachés et sombres cherchent à repousser les êtres s’y aventurant. Mais rien n’y fait. Malgré toutes leurs sottes tentatives pour regagner un semblant de paix et de quiétude, les cris d’extases et de jouissances entachent et font frémir l’atmosphère suintante de phéromones.
Les portes, avides de préserver le contenu de leur pièce pour elles seules, sont fermées et se plaignent de toutes intrusions par de stridents crissements et autres gémissements engourdis. L’une d’elle, pourtant, n’accomplit pas sa besogne.
Est-ce par lassitude ? Ou tout simplement pour laisser entrevoir à quelque curieux l’étrange habitant de cette chambre, le prohibé exécutant sans un mot sa pénible et lourde tâche? Une personne, à la fois si semblable et si différente des autres habitants de la demeure.
Un démon au masque d’ange faisant percevoir le paradis en emmenant ses proies dans les limbes de l’enfer.
Sous les draps collant de sueur, de moiteur, de jouissance et de dégout, deux corps s’affrontent, se griffent et se cherchent, glissant l’un comme l’autre vers une union maculé par le sang, la honte et l’argent. L’étoffe de tissus glisse péniblement loin de ses êtres décharnés par la misère, découvrant un homme d’une banalité affligeante surplombé par un chérubin déchu de son statut.
Tout dans son apparence transcrit la grâce et l’élégance. Que ce soit son corps élancé, finement sculpté, ses muscles discrets roulant sous une peau d’une pâleur envoutante, ou ses longs et fins cheveux qui, jalousés par les rayons de la pleine lune, semblent devenir soie argenté. Sa prestance, sa force, tout dans son port et sa cambrure androgyne contraste avec l’aura de sensualité qu’évoque volontairement sa chute de rein affriolante ou son corps dénudé, libre de toutes entraves.
D’entres ses fines lèvres purpurines, fruit interdit que s’offre le pécheur, aucun son ne s’échappe, que cela soit par pudeur ou fierté déplacée. C’est avec tout autant de vanité que l’albinos, allant à l’encontre des désirs de son client, le chevauche, le surplombant malgré ses menaces qui deviendront bientôt gémissements et suppliques extatiques.
Comme tant d’autres, l’exécrable vermine des bas quartiers se laisse piéger par la veuve noire, la mante-religieuse qui part son corps ravage sa proie.

Né de parents pauvres comme tous dans les tréfonds de l’enfer où ils vivent, entre misères, damnations et cruautés, Nate River n’est apparemment qu’un prostitué comme les autres ayant souffert de quelques maux semblables à ceux de son voisin de plus proche.
Du moins, voila en quels termes est évoqué ce jeune homme de vingt-deux ans dans les ruelles sombres et obscures de cette ville si méconnue du nouveau monde. Il ne serait qu’un garçon, surdoué certes, ayant vécu une enfance presque trop paisible pour pouvoir vivre dans ce monde empli d’injustices. Rien de plus qu’un fils de prostituée, ignorant ses congénères par simple snobisme ou étant trop courtois avec d’autres. C’est selon.
Pourtant, la vérité n’est pas celle que l’on croit. Loin de là.

<-.•*`¯`*•.->


De sa vraie identité Lawliet Wickedness de Sade, ce jeune garçon albinos, aujourd’hui prénommé Nate River, vit le jour dans une contrée brumeuse de la belle Angleterre. Un petit conté perdu entre deux collines un peu trop hautes, où s’accrochaient perpétuellement quelques nuages brumeux ayant décidé de venir agacer le monde afin de jouir de leur passe-temps favoris, à savoir, observer les quelques vies inintéressantes qu’étaient celles des humains.
Un jour pourtant, quelques cris attirèrent l’attention de ses brumes qui se penchèrent, en la faveur de la nuit, sur le berceau d’un être fragile venant à peine d’être confronter pour la première fois à la dure et difficile vie.
Une enfance idyllique, telle était l’idée que se faisaient les gens sur les premières années de vie de ce petit être. Quoi de plus logique en effet, pour le second fils et successeur légitime de la riche et non moins connue famille Wickedness.

L’autorité suprême, le père du damoiseau, Mike de son prénom, était un célèbre avocat réputé pour avoir sorti de l’ombre quelques odieuses machinations et avoir défendu autant de causes insoutenables. Avec sa femme, détentrice d’une des plus grosses filiales mondiales du luxe et spécialiste reconnue des arrangements floraux et de l’Ikebana, leur famille possédait une petite fortune des plus conséquentes pouvant subvenir à tous leurs besoins. Il allait de soit que leurs enfants avaient devant eux une route toute tracée vers un avenir des plus prometteur, notamment le cadet, Lawliet, qui portait sur ses frêles épaules d’enfant sage la succession de leur illustre famille.

La mère de ce dernier, Adélaïde, était, tout comme son mari, d’une bonté assez flegmatique et se préoccupait grandement de l’avenir de ses tendres enfants, qui étaient « sa vie » comme elle l’affirmait souvent aux ménagères. L’un des souvenirs d’elle que possède encore l’albinos est son sourire angélique, toujours si protecteur et aimant envers lui, mais qui, il l’apprendra à ses dépends, cachait tant.

Et puis, Lawliet avait la chance d’avoir un grand frère responsable et aimant qui s’occupait de son éducation. Quoi de plus parfait pour grandir et s’épanouir?
La petite gente n’avait pas conscience qu’ils n’avaient là que la partie visible de l’iceberg. Que vivre dans une telle « famille » équivalait à vivre emprisonné par les apparences d’une prison doré s’illustrant au travers d’un orphelinat crée par les Wickedness, qui fut par la même occasion sa demeure.



Orphelinat Wickedness - Keroubim’house

Une grande et majestueuse porte s’offrait à la vue des rares mais importants visiteurs. Sculptée finement dans un bois ressemblant fort à l’érable, les armoiries de leur très ancienne famille s’y étalaient fièrement, gravés avec finesse. Et dans l’embrasure de cette porte, un jeune garçon de six – peut-être sept ans – attendait que son entrevue commence. Il observait, émerveillé, le splendide bureau de son père, où de magnifiques compositions florales trônaient ça et là, ainsi que la vue enchanteresse que la baie vitrée permettait de contempler. Discrètement, il s’y faufila et posa son front contre le verre frais, quelques mèches pâles encadrant délicieusement son visage aux traits juvéniles.

Ainsi abandonné au vide, il avait l’impression fugace et irréelle de voler alors qu’en douce musique de fond, la voix tendre de sa mère se répercutait dans la salle par le biais de la radio. Un sourire mutin lui montait aux lèvres, son corps baigné de lumière se réchauffant avec plaisir lorsque la voix sèche et implacable de son père retentit. Le sourire s’enfuit, retournant loin des méandres de ses lèvres.

« Lawrence m’a fait part de ton incapacité à te concentrer durant tes leçons, fils. Je t’ai déjà surpris plus d’une fois à flâner dans le parc, observant de futiles papillons, mais étudies-tu sérieusement comme je te l’ai ordonné ? Certainement pas ! Tu continues à te pavaner auprès des souillons d’orphelins qui te servent d’amis loin de tes livres !»

Respirant la droiture et l’obéissance en cet instant redouté, Lawliet ferma les yeux, attendant la gifle qu’il reçut sans grande surprise. Il avait fauté, en voila la conséquence. Flegmatique, il affirma à son père qu’il n’aurait plus à le reprendre mais de ne pas ennuyer ses amis. Sa demande n’obtint pour toute réponse qu’une volée de claque qui le fit tomber au sol.
Il y resta en silence, attendant la sortie de son père, les épaules secouées de nombreux soubresauts alors que, vainement, il tentait de retenir ses larmes, la tête rejetée en arrière pour empêcher cette garce de gravité d’accomplir son méfait. Aucun pleur ne franchira les barrières de ses fins cils. Aucune larme, aussi discrète soit-elle, n’aura le droit de venir mourir sur ses lèvres.

« Tu es faible, Lawliet. Que fera-t-on de toi…
- Lawrence… »


Sans un mot de plus, le cadet trouva refuge dans les bras réconfortant de son frère. Le Prince de la famille, répondant à l’exquis prénom de Lawrence, était un jeune homme fait d’éloquence, de prestance et d’un charme envié de beaucoup. Fils illégitime issus d’une union hors-mariage, il avait été, enfant, le ‘batard’ de la famille. Du moins, avant qu’il ne prenne sous son aile son petit frère lorsqu’il naquit. Le petit chérubin n’avait d’yeux que pour son ainé, toujours préoccupé par son triste sort contrairement à son père qui ne cessait de le réprimander. Perdu dans la candeur de l’enfance et de l’innocence, il ne savait pas encore percevoir la triste vérité.

« Tu as encore mis en colère Père. Na feras-tu donc jamais rien pour me contenter ? Ce n’est pourtant pas bien compliquer d’apprendre des leçons.
- Je veux te faire plaisir mais…
- Mais tu préfères t’amuser. Je sais pourtant ce qui est bon pour toi. Enfin, puisque tu n’en as que faire... »


Paniqué, l’enfant se serra plus étroitement dans les bras de son frère, lui murmurant à-demi mots qu’il ne souhaitait pas être abandonné. Un rictus affligé fleurit les lèvres de Lawrence qui l’éloigna pour donner plus d’impact à ses traitres mots.

« Tu ne peux vraiment rien faire sans moi mon pauvre Law’.
- Je m’en excuse… souffla-t-il, penaud.
- Tu es un poids… mais je ne peux pas te laisser te débrouiller seul, tu es trop faible et adorable. Ecoute-moi cependant à l’avenir ! »


Reconnaissant de cette attention, il posa un baiser timide sur la joue de son ainé pour remercîment et s’enfuit après avoir récupéré un livre qu’il comptait apprendre pour ne plus contrarier son protecteur.

Inconscient de l’emprise funeste que pouvait avoir Lawrence sur son comportement, il se dirigeait d’un pas joyeux vers un coin tranquille afin d’effectuer sa lecture, lorsqu’une ribambelle de boucles blondes lui coupa la route. Un rire cristallin s’échappa d’entre les lèvres boudeuses de la damoiselle lorsque son royal fessier atteignit douloureusement le sol qui n’avait en rien souhaité cette agression. Une enfant du même âge que l’albinos le regardait tendrement, une lueur moqueuse et malicieuse au fond de ses prunelles chocolatées.

« Devlynn ! » s’écria-t-il, le ton faussement mécontent, rentrant dans son jeu.

La dénommée Devlynn prit un air très sérieux avant de se plaquer les mains contre ses oreilles en récitant d’un ton docte que « Non cette chose affreuse n’est pas mon prénom ! Je m’appelle Leen ! ». L’orpheline sourit avant d’aider Lawliet à se relever, lui parlant d’une sombre histoire de dinette en compagnie d’un certain Mad. Devant la fraicheur de son amie, il se permit d’oublier son livre pour redevenir, l’espace de quelques insaisissables instants, l’enfant qu’il était censé être.


Dernière édition par Nate River le Sam 15 Mar - 14:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Sam 9 Fév - 18:03



« Bêêêêh ! Fait le mouton ! Bêêêêêh ! Bêêêêêh ! ♫»

Au dernier étage, le long du corridor principal, un petit mouton scandait sa chanson. Un tout petit mouton orphelin aux grands yeux verts, comme ceux de son meilleur ami, et aux cheveux blonds vénitiens tout frisés, ce qui lui valait les moqueries de beaucoup d’adultes tout comme des enfants.
Mais innocemment, tout vêtu de blanc, le petit mouton sautillait gaiement. Il cessa pourtant sa mélodie lorsque des cris retentirent. N’ayant pas apprit que la curiosité était un bien vilain défaut, mais aussi la plus belle preuve de l’enfance, il s’approcha du bureau du directeur, écoutant, discrètement, les éclats de voix qui en provenaient.

« Vous l’avez avoué de nombreuses fois ! Mettez en application ! Il est trop jeune, trop faible et trop sot pour accomplir cette tâche ! Pourquoi ne pourrais-je pas prendre sa place ?
- Lawrence nous en avons déjà discuté ! Et ton frère est en avance pour son âge, bien qu’il soit trop rêveur à mon goût. Contente-toi de parfaire son éducation comme tu l’as toujours fait.
- Cette chose n’est pas mon frère !
- Et tu n’es pas mon successeur, alors reste à ta place Lawrence, pour la dernière fois ou… »


Le petit mouton, effrayé par le bruit du verre qui se brise avec violence et véhémence sur le sol (qui n’avait toujours rien demandé), s’en fut en courant vers les étages inférieurs, son mouton en peluche serré contre son cœur, espérant ne pas avoir été vu du grand frère de Lawliet. Certes, il n’avait pas tout compris, mais mieux valait ne pas en parler. Il en était intimement convaincu. Alors qu’au détour d’un couloir il bêlait ses sempiternels « Bêêêh ! », une voix suraiguë l’interpella.

« MAAAAAAD ! Moi et Law ont te laisse tout seul pour aller jouer si tu nous ignores encore ! Ou pire ! On te laisse sous la pluie et, mon petit mouton, tu rétréciras ! » ( ;D)

Lui tirant la langue, Mad les rejoignit avec plaisir, taquinant ses camarades et ébouriffant les cheveux de Lawliet sous ses nombreux cris de protestation. Ce fut dans cette atmosphère bon enfant, et sous le regard inquisiteur d’une personne tapis dans l’ombre, que le petit groupe partit s’amuser.
Et Lawliet ne remarqua pas dans ses jeux, que le livre qu’il avait laissé choir sans y penser, avait été ramassé par son frère sortant tout juste d’un entretient houleux à son propos. Et il ne se douta pas de l’importance de son oubli. Il s’en fut simplement jouer, libéré pour quelque temps de ces devoirs contraignants.

Quelle est belle, l’innocence fragile des enfants !



Plusieurs mois étaient passés sur le visage des gens, et la vie coulait toujours, inlassablement, innocente et rajeunissante. Les trois enfants, arborant fièrement leurs huit ans, s’appréciaient toujours autant. Qui aurait pu se douter que cette pureté cachait les germes de la pourriture pour l’un d’entre eux et que la Destinée guettait l’instant fatal qui nuirait à tous?

Quelques changements étaient survenus.
Lawliet se faisait plus distant et plus froid envers son grand frère, l’esquivant avec grand soin à partir de cette année. Il se félicitait d’avoir réfléchi plus sérieusement à la situation qu’il vivait avec son frère et, craintif depuis quelques nouveaux évènements, il préférait le fuir. Il évitait ainsi de le contrarier et occupait le plus clair de son temps à étudier avec ses deux meilleurs amis qui le distrayaient, s’attirant les foudres et les sarcasmes des autres orphelins qui avaient commencé à le dénigrer à son dernier anniversaire. Un changement comme un autre, sûrement occasionné par la préadolescence, comme l’expliquait avec assurance les adultes de la demeure.

Mais le changement le plus important à cette époque fut le retour de Lavlah à l’orphelinat.



Il pleuvait à torrent ce soir là.

Lawliet s’était réfugié sous les grands escaliers du hall pour lire l’ouvrage que sa mère lui avait demandé de lire. L’Apocalypse, un vieux testament apparemment très important qu’il devait connaitre par cœur. Adelaïde lui avait révélé la veille, que ce livre expliquait l’importance du chapelet en argent qu’il portait constamment autour du cou et que cette histoire était très importante pour elle.
Heureux de pouvoir faire plaisir à sa mère, toujours si calme et bienveillante bien que si souvent absente, l’enfant avait acquiescé avec joie, sachant sa mère très « religieuse » quoi que cela soit !
Il en était à la fin de l’ouvrage lorsque l’on sonna avec empressement à la porte.
Discrètement, il sortit de sa cachette pour apercevoir la nouvelle arrivante.

Une très belle femme, ayant certainement le double de son âge, se tenait fièrement dans le hall de sa demeure. Le corps frissonnant sous l’humidité perfide de ses vêtements, ses longs cheveux noirs ruisselant d’eau, elle fixait son regard vert d’eau sur l’enfant qui l’observait à la dérobée, visiblement impressionné par cette inopportune apparition.

Lawliet, tout à sa contemplation, cherchait dans ses souvenirs où cette drôle de dame était déjà apparut. Il ne craignait pas sa présence, ni le rapprochement qui s’était effectué. Tout près d’elle, alors que son étrange visiteur s’était agenouillée une lueur folle dans le regard, il s’exclama, étonné :

« Grande sœur ! »

Il se souvenait à présent d’elle. Vaguement certes mais, oui, c’était bien celle qu’on lui avait présenté il y a deux ans de cela comme étant son ainée, et une « nouvelle Caïn ». Etait-ce un compliment ? Voila la question qu’il s’était alors posée. Avide de connaissance, il allait la lui poser quand la jeune femme lui passa avec rudesse la main dans les cheveux, riant soudainement aux éclats.

Voici donc le successeur, celui tant attendu, le « Messie » comme elle l’avait nommé à sa naissance. Son bourreau au visage d’enfant se tenait devant elle. Elle qui avait été renié à cause de sa nature féminine, elle qui avait tant souffert pour ne pas avoir été cet enfant au visage d’ange, contenait les vagues de haine qui déferlaient à la vue de ce petit être.
Il n’y était pour rien certes, simple marionnette à l’esprit malléable, pauvre jouet poursuivant les dessins de ses parents. Mais elle ne pouvait faire autrement que de le haïr.

Le jeune enfant, guère rassurée par l’hystérie de l’intruse, se recula de quelque pas lorsque sa mère apparut dans les escaliers. Ses deux enfants se retournèrent vers elle, alors qu’elle ordonnait à son fils de la rejoindre. Avec un dernier regard pour sa sœur qu’il revoyait pour la seconde fois, il se réfugia dans les jupons de sa mère. Silencieux, il écouta les cris et les mots qu’échangèrent les deux femmes de la famille, sans en comprendre tout le sens.

« Tu t’es laissé pousser les cheveux comme Lilith, démone !
- Autant accomplir votre volonté jusqu’au bout, Mère.
- Que fais tu ici Lavlah !
- Je venais voir les êtres qui m’ont maudit et votre « Messie » ! »


D’un geste qui sembla protecteur à l’enfant, Adelaïde le ramena contre elle, le prenant dans ses bras. N’ayant que rarement droit à de telles preuves d’affection, l’enfant se blottit dans le giron de sa génitrice, cherchant une signification à tous ces mots incompréhensibles.

« Tu souilles le sol de notre maison ! Intruse dans nos vies, vagabonde aux bras d’un bellâtre, tu devrais retourner d’où tu viens. Je ne laisserais pas Lawliet jouer avec Lilith.
- Toujours aussi superstitieuse à ce que je vois, mais tu n’aurais rien à craindre de la signification de mon prénom si, le jour honnit de ma naissance, tu ne m’avais pas attribué le prénom de Lavlah. Ne t’en prends qu’à toi, orgueilleuse femme, si aujourd’hui tu vois en moi Lucifel.
Quelle hérésie ! Toi qui sacrifie tes enfants, ne pense pas être une sainte femme car de nous deux tu es la plus haïssable. Je vous déteste, je vous hais, je vous exècre et vous abhorre ! »


Courageux et téméraire, Lawliet Wickedness prit la poudre d’escampette lorsque, de fureur, sa mère lança à sa grande sœur un magnifique vase chinois. Il préféra ne pas s’aventurer à nouveau dans le hall de toute la soirée, la tête emplit de questions qui resteraient sans réponses durant de longues années.

...


Cette nuit-là, loin de sa chambres et de ses draps de mauvaises augures, Lawliet se refugia dans un petit placard perdu aux confins de l’orphelinat. Seul mais en sécurité, il songeait à son anniversaire qui serait fêter le lendemain. Inquiet et fébrile, il réfléchissait à sa journée lorsqu’une raie de lumière pénétra son refuge, fendant l’obscurité rassurante qui l’enveloppait amicalement.

« Bêêêh ? » fit une voix.

Un sentiment de joie volatile s’empara de lui qui, brusquement, attira son ami dans sa cachette. Ils restèrent en silence au départ. Se reposant l’un contre l’autre, apaisés. Du moins Mad l’était. Il en était tout autre pour Lawliet qui refreinait difficilement un sentiment de mal-être grandissant. Les ténèbres qui emplissaient son cœur l’étouffé. Il suffoquait au plus profond de lui-même.

Ce fut au départ, un sentiment horrible de manque qui lui fit se confier à son ami. Il avait beau être un enfant, il savait que, quelque part, parler de « ça » au blondinet était difficile. Mais ils s’étaient juré de tout se dire.
Tout… ? Cela incluait-il le fait que son grand-frère n’était guère doux avec lui ? Devait-il avouer la violence des mots qu’il utilisait et l’aversion à son encontre qu’il percevait fugacement dans les gestes de son ‘protecteur’ ?
Devait-il lui conter ses nuits ? Nuits de cauchemars, nuits qui l’épuisaient, nuits où, lorsque l’autre ne venait pas, étaient passés à veiller dans le doute d’un douloureux réveil impromptu ? Il ne parvenait pas à comprendre le pourquoi. Bien que ce mot puisse être mis au pluriel.
Le pourquoi son frère devenait, tout comme son père, violent avec lui. Le pourquoi sa sœur, elle qu’il n’avait jamais pu approcher, ne voulait pas de son existence. Le pourquoi de cette vie qu’il devait assumer. Le pourquoi de ses idéaux en lesquels il ne croyait pas mais qu’on lui imposait !
Ses pleurs coulèrent sans retenus sur les sillons de ses joues, alors que, serré dans les bras de son meilleur ami qui tentait, tant bien que mal, de le réconforter, il s’épanchait sans retenu. Il lui expliqua comment les regards jaloux et envieux des autres orphelins le brûlaient et le détruisaient, en plus de sa propre vie de famille, combien lui et Leen était les seules personnes chères à son cœur si meurtri et désolé.

Ce fut la dernière fois qu’il pleura… et aussi la dernière fois que Mad le vit encore pur et innocent.

Il disparut le treize décembre, jour de son neuvième anniversaire, sans que rien manque au monde, immense et radieux. Personne ne sut à l’orphelinat où l’enfant s’était volatilisé. La question se posa essentiellement auprès des deux amis de l’albinos, et plus particulièrement dans l’inconscient d’un fragile petit mouton qui avait recueillit, la veille, les pleurs de son ami si précieux.
Mike Wickedness en fut catastrophé, voyant en cette disparition un bien funeste présage. Adelaïde, chercha une explication, peinée, tandis que Lawrence soulevait terres et mers pour retrouver son cadet. La populace s’en inquiéta bien au début. Puis, peu à peu, cette histoire trépassa dans l’oubli, noyée dans le flot de catastrophes, de morts et de disparitions qui frappait continuellement le monde.

Lawliet disparut un an et, durant cette année…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Sam 9 Fév - 18:10

<-.•*`¯`*•.->


Les ténèbres étaient noires comme de la laque.
Lawliet restait là, immobile, pétrifié.
Un son cristallin résonnait dans le noir, comme le bruit d’une eau qui tombe goutte à goutte dans une grotte. Mais il n’était pas dans une grotte. Peut-être dans son esprit, qui sait ?

Lorsqu’il sortait de sa somnolence, sa première pensée était "Où suis-je?", pensée éternellement suivi de "Quand sommes-nous?", "Qui suis-je?", "Ai-je existé ou ne suis-je qu'illusion?".
Il ne savait plus. Plus rien. Voilà maintenant - combien ? - des mois qu'il ne savait plus. Où serait-ce des semaines? Des jours? Des heures? Ou juste quelques éternelles minutes aux robes couleur infini?

Tant de temps que le temps n'était plus un temps. Tant de temps qu'il était là, amorphe. Qui était-il ? Depuis quand était-il là ? Qu’y faisait-il ? La lumière avait-elle un jour existé?
Tant de temps qu'il avait perdu tout repère chronologique, plongé dans une nuit indéfini, enfermé dans une pièce minuscule et pourtant si désespérément sombre et vide. Tant de temps qu'il n'avait plus aucun pouvoir sur rien. Simple oiseau aux ailes brisées enfermé dans sa cage. Mais les murs étaient-ils durs et solides ou mous et flexibles? Etaient-ils réels ou de simples démons de son imagination farfelue qui lui jouait encore quelques tours? Il replongeait après de longues heures dans l’inconscience, ce monde où douleur est monnaie courante. Perpétuellement.



Les ténèbres encore et toujours. Profondes. Insondables. Dans ces ténèbres sans repères, sans haut ni bas, une lumière aveuglante perça soudain l’obscurité, laissant se dessiner à contre-jour, l’esquisse d’une entité. Le corps de l’enfant se recroquevilla, se protégeant d’ors et déjà. Réagissant pour la dernière fois. Tentant, vainement, de séparer son corps de son âme, les sensations des pensées. Mais rien n’y fait.

Perdu dans le désespoir, le regard vide, affable, Lawliet tenta de voir les traits de son bourreau. Lui qui, chaque jour, lui faisait connaître la mort. Lui qui, inlassablement, jouait de son corps.
Lui.
Mais qui ?
Qui pourrait vouloir faire cela à un enfant ?
Qui serait assez aliéné pour avoir de tels gestes envers cette misérable forme haletante, frissonnante à même le sol ?
Qui, dans ce monde, oserait jeter le mauvais sort, de cette manière ?
Occasionnant tant de maux ? Rongeant tant de vie de l’intérieur ?


Bien trop d’êtres en sont malheureusement capables. L’enfant l’a apprit, et, chaque jour, la leçon s’ancre plus profondément dans ses chairs. Toujours plus violente, lancinante, perturbante. Souillant et déshonorant son cœur, autant que la position humiliante de son corps.

Mais rien, ni le froid mordant sa chair pâle et nue, ni les chaines emprisonnant constamment ses fins poignets d’enfant, ne parvenait à faire oublier les mots prononcés et les larges mains poisseuses parcourant son corps comme deux langues de feu calcinant sa peau.

« Vis ceci comme si tu devais mourir demain… »

Il les haïssait, ces mains. Ces milles et un serpent ondulant sur son corps, caressant avec violence son torse, ses flancs, l’intérieur de ses cuisses brusquement écartées. S’amusant de ses tressaillements incontrôlables alors que, retourné et plaqué férocement contre les barreaux de fer où il s’agrippait, son séant se retrouvait écartelé. Son intimité forcée.

« Sens ceci comme si tu devais être réincarnée maintenant… »

Mais comment ne pas le sentir ? Ce sexe douloureux déchirant ses chairs, écartelant son corps, scindant un deux tout son être alors qu’il n’essayait même plus de le repousser.
Comment ne pas la vivre ? Cette inlassable douleur, courant au triple galop le chemin de ses veines en fusion, filant à l’allure des battements empressés de son cœur.
Encore ce mal qui le rongeait de l’intérieur, trop souvent. Les coups de butoir se faisaient plus profonds, plus perfides. Plus… avides aussi.
Ses grands orbes verts perdus dans l’infini, Lawliet tentait, en quelques gestes désespérés, de fuir cette macabre mascarade, ses bras fins, attachés, battant convulsivement dans le vide. Ne l’aidant en rien, le sinistre son de ses chaines s’entrechoquant, aussi âprement que leur deux corps, ajoutait à son supplice.

Pareillement aux dernières fois, l’oxygène commença à lui manquer alors que quelques cristaux salés tentaient de s’échapper de ses yeux écarquillés d’effroi. Tandis que sa gorge se nouait, que ses mots se bloquaient, un déclic se fit entendre.
Et doucement, presque ‘tendrement’, la lame effilée d’une arme blanche lui incisa les reins. Délicatement, l’objet flirtait avec ses courbes, les épousant. Les baisant. Sans jamais approfondir le contact. Il ne faudrait pas abîmer cette si belle peau, n’est-ce pas ?

L’enfant, les yeux clos, cherchait à inhiber ces fugaces impressions, ne souhaitant qu’une échappatoire. Quelle qu’elle soit. Un rêve de mort, surplombé d’un soleil noir, ou une nuit de désespoir. Qu’on lui ôte la vie serait plus doux. Mais qu’importe. Personne ne lui offrirait sa rédemption.
Jamais il ne fuira ce mal qui le tue à petit feu.
L’oxygène manquera toujours à Lawliet qui s’essoufflera.


Les mouvements s’accéléraient. Enfin… ?
Gorge étranglée, il s’étouffait, suffocant sous la pression fourbe qu’exerçaient les doigts de son violeur. Il n’avait plus envie de rien. Qu’il en finisse. Cependant, sa reddition avait pour conséquence de galvaniser son agresseur, tombant en cette infamie qu’est l’extase.
Venait alors son heure.
Partant au loin, il se mourrait, recueillant l’immondice qui permettait à cette… chose de procréer.
Le cœur au bord des lèvres, écœuré, il ne pouvait que sentir la semence de son agresseur glisser le long de ses fesses et du galbe de ses jambes. Impuissant, il récoltait au creux de son oreille, les sourds gémissements de satisfaction qui s’échappait des lèvres maudites.
Et à nouveau, se mélangeant au sperme de l’homme, son sang.



Suite à ses évènements, les chaines de Lawliet tombaient, laissant ses articulations ankylosées se mouvoir faiblement. Il tentait bien d’émousser sa peur, abjecte et vile démonstration de son infériorité, mais que pouvait-il faire à par espérer quelques gestes de mansuétude ?
Il n’avait pas, comme attentes mirifiques, l’envie d’une sollicitude fausse, et encore plus infâme que sa situation présente.
Tout à son émoi des douleurs passées, le petit être éploré ne remarqua pas que la seconde partie du ‘jeu’ allait débuter. Il se crispa entièrement alors que la répugnance s’inscrivait dans ses prunelles à demi-closes, toujours plus froide, distante, insensible à tout ce qui l’entourait.
Le moment de prédilection de son tourmenteur semblait être l’instant où, impétueusement, le tranchant d’une arme blanche déchirait ses chaires, continuant silencieusement le travail commencé par le viol.

Ce passage de sa vie, loin d’être leste, fut marqué par les propos licencieux et la jubilation de son agresseur qui, inlassablement, perpétuait ses méfaits dans ce monde d’injustice.

Les ténèbres étaient noires.
Et le cœur de Lawliet le devenait peu à peu, se tachant d’encre et de sang.



Ces instants douloureux vécus avec son agresseur, aussi bien mental que physique, ne cessaient que lorsqu’il se trouvait repus du spectacle, jouissant du plaisir de voir Lawliet trembler sur le sol, nu, les yeux rivés vers un point inconnu. En ces moments, l’achromique se protégeait, la tête entre ses mains, attendant la sentence qui ne manquait jamais d’être prononcée.

« Fais Face à cela comme si tu devais vivre éternellement. »


La dernière phrase de son discours fielleux fut entendu de l’enfant qui, devenant plus instable, jaugea de son regard morne l’éclat attirant de l’objet du crime. Faire face, par la douleur, par le sang ? Pour vivre éternellement, il fallait se réincarner. Pour mieux fuir aussi.
Alors, après avoir tant souffert, il caressait du bout de ses doigts la lame. Cette même lame qu’Il utilisait lors de leurs ébats impurs et ignobles. C’était sa chance d’en finir. Celle qui se représentait après chaque viol et qu’il laissait immanquablement s’échapper. Qui toujours s’enfuyait, nourrissant ses lamentations.

La déconvenue de ses regrets déchirants, le convainquait de réitérer son geste malheureux et, d’un coup sec et bref, il intimait à la vie de suivre le chemin de son sang, s’écoulant le long de ses bras. Y serpentant, sous le regard narquois du Destin. L’abandonnant, définitivement.



Tout aurait été si simple, tellement plus logique, si l’enfant avait rendu son dernier soupir.
Mais à quoi bon faire tant souffrir, si le plaisir indicible de savoir cette âme marquée à vie n’est pas présent ? Pourquoi laisser au chérubin, une quelconque solution ? Mieux valait permettre aux aléas de la vie de raviver les souvenirs morbides de ses instants passés ensemble.

Quoique Lawliet fasse, quoiqu’il tente, cela n’en finissait pas.
Son agresseur le soignait, avec violence certes, mais le maintenait en vie envers et contre tout. Envers et contre sa volonté qui hurlait à la Mort de revenir le chercher, loin des souffrances dont il pâtissait. Loin de cette eau salée, rongeant ses blessures encore à vif, heurtant sa peau et la marquant un peu plus à chaque nouvelle agression, aussi sûrement que son esprit qui s’effritait lentement.

Ses espoirs de liberté anéantis, les mains posées entre ses cuisses rougies, l’enfant relevait son visage, les yeux clos en quelque figure de sacrifice. Il s’offrait à la douleur, inévitable.
Comme une bête, il attendait que son incapacité à se supprimer soit apposé sur sa peau. Il n’était que du bétail et avait conscience de la bassesse de son corps et de son âme, son cœur lui, n’exprimant désormais que douleur et haine.

« Tu es comme un papillon… un magnifique et majestueux lépidoptère. La lumière de l’espoir t’attire irrésistiblement et ta vie est aussi éphémère et instable que ce misérable insecte. Attention à ne pas te brûler les ailes… »

La turpitude de ses actes et de ses propos n’avaient d’égal que la douleur vivace et vindicative que le bourreau infligeait à sa victime. Au fer chauffé à blanc, il apposa une marque sur le torse pâle et fin de l’enfant qui, de douleur, se mordait les lèvres jusqu’au sang. Les déchirant presque.

Et ce schéma se perpétrait encore et toujours. Sans jamais cesser.



Plus personne dans l’entourage de l’enfant, au sein des médias et de la population n’avait encore l’espoir de le revoir un jour, vivant. Victime certaine d’un pédophile aux tendances serial-killer, il serait retrouvé enterré dans un parc près de l’orphelinat Keroubim’house ou sous un nouvel immeuble.

Un soir pourtant, Lawliet Wickedness de Sade, héritier de la famille du même nom, se réveilla devant la porte de l’orphelinat après avoir été violé à nouveau la veille, ou quelque soit le temps qui le sépara de cette libération.

Si libération elle fût…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Dim 10 Fév - 21:02

<-.•*`¯`*•.->


Il faisait tiède en ce début de soirée. Le soleil déclinait lentement. La brise soufflait agréablement, balayant les minces brindilles fraichement coupées, encore visible sur les marches menant à l’orphelinat, dont les senteurs embaumaient les sens. Le corps nu de l’enfant était déposé sur le pas de la porte, tel un funeste cadeau des cieux.
Morphée le veillait encore lorsque des cris le ramenèrent à la réalité.
Des cris inconnus, étranges. Agressifs pour ses fragiles tympans n’ayant connu que les sons de ses propres exhortations et la voix de son tourmenteur ses derniers mois. Des hurlements que Lawliet pouvait pourtant identifier : des enfants en bas âges…

Mais avant tout, les cloches du changement.



Le miracle fit énormément de bruit au sein des médias.
Il y avait bien évidemment l’horreur dû à l’état de l’albinos, le fait que rien ne laissait espérer qu’il puisse être rendu à sa famille, mais surtout la durée de séquestration du petit. Une année était passée. C’était tellement et si peu à la fois.
Mais revenons-en à cet ancien chérubin, petit agneau innocent et laissons tous ses fouineurs à leurs divagations insensées, sans vouloir faire preuve d’animosité.



Quelle immense mascarade que ces dernières années !
Il venait de s’en rendre compte alors que, toujours aussi vêtu qu’au premier jour de sa naissance, Lawliet observait de ses froids et vides orbes verts sa mère le trainer dans la poussière. Les jambes repliées, tentant vainement de préserver le peu de pudeur qu’il lui restait, l’enfant se recroquevillait sous le dégoût qu’il inspirait à sa ‘tendre’ et ‘aimante’ mère.

« C’est impur et souillé que tu te présentes ici ? Toi aussi tu souhaites me faire souffrir ! N’ais-je pas assez enduré par ta faute et celle de tes sœurs ! »

Perdu, l’achromique toisait d’un regard distant celle qui devait l’accueillir avec amour, et qui, il avait osé l’espérer, aurait pu le réconforter. Il n’en valait visiblement pas la peine, sale et sottement déchu. Il se contentait de l’écouter, en silence. Dans ce silence de plomb qu’il avait tant voulu briser et dans lequel il s’enfermait désormais.

« Lavlah tout d’abord, ne pouvant hériter du nom de ton père, m’a obligé à de nouveau enfanté. A t’enfanter ! Et toi, toi ! Toi tu disparais, me forçant de nouveau à me soumettre à mon mari ! Au moins lui ne peux plus voir d’autres femmes depuis Lawrence… »

Elle le regarda, froidement, avant de lui administrer un soufflet. (… mdr, ou une gifle si vous préférez)

« Ne pouvais-tu pas rester à ta place, obéir et te taire sottement comme tu l’as toujours si bien fait ! »

D’un geste rageur et désespéré, la mère agrippa les cheveux de son enfant en l’attirant vers le haut, s’abreuvant des quelques traits s’étirant légèrement de douleur sur son visage déjà meurtri.
Adélaïde le détaillait. Ce corps encore enfantin, aux courbes juvéniles, lui ressemblait assez par certains aspects. Par cette fragilité féminine qu’il garderait surement. Mais ces yeux, ces cheveux, ce nom… Une partie de cet enfant était marqué par son mari et elle ne pouvait le supporter.
Voir en ce fils cet homme exécré lui donnait la nausée, encore plus que les immondes tâches esquissant un dessin sur le corps d’albâtre, s’essoufflant en face d’elle.

« Tu es infâme. Tout dans ton apparence est abject… Tu me fais encore plus honte qu’avant Lawliet. Et surtout… surtout, ne t’approche jamais de mes enfants ! »

La femme, dans sa chemise de nuit de dentelle blanche, remonta les escaliers pour faire cesser les pleurs que tous entendaient dans la bâtisse. Comme tous, il avait entendu le discours de la directrice. Lawliet était renié. Les yeux ternes, il ne réagissait pas, fixant encore le vide où se tenait sa mère quelques instants plus tôt, tandis que les domestiques se chargeaient de le conduire dans son ancienne chambre.

Ils s’en firent sortir violemment, sans un mot de la part de l’enfant qui s’écroula sur entre ses draps. Lawliet s’endormait lentement, se laissant tomber dans un sommeil dévastateur lorsque des pas résonnèrent le long du corridor, pour finalement marquer un temps d’arrêt devant sa porte. Il se redressa légèrement, fièrement, s’attendant à être de nouveau estropié et détrôné, comme il se devait de l’être, quand la voix de son ainé Lawrence retentit, lente et perfide :

« Tu n’as nulle part où aller, mon tendre petit frère. Personne ne t’aime, je l’ai toujours su. Ils te mentent tous, ils se jouent tous de toi, même tes petits camarades. Crois-tu que ces enfants jouaient avec toi, pour toi ? Personne ne te voit vraiment Lawliet. Il n’y a que ton statut qui compte. »

Insidieusement, les paroles s’infiltraient dans son esprit. Cela lui semblait tellement vrai.
Et puis, qu’avait-il d’intéressant à part le sang qui coulait dans ses veines et qui prouvait un minimum son importance. Il n’était rien, même s’il était destiné à devenir quelqu’un. Enfin… Même s’il avait été destiné à devenir quelqu’un à l’époque.
Maintenant, à quoi bon ? Il ne servait plus à rien. Il était sale, faible… Même si…
Même s’il pourrait se venger de tous. De ses parents, de ses camarades, de sa sœur, de gens, de son agresseur… Il pourrait prendre le dessus sur la vie, ne pas se laisser abattre. Se venger même de son frère qui comme les autres est…

« Mais moi je t’aime tu sais… »

A moins que lui ne soit pas comme les autres. Mais accorder sa confiance serait-il judicieux ?
Il avait tant souffert. Il était marqué au plus profond de sa chair et de son âme, comment faire confiance. Il pouvait peut-être encore. Une dernière fois. Certaines personnes n’y étaient pour rien pas vrai ?
Son grand frère l’aimait. Il lui avait dit et l’avait toujours protégé. Et puis Mad et Devlynn, ses amis. Eux n’étaient pas comme les autres enfants de l’orphelinat. Ils le connaissaient. Tant qu’il avait des alliés, tant qu’il pouvait respirer, et faire confiance il n’avait pas à sans faire. N’est-ce pas ?

« Je t’aime vraiment… Mon magnifique… Mon majestueux… Mon éphémère et instable petit, tout petit papillon aux ailes brulées… »

Le rire de Lawrence se répercuta dans le corridor, alors que dans la chambre, Lawliet s’enfouissait d’incompréhension et de douleur sous ses draps de flanelle alors qu’il reconnaissait ces mots... ses mots. A lui.
Ce lui qu’il avait tant maudit… c’était… lui ?
Et il pensait qu’il pourrait l’absoudre ?

Jamais !



Le lendemain fut une journée épique.
Entre le bruit que fit son retour chez les domestiques, et chez les orphelins et la réaction du paternel, Lawliet en vit de toutes les couleurs. Mais il s’adapta.
Il glissait de petits sourires désabusés aux jeunes femmes occupées par les enfants, restait froid et acide avec les autres orphelins qu’il avait réussi à faire fuir en leur montrant ses marques et avait joué la carte de la soumission avec son père qui le punit sévèrement en rajoutant quelques cicatrices à son dos « puisque cela lui avait plu ».

Lors de sa seconde nuit, on pu voir une petite raie de lumière restait allumée et passait discrètement sous la porte de sa chambre. L’enfant n’arrivait-il plus à dormir dans le noir, ou lisait-il ?
Les quelques fantômes qui se promenaient en ces heures tardives ne se posaient la question que peu de temps. Mieux valait ne plus approcher l’enfant, qui, disait-on, était fou de chagrin des propos brutaux de sa mère à son égard. Quelques enfants, s’amusaient même à le dire fou tout court et que le fuir était le mieux.

Ils ne savaient pas à quel point cette idée était sage.
Mais, étaient-ils bêtes de dire de telles sottises? Ce n’était qu’un enfant… N’est-ce pas ?



Les jours puis les semaines avaient suivi leur chemin.
Février était arrivé, fébrile et joyeux alors que, doucement, la vie reprenait son court.

Lawliet avait renoué des liens avec ses amis Leen et Mad, s’entendant avec eux encore plus intimement qu’avant. Certes, il refusait de leur parler de cette année de disparition, mais Mad ne le forçait aucunement, se contentant de veiller soucieusement sur son meilleur ami qu’il avait cru perdu. Les deux enfants s’étaient inquiétés, et les retrouvailles avaient été placées sous les larmes de soulagement de Devlynn. (« C’est Leen ! » argumentait-toujours autant l’enfant.)

L’albinos faisait bonne figure en présence de sa mère qui l’ignorait ou qui, au mieux, lui faisait faire quelques courses pour les jumeaux dont elle avait accouché durant l’année passée. Des faux jumeaux. Deux petits-êtres nommés Lazare et Liliane. Deux petits bouts de chairs qui, il y songeât quelques années plus tard avec amusement, aurait pu être leur rédemption à tous.

Sombres crétins.

Lawliet souriait faiblement, se fermant ostensiblement en la présence de son ainé, et accomplissant toujours les tâches que lui ordonnait d’effectuer son père. Tout suivait tranquillement son cours, sans se rendre compte que quelque part, la machine s’était enrayée.
Qu’un petit grain de sable, aisément nommée démence, s’amusait à faire crisser les rouages de cette bâtisse. Après… Allez savoir d’où tout partira.



Six mois étaient désormais passés et de l’eau avait coulé sous les ponts. Une étrange situation s’installait au fil des jours, un malaise perfide l’accompagnant.
Lawliet souriait de plus en plus, serviable et rieur comme n’importe quel enfant bien que toujours brimé par certains. Sa mère le rabaissait, son père l’utilisait et son frère existait.

Rien de bien passionnant de l’extérieur.
Lawliet pourtant, loin de la crédulité qu’on semblait lui attribuer, songeait aux paroles prononcées par Lawrence à son arrivée, tout comme les mots de ses parents. Il cherchait un moyen, de comprendre. De savoir si, réellement, son frère était derrière son année de malheur, si c’était lui qui avait pu faire une chose pareille. A comment montrer à son père qu’il n’était plus un pantin, mais qu’il savait être assez perfide pour gérer un jour une entreprise et voler de ses propres ailes. Et surtout, lui prouver qu’il ne pouvait pas avoir toujours le contrôle de ses idées et réactions.

« Chitchana te no hira ha
Nemophila no hana
Pukkuri hoppeta ha
Erica no tsubomi
Atatakai haru no
Soyokaze mitai na matsuge

Saa oyasumi no jikan da yo
Suteki na lady ni naru
Yume wo mite hosii yo

Suyasuya ude no naka
Kawaii negao
Mamoritai zutto
Lupinus no hana no you ni sotto»


Dans la pièce adjacente, sa mère écoutait une vielle servante fredonner une berceuse à son petit frère et à sa petite sœur. Ces deux gamins hurlant à tout bout de champs et lui déchirant continuellement les tympans. Brisant la tranquillité de cette partie de la demeure, où, étrangement, il logeait. Les deux petits monstres, pleuraient de façon diurne et nocturne, constamment.
Voici un autre problème à résoudre, avec sa mère, évidemment.
Il ne voyait pas seulement comment faire. Il était jeune, inexpérimenté et n’avait guère d’idée.
Mais il savait une chose : sa vengeance sera totale.
Qu’importe les conséquences de ses actes ou les sacrifices… Il y arriverait.



« Suffit ! »

Ne pouvait-il donc pas cesser de clabauder incessamment ! L’albinos, l’air indifférent à tout ce que son père pouvait lui persifler, n’écoutait déjà plus les remontrances dont il était la cible. C’était ainsi depuis son retour. Plus rien n’allait jamais comme il le fallait. Il obéissait pourtant comme un bon petit, jouant son rôle de marionnette avec talent mais rien n’y faisait.
Il ne pouvait même pas prendre connaissance de ses erreurs sans être corriger violemment. Fatigué, Lawliet avait fuit son père toute la journée pour éviter cette confrontation qui eut pourtant lieu. Lawrence, non content, de pouvoir l’approcher, lui avait ordonné de rejoindre leur père dans la chambre de leur parent alors qu’il sortait à peine de son bain. Aussi se retrouvait-il indécemment vêtu face à son géniteur, son peignoir couvrant son corps encore marqué par… son frère ?
Il observait discrètement l’ameublement de la pièce, nouvellement réaménagé, quand le dos d’une main rencontra sans douceur sa joue.

« Tu ne m’écoutes pas insolent !
- A quoi bon, père ! Toujours les mêmes mots sont prononcés à mon égard.
- N’est-ce pas pour une bonne raison, Lawliet ! Peut-être tout simplement car tu n’apprends rien et que…
- Vous me fatiguez père, puis-je me retirez ? »


La seconde claque fut amplement plus méritée que la première, il est vrai, mais cela n’empêcha pas les lèvres du gamin de s’étirer en un sourire railleur. Jouant à enrouler une mèche de ses cheveux autour d’un de ses index, Lawliet fixait insolemment son père qui refusait cette marque de rébellion.

« Je présume que je dois prendre cet acte pour un non. Que puis-je donc faire pour vous satisfaire ?
- Te taire ! Être moins insolent et réussir à devenir quelqu’un ! Ne comprends-tu pas que tu es souillé, comment veux-tu monter dans la hiérarchie et devenir quelqu’un ! Notre nom, en plus d’être sali, est… »


Un ricanement, suivi d’éclat de rire aux sonorités fausses s’éleva dans la pièce, brisant les paroles de son géniteur.
La souillure de son corps avait quelque chose à voir avec les chiffres et les comptes maintenant ? C’est une fixation. Mais puisque tous souhaitait tant qu’il prouve ses capacités à monter en grade, n’y avait-il pas un moyen très simple… ?
Reprenant son sérieux, le jeune garçon toisa son père d’un regard moqueur, détachant ses cheveux qu’il avait laissé pousser –au grand damne du dit père-.

« L’important dans le métier est d’avoir l’argent, la position et le pouvoir. Je l’aurais par la succession n’est-ce pas ? Reste à pouvoir garder de tout en soudoyant mes adversaires et en les écrasant avec perfidie ? Là est tout mon apprentissage en dehors des leçons très terre à terre. J’ai compris l’esprit père, mais vous ne m’en croyais visiblement pas capable.
- Tu ne l’es pas, fils.
- Si je vous prouve ma valeur, qu’y gagnerais-je ?
- Tes droits mais comment pourrais…mais… ?
- … Dans ce cas, père, permettez


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Sam 1 Mar - 20:39

« Bêêêh !? »

Le petit mouton de l’orphelinat se musardait gaiement entre portes, couloirs et statues de marbre lorsque l’ainé des Wickedness le bouscula sans un regard pour lui. Ce n’était pas une chose nouvelle, mais l’entendre pester si violemment contre son petit frère et son père aussi ouvertement, l’était plus certainement. Lawrence, représentant de la discrétion, bien qu’il soit plus virulent et perturbé ces derniers temps, perdait définitivement son sang froid.
Il s’en fut donc poser quelques questions à son meilleur ami, qui, plongé dans un livre quelconque, sortait du même bureau. On était curieux ou on ne l’était pas.

« Law ? »

Son autre releva le menton, attrapant un mèche de ses cheveux clairs pour jouer avec, de l’index. Un tic qu’il avait toujours eu mais qui fascinait le petit mouton. Il avait toujours adoré voir son ami effectuer ce geste, pourtant anodin, mais qui le représentait si bien.

« Qu’y a-t-il, hm ?
- Je me demandais… ton frère à l’air fâché, ça a un rapport avec toi ? Je n’aimerais pas qu’il dise du mal de toi auprès de ton père.
- Ah ! Ne t’inquiète pas, c’est à cause de moi qu’il est dans cet état. Il ne supporte pas de voir que j’ai enfin toute l’attention de notre père et qu’il n’y peut plus rien !
- Vraiment ? Tu vas être plus tranquille maintenant ? On pourra rester plus souvent ensemble ?
- Je ne sais pas vraiment… murmura l’albinos, méfiant.
- C’est que tu me manques tu sais… à Leen aussi, hein mais… »


Lawliet observait son rougissant ami, ne sachant comment expliquer sa situation. Il est vrai que depuis son retour, la distance qu’il mettait avec autrui avait augmenté. Il restait dans ses livres, souriait toujours et semblait être comme ‘avant’.
Mais rien n’était plus pareil, sans que le petit mouton ne puisse dire en quoi.
Peut-être le regard vert de Lawliet s’était-il teinté de quelques nuances glacés, où s’abritaient désormais les ombres de son passé ? À moins que ce ne soit son refus d’être trop approché par les autres, ou de s’amuser. Mais plus certainement, la perte de sa joie de vivre, qu’il ressentait encore chez son ami malgré les charges familiales sous lesquelles il fléchissait les derniers mois.
L’enfant sortit de ses pensées brumeuses lorsqu’il sentit son meilleur ami, misanthrope sur les bords depuis peu, se réfugier dans ses bras pour le rassurer.

« Tu me manques aussi, mon petit mouton, mon petit Mad. »

Sur ces simples mots, il s’éloigna, un sourire mutin aux lèvres. Ce sourire était pourtant loin de ceux qu’il esquissait dans cet avant que beaucoup avait aux bout des lèvres. La manière dont ses lèvres se fendaient, tendaient plus vers le rictus malsain qu’autre chose. Enfin, peut-être est-ce à cause de ces activités qu’il jugeait nécessaire pour reprendre les reines de la société familiale. Qui sait ?



Des bruits furent perçut de l’autre côté de la porte. Adélaïde Wickedness, anciennement Adélaïde Kattunge, brossait ses longs cheveux blonds, presque blanc, alors que deux serviteurs hésitaient à la déranger à une heure si tardive.
Les vingt-trois heures avait déjà tendu leur voile sur l’orphelinat depuis plusieurs minutes, comme l’indiquait l’ancienne horloge à pendule qu’elle avait hérité de sa famille. Ses enfants dormaient, paisiblement, ne se souciant de rien. Ne se doutant pas qu’aux yeux de leurs mères, ils ne servaient plus à rien. Mais ils étaient là. Elle s’en occuperait donc.
Loin de se préoccuper des considérations intérieures de sa maitresse, une bonne se décida à pénétrer dans la chambre, sa timidité transparaissant dans le moindre de ses mouvements.

« Est-ce une heure pour se présenter mademoiselle ?
- Veuillez m’excuser, madame, mais je tenais à vous informer d’un fait qui se déroule depuis bientôt deux semaines.
- Parlez.
- Oh ! Je ne suis au courant que depuis cette petite durée, mais mes collègues me conseillaient de ne rien dire. J’étais tout de même mal à l’aise alors je…
- Mademoiselle, abrégez s’il vous plait, mes enfants dorment !
- Pardonnez-moi, madame. Voila… »


Un silence inconfortable s’installa, flirtant avec la tension que la maitresse de maison ressentait en cet instant. Que se passait-il donc encore dans cette bâtisse ?

« Il y a quelques temps déjà, alors que je sortais de mes appartements pour aller me rafraichir suite à un cauchemar – elle rougit de cette précision, avant de redevenir plus grave – j’ai vu de la lumière dans le bureau de votre mari.
Oh, je sais qu’il ne faut pas médire sur monsieur, et je ne le ferais pas ! C’est juste que… enfin, je suis passée assez près, sans faire exprès, et j’ai entendu des bruits. Je… Enfin, je peux me tromper, mais madame devrait aller voir dans le bureau de son époux un soir. »


La mère de Lawliet, les poings serrés, réfléchissait. Mike oserait-il la tromper à nouveau, après toutes ses années ? Et avec qui ? Elle fit sortir la jeune femme, craintive face à l’expression de haine qu’Adelaïde affichait.
La bonne retournait à ses appartements, songeuse. Aurait-elle fait une erreur ? Peut-être aurait-elle dû écouter son ami, et se taire… Mais bon, le mal était fait maintenant. Et puis, pas de quoi en faire un drame, hein ?



Entre deux portes, entre deux corridors, une belle robe blanche flottait dans la nuit.
Est-est-ce un fantôme ou tout autre esprit, perdu sur ces chemins sinueux que forment les couloirs de l’orphelinat ? Pas vraiment.
Une femme, aux longs cheveux blonds, vêtue en tout et pour tout d’une nuisette brodée délicatement, errait, incertaine, dans une partie bien spécifique du bâtiment.
En ces lieux reculés se trouvait le bureau de son époux. Quelques nuits plus tôt, une servante un peu trop curieuse lui avait rapporté, les faits suivants : les activités nocturnes de son époux ne seraient pas classées sous le signe du travail.
Elle le savait libertin, pour en avoir souffert au début de leur mariage, mais vite, elle l’avait remis sur le droit chemin, le menaçant de tout dévoiler à la presse. D’un accord tacite, ‘son homme’ n’avait plus touché d’autres femmes à part elle, qui se faisait un plaisir de refuser ses avances qui le répugnaient. Alors avec qui le tromperait-elle ?
Adelaïde prenait pourtant bien soin de prévenir toutes les femmes et les hommes – sait-on jamais –entrant à son service qu’elle ne tolèrerait aucun écart de conduite de ce type. Mieux ballait prévenir que guérir, n’est-ce pas ?
Alors qui ?!



Les pas du fantôme résonnaient légèrement, sans doute à cause de la fébrilité de celui-ci.
Adélaïde était proche du bureau à présent, mais elle hésitait. Qu’y trouverait-elle ? Peut-être n’y avait-il rien d’autre que quelques fabulations de la part de la souillonne l’ayant prévenu des bruits.
Elle s’avança encore, avisée, ne souhaitant pas se faire surprendre lorsque des gémissements se firent entendre. Ecarquillant les yeux de surprise et d’incrédulité mêlées, ses mains fines retenant prisonnières un cri entre ses lèvres, elle reconnut la voix de son détesté époux.

C’est avec haine qu’elle ouvrit la porte, sans se soucier à présent de se faire remarquer ou non. Elle se figea néanmoins devant l’incongru spectacle qui se déroulait sous ses yeux exorbités.
Le bureau dévasté, Mike Wickedness observait l’inconnue qui le faisait gémir, le surplombant. La femme semblait-être petite de taille, bien qu’élancée et fine. Elle chevauchait son époux dont le visage était caché par un fin rideau de cheveux clairs. Très clairs. Trop peut-être ?

Elle chercha à tâtons l’interrupteur qui lui permettrait de voir l’inconnue, bientôt aveugle vu le sort qu’elle lui réservait. Quelle ne fut pas sa stupeur lorsqu’elle vit que son inconnue était un inconnu.
Et pas si étranger que ça à sa personne.

Car sur le corps de son époux, l’observant narquoisement un sourire fleurissant ses lèvres purpurines, Lawliet Wickedness continuait sa besogne, abandonnant son corps à celui qui le réclamait malgré son intime aversion. Il se mordit la lèvre inférieur, non de plaisir comme le cru sa mère, mais de douleur, sans rien laisser transparaitre. Il devait continuer de jouer de son corps, fin et félin, pour atteindre son but. Poupée de chiffon jusqu’au bout des ongles, mais railleur et moqueur, sa voix s’éleva, taquine et suave alors que l’une de ses mains glissait sur le torse large de son géniteur.

« Tiens ! Une voyeuse ? Ce n’est plus la petite damoi…selle de la dernière fois, visiblement. »

Il ne put retenir un petit rire clair à la vue de sa mère, le visage décomposé, observant la scène sans pouvoir s’en détacher. Pétrifiée. Mais lorsqu’elle croisa le regard voilé de son époux, elle ne put que s’enfuir en courant, loin d’eux, loin de ce monstre qu’elle avait porté en son sein.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Sam 1 Mar - 20:40



Le lendemain, Lawliet Wickedness croisa sa mère qui le gifla de toutes forces, sans un mot, surprenant tous les spectateurs n’ayant rien suivit à la scène. L’enfant se contenta de lui adresser un regard douloureux, emplit de larmes qu’il retenait.

« C’est une honte de frapper cet enfant.
- Un petit ange comme lui devrait avoir une vie meilleure, avec plus d’affection.
- Quelle mère indigne ! J’ai entendu dire qu’elle… »


Autour d’eux, les commérages allaient bon train. Mais Adélaïde ne tentait pas de les arrêter. Cela ne servirait à rien. Tout comme accuser son fils pour ses méfaits. Elle le voyait pourtant elle, ce sourire machiavélique qu’il tentait difficilement de réprimer en sentant sa rage.
Lawliet se releva, reprenant un visage neutre. Il s’avança vers sa mère, la dépassant sans un regard, sans un mot, bien qu’il marqua un arrêt près d’elle, attendant semble-t-il qu’elle lui porte une quelconque attention. Du moins, on aurait pu le croire.
L’albinos avait pourtant articulé quelques mots à l’intention de sa mère, alors qu’ils se croisaient. Une sentence, une remontrance. Une constatation.

« La fidélité est dans la vie sentimentale ce qu'est la fixité des idées dans la vie intellectuelle : un aveu de faillite. N’en êtes-vous pas la preuve, mère ?»



L’achromique était définitivement orphelin. De père, de mère, de frère et de sœur.
Toujours en vie mais ennemis. Il croisa d’ailleurs sa plus grande haine, sa plus grande peur aussi.

« Bonjour petit frère. »

Un frisson d’appréhension lui remonta l’échine. Ses yeux lui hurlaient sa haine, sans pouvoir se contenir. Pas envers lui, qu’il devinait source de tous ses malheurs. Qui était aussi source de toutes ses peurs. Ses seules peurs.
Il devait pourtant s’en assurer. Pour pouvoir mieux l’éliminer.

N’est-ce pas ainsi que l’on procède avec la vermine ? Tout cet orphelinat était vermine même. Ils méritaient de mourir. Tous. Tous autant qu’ils étaient le trahissaient, le dénigraient. C’est dans la Nature de l’Homme que d’être vil, bas et fourbe. On lui reprochait même de ne pas se mettre au niveau des autres. Un comble. Devait-il être aussi sot, aussi incapable et inutile que les autres pour se fondre dans la masse ? Et à quoi bon ?
Il ne souhaitait que faire taire les sources de ses ennuis au plus vite. Pour pouvoir respirer loin de l’air suffocant de ce lieu.

« Lawliet, je te parle ! »

Encore une absence, comme disaient les médecins qui le suivaient, en riaient. A cause de son « traumatisme ». Comme s’il pouvait avoir peur du noir, ou des endroits clos à cause d’un passage aussi insignifiant de sa vie…
Il reporta son attention sur son ainé qui le toisait, amusé.

« Cela va faire un an…
- Comment ?
- Un an que tu es revenu ici, Law…
- …
- J’espère que tu sauras te souvenir de nos bons moments. »


Ricanant, il caressa les cicatrices qu’il savait présente sur la joue de son frère. Lawliet cachait ses brûlures par du maquillage, ne souhaitant pas qu’on le dévisage mais, à chaque fois que son frère faisait ce geste, il était intimement convaincu qu’il était son bourreau sans visage.

Tout dans son attitude, ses paroles à double sens, ses sourires et regards rieurs s’escrimaient à le convaincre intimement. Il n’arrivait même plus à douter, lorsque le tracer du dessin était aussi bien retranscrit par les fins doigts de son ainé, même cachés.
Il se dégagea violement, un rictus aux lèvres.

« Ne me touche pas Lawrence.
- Ahaha ! Cela me change de ton attitude rampante… La gifle de mère t’aurait-elle redonné un peu d’amour propre ?
- J’ai peut-être une attitude rampante mais je ne suis pas une larve, moi.
- Espèce de...
- Je croyais pourtant qu’elles n’avaient qu’une durée de vie de quelques jours. Visiblement, il y en a des tenaces ! Rajouta-t-il, le coupant en riant »


Lawliet parvint à fuir la présence de son frère en courant jusqu’à sa chambre, jouissant de l’air mauvais qui avait étiré les traits de son ainé.

Il pouvait toujours lui rappeler ses malheurs, dont il semblait-être l’instigateur, mais à présent, il savait appuyer là où cela faisait mal et analyser les faiblesses des autres pour en tirer profit.

« Mais ils vont tous comprendre, que faire de moi un jouet est la pire des insanités ! Je deviendrais le marionnettiste de leurs misérables existences ! »

La haine le prit sournoisement toute la nuit, alors qu’il attendait impatiemment l’arrivée de ce lendemain, sans lendemain.



Orphelinat Wickedness – Keroubim’house – 13 Décembre 21XX

Il était venu l’heure des onze ans du Petit Prince aux cheveux d’argent et aux grands yeux vert d’eau brillant de malice et de tristesse. Ses deux amis, grâce au dévouement des responsables de la bâtisse, avait réussi à lui trouver un magnifique cadeau que Mad irait bientôt chercher avec une surveillante, nerveux. Les adultes les avaient aidés dans leur entreprise et ils leur en étaient reconnaissants.

Peut-être que leur présent saurait redonner le sourire à leur petit Lawliet qui grandissait pourtant bien vite. Trop vite.
La petite Leen aux boucles folles cherchait son camarade dans tous les recoins, songeant qu’il avait dû se terrer dans un coin reculé, pour échapper aux regards des autres. Elle emprunta l’un des vieux couloirs, calmement, sachant que Law’ aimait s’y promener.
Elle l’y trouverait sûrement !



Ou peut-être pas.
Car le jeune garçon qu’elle poursuivait le cœur en fête était bel et bien introuvable pour quelques temps encore, trop occupé à convaincre son père de ses capacités pour la dernière fois. Aujourd’hui, leur petit jeu allait sensiblement se corser !
Cette idée lui permit sûrement de supporter avec plus d’aisance l’infecte situation dans laquelle il se trouvait présentement, les cuisses à nouveau écarté et un homme en lui, déchirant et meurtrissant encore ses chaires. Une fois de plus, comme si son destin était de rester à ce niveau pitoyable de la société. Il se faisait l’effet d’une putain, malgré les nombreuses douches qu’il prenait pour tenter d’ôter la souillure de son corps à nouveau abandonné au vice de l’Homme.

Deux mains amples vinrent s’échouer sur ses hanches étroites, l’asseyant sur l’impur bureau, spectateur involontaire de ces ébats incestueux. L’homme d’âge mur, et pourtant fou de faire preuve de tant de barbarie envers son enfant, s’amusait des soubresauts apeurés qui faisaient tressaillir de rage et d’horreur sa jeune proie. La rage de ne savoir enfermer ses souvenirs dans sa mémoire, et l’horreur de les revivre. Mais cette fois-ci, ses frissons étaient plus impatients qu’autre chose.
Il attendait, fébrile, l’instant où l’autre s’enfouirait en son sein, et où il le ferait prisonnier. Cet instant arriva bien vite, alors que, en l’absence de préparation, il se tendit de douleur, entrouvrant les lèvres en un cri muet, ne souhaitant pas attiré l’attention sur sa personne. Son père semblait de toute manière trop satisfait pour chercher à savoir dans quel état, lui se trouvait.

La douleur se fit plus pressante et violente, au fur et à mesure que son dos râpait contre le bois sombre du bureau, son corps étant en proie aux assauts de son nouvel agresseur. Néanmoins, il faisait l’effort de rester droit, la tête rejetée en arrière, simulant tant qu’il le pouvait le plaisir.
La feinte semblait correcte car même lorsque ses mains échouèrent nonchalamment sur un manche froid incrusté de pierres précieuses, son père ne le remarqua pas.

Mike se contenter de perpétuer son plaisir, qui augmentait sensiblement aux mouvements indécents de la petite chose ondulant sous lui. Il se sentait au bord de l’extase, sur le point de jouir lorsque…

...



(Cette version de ma fiche se stoppe ici pour l'instant, étant donné qu'une nouvelle version avec de nouvelles idées et un autre mode d'écriture est en cours... mais celle-ci sera finie et actualisée une fois achevée. Seulement, la suite de l'histoire permettrait de trop comprendre mon personnage alors... *laissera tout le monde comme ça en attendant*
Côté rp, j'ai dû faire mes preuves...)


Dernière édition par Nate River le Lun 14 Avr - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Sam 1 Mar - 20:43

Information Complémentaire


• Apparence Physique : D’une grâce toute féminine voire androgyne constitué, il se doit de savoir garder sa taille mince et élancé pour pouvoir effectué son travail et plaire à une certaine catégorie de clients appréciant grandement le voir se travestir en femme malgré l’aversion qu’il puisse ressentir face à cette pratique.

L’albinos se doit donc de porter les cheveux longs, chose peu pratique dans des lieux si insalubres et sales. Pourtant, Lawrence son proxenète, n’avait pas fait en sa personne un investissement audacieux pour rien. Certes, il avait peut-être été prit dans des circonstences plus étranges que les autres prostitués mais était une perle rare.

Ces longs cheveux blonds, presque blanc, ondulaient sournoisement dans son dos, battant le creux de ses reins dans sa marche au rythme sensuel de ses pas. Mais outre leur couleur nacré et l’apparence soyeuse de ces rideaux de fils de soies, ils servaient de parures, dont les uniques accessoires étaient des broches d’ivoires ou des peignes sertis qui domptaient la lisse chevelure. Cette dernière, une fois défaite par l’un des clients, irait accomplir son travail, Nate déployant des trésors d’ingénuosité pour contenter ses clients obsédés par sa crinière lunaire.

Face au miroir, le visage du bel ange déchu pourrait paraitre parfait, sans aucune imperfection. Il va pourtant sans dire que l’étalage de produits sur la commode cache bien quelque chose. Mais personne n’a jamais vraiment su pourquoi.
Oh, bien des gens ont tenté d’obtenir la réponse, mais cette mascarade ne rimerait visiblement à rien selon lui. Les plus tenaces finissaient par abandonner leurs questions sur les fonds de teints et autres babioles, lorsque Nate, exaspéré, plongeait ses orbes verts agécés dans les prunelles de ses interlocuteurs.

Que faire façe à pareil regard où tout n’est que tempête, rage et froideur ? Un lac vert aux ondulations perfides qui ne se lassaient pas de perturber ses congénères avant de les mettre sur le pas de la porte. Certes, ses yeux n’étaient en rien bridés, chose étrangement rares et précieuses dans ces bas fond, mais la plupart des clients s’extasiaient de cette différence exotique.
Mister River ne possédait malheureusement pas pour seule beauté, que de ses yeux ou de ses cheveux envoutants. Son petit nez aquilin, ses délicates lèvres purpurines berceau de milles et une promesse, comme le fin tracé de sa mâchoire jusqu’à ses oreilles tendres, prêtes à être dévorées, rien ne lui résistait.
Surtout que Nate, maquillé et vêtu tel une geisha ou en costume trois-pièce, restait égal à lui-même. Cynique, moqueur, taquin et supérieur, il se jouait de ses talents autres que son apparence pour séduire ou arriver à ses fins en bon petit manipulateur qu’il était. Froid et distant, il sait se faire chaud et racoleur si la situation le demande. Son métier de prostitué lui aura au moins apprit cela.
En plus de l’art de s’habiller avec beaucoup de féminité.

Car suite à son examen d’embauche, son ‘très cher’ proxénète, n’avait rien trouvé de mieux que de tester certains vêtements traditionnels sur sa personne. Lui seyant trop bien pour que cela ne soit pas utiliser plus fréquemment, Lawrence lui avait ordonné de se travestir ainsi la plupart du temps.
Nate se retrouvait donc enfermer dans un vieil hôtel miteux lors de la plupart de ses soirées, à divertir gente dame et damoiseau, vêtu de ample bout de tissus le laissant souvent nu ou en sous-vêtements lorsqu’il arrive à en piquer à ses amants. (Ses camarades aimant lui piquer sa lingerie –suivez mon regard-) Le problème restant les goûts des dits amants passant du string léopard ( ;D) au boxer blanc Hugo boss (re ;D XD).

Que de péripéties pour pas grand-chose en soit car à quoi bon cacher les courbes d’un prostitué, et plus encore, de ce prostitué ? Son cou fin et gracile, flirtant avec ses clavicules délicieusement dessinées, tombe sur un torse discrètement musclé. S’il pouvait se vanter d’une chose (bien étrange en soit dans sa situation) était qu’il n’était ni anorexique, ni qu’il ne manquait de nourriture vu l’état de ses côtes, qui loin d’être saillante, laissait présager des hanches délicieusement étroites et des jambes au galbe fuselé.
Bien que l’avant soit délicieux, l’arrière n’en est pas moins intéressant, bien au contraire.
Ses épaules ni fines, ni larges, son dos délicat laissait place rapidement à une chute de reins affriolante qui se dégageait vers des fesses digne d’un blason (re ;D). La lune du damoiseau, délicate et pleine, pourrait faire l’éloge de beaucoup de mots mais, il se trouve que cela n’est pas le sujet, malheureusement…

AUTRES


• Groupe : Prostitué pour le compte de Lawrence
• Rêves, ambitions : Les rêves ne sont en rien nécessaire, petite chose fragile et instable. Quand à ses ambitions, elles resteront siennes pour ses heures.
• Cauchemars, phobies : il serait simple et aisé de dire qu’il ne craint rien et n’a peur de rien, étant courageux de nature. Mais le courage n’est pas n’avoir peur de rien, mais de savoir affronter sa peur lorsqu’elle se présente. Nate River pourrait être un model de courage, si cela n’était pas utiliser uniquement à but lucratif ou intéressé.
Alors oui, il craint encore beaucoup de choses.
Le noir, en de rares occasions. Des élans de claustrophobies le prennent par moment. Et pour ne pas devenir fou en ça présence à Lui, il se permet une pose par moment où il s’enferme, Lui montrant qu’il ne L’oublie pas.

Une peur vicérale le poursuit aussi, sotte, stupide, mais totalement justifiée depuis qu’il est rentré au sein de la maison close où il se prostitue. Cette peur, s’incarne en deux causes qui pourraient produire un effet dévastateur.
La première cause, se nomme Tsukiyo, chieuse professionnelle (piqueuse de sous-vêtements aussi) et semblant le plus probable de relations sociales dans l’environnement du jeune achromique. Certes, cette cause pourrait être une toute autre personne, mais Elle est la plus dangereuse.
La deuxième cause tient dans un vieux carnet élimé, contenant des affaires qu’il récupéra suite à sa disparation et à sa fuite de l’Orphelinat, puis de l’Angleterre (et ce avec un motif du béton pour rentrer oui oui). Un pauvre petit carnet, avec des notes, des souvenirs, un peu de tout.

Mais surtout, une photo. Une photo qu’il n’avait pu se résoudre à jeté, dernier morceau d’humanité et d’âme qu’il lui reste dans les tréfonds de ce bas monde. Mais surtout… une photo de lui enfant, dont il entendrait parler pendant des années… et les autres photos dans ce cas, n’en parlons pas… (xD *en plein dessin pour ça*)

QUESTIONS HJ


• Comment avez-vous découvert ce forum ? En discutant avec la Fondatrice qui a fait des pieds et des mains pour que mon illustre personne daigne poser un pied ici… *sbaf* à peu de choses près, c’est ça. (Aw! Ché cro génial ton concept! Pitié je veux veniiiir!) ... ahem Rolling Eyes
• Comment trouvez-vous le design de ce forum ? Pas mal, mais pour ce qu’il va rester xD
• Comment trouvez-vous l'intrigue de ce forum ? Toujours dur de juger quand on y travaille nous même.
• Avez-vous lu le Règlement ? Bon Code
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   Sam 1 Mar - 21:34

Tu sais très bien ce que j'en pense....

Fiche VALIDÉE

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~   

Revenir en haut Aller en bas
 
[HOT] & [ANGST] Nate River ~Prostitué~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voila un grand dresseur , voila Nate River !
» Aflux de prostitués dominicaines en Haïti après le séisme
» Nate Yassine Taylor || Finished
» 400000 PROSTITUÉES?DAMN!
» Nate Parker (gryf)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: Et c'est tout ? :: Musée des souvenirs-
Sauter vers: