~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tsukiyo [PROSTITUÉE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Tsukiyo [PROSTITUÉE]   Sam 15 Aoû - 2:59



.
CHIE AIZAWA // TSUKIYO



I. RP

    Elle fixait le fond de son rhum-coca avec l’impression qu’elle allait être aspirée par le mélange. Elle aurait aimé que ce soit le cas, parfois. Quitter cette ville de fous où tout le monde est logé à la même enseigne : la peur, la domination, le vice, la corruption. Son métier, à elle, c’était marchande de baise. Elle n’avait pas trop à se plaindre. Elle travaillait bien et rapportait assez d’argent à son proxénète pour qu’il lui foute la paix. Oui, elle n’était pas trop à plaindre. Elle avait sa soirée de congé, qu’elle passait au comptoir du Death Hollow, à boire rhum-coca sur rhum-coca en bougeant légèrement son corps au rythme de la musique qui passait.

    Tsukiyo avait une vie relativement calme, à Tokyo-II. Après tout, la petite brunette possédait le don de pouvoir se faire des relations un peu partout. Qui avait comme plus fidèle client le chef de l’ELTRA ? Elle. Mais elle était loin de n’être qu’une catin pour lui. A force de discussion sur l’oreiller, de mots de doux, de rires échangés, la petite prostituée avait fait de Ryû un de ses plus précieux amis… C’était un don qu’elle avait : se faire apprécier de tous.

    Alors que bien sûr, son caractère ne suivait pas. Tsukiyo était une jeune fille en fleur de l’âge. Ses clients et collègues vous le diront : elle était capricieuse, taquine, joueuse, parfois un brin hautaine, superficielle, peu concentrée sur ce qu’elle faisait, étourdie, tête en l’air… Tellement de défaut qui rendait pourtant la jeune fille humaine et attachante. Après tout, en ce monde, la brune était bien l’une des rares a ne pas être corrompue et viciée jusqu’à la moelle. On l’appréciait pour sa candeur, son naturel, son franc parler… Et d’autres petites qualités qui compensaient largement ses défauts.

    En regardant le fond de son verre, une certaine mélancolie envahie la jeune fille. Elle était connue pour ses moments d’absences, où elle se perdait dans les méandres de son passé. Un passé bien douloureux qu’elle n’avait partagé avec personne, par mesure de sécurité, tout d’abord. Après tout, quand on était une jeune héritière mafieuse sensée être décédée depuis environs cinq ans, on se faisait discret. Ainsi, elle ne nourrissait pas de grand projet et, bien que copinant avec les membres de l’ELTRA, elle n’en faisait pas partie. C’était bien trop risqué que de rester longtemps avec eux, alors que la Mafia les surveillait de bien trop près.

    La Mafia… Tsukiyo ne regrettait pas de s’être enfuie de cette organisation. Victime d’un complot dont elle ignore encore aujourd’hui l’existence, elle s’était retrouvée à fuir aussi vite que ses jambes lui permettaient au travers des ruelles colorées mais malsaine de la capitale déchue. Tout ce qu’elle savait, c’était que son frère lui avait fait promettre de ne plus jamais remettre les pieds à la mafia. Pour son bien, qu’il avait dit. Naïve petite fille, elle s’était donc tue et n’avait pas réellement cherché à comprendre. Elle n’avait qu’onze ans, après tout.

    Tout ce qu’elle savait, c’était que la grande Hitsugi-dono en avait après elle, elle était en colère, à un point tel qu’elle voulait sa mort. Tout ce qu’elle savait, c’était que Masamune, son grand-frère adoré, l’avait fait passé pour morte et l’avait aidé à s’enfuir… Il l’avait aidé, oui. Jamais il ne serait venu l’idée à Tsukiyo qu’il était le commanditaire de tout cela, jamais. Alors, docile et obéissante, elle avait « oublié ». Aizawa Chie n’existait plus. Elle n’était plus rien, qu’une ombre écrasée par le poids de l’anonymat parmi tant d’autres. Une tokyoïte lambda qui survivait comme elle pouvait dans cette ville.

    Le faible mourrait. Il fallait croire que Tsukiyo était assez puissante pour vivre en ce monde. Comment s’en était-elle sortie ? Elle se souvenait de la crinière blonde qui l’avait ramassé alors qu’elle sombrait dans l’inconscience. Du petit Akuma, ce jeune garçon innocent, qui l’avait nourri et logé, qui lui avait donné un nouveau nom… Akuma, il l’avait trouvé a onze ans quand elle, elle en avait treize. C’était un gigolo, qui faisait son métier avec application et subissait sans broncher la perversité des vieillards en manque. Akuma, c’était aussi le chouchou de Lawrence. Son petit protégé.

    C’est tout naturellement qu’il présenta sa chère grande-sœur à son proxénète. Et c’est tout naturellement que la jeune fille, en manque de tout, accepta de faire la putain pour cinq mille yens la nuit. La petite adolescente avait du succès, malgré ses formes encore juvénile et son anorexie naissante. C’était évident, de loin Tsukiyo n’était pas la plus belle prostituée de la maison close mais son avantage résidait dans son jeune age, attirant ainsi les nombreux pédophiles ou adeptes d’adolescente… Elle avait seize ans, après tout. Quel adulte n’a pas rêvé, en ce monde corrompu, de prendre violemment une jouvencelle sans que celle-ci ne hurle au viol.

    Elle survit depuis trois ans, ainsi. Et cela lui convenait très bien. Elle leva son verre, à la santé de sa maigre réussite et le bu d’une traite. Il lui faudrait peut-être rentrer chez elle, maintenant que la troisième heure matinale était passée. Elle paya la barmaid. Sachiko. Une de ses ex. Par on ne sait quel miracle elle avait réussi à garder sa relation privilégiée avec la blonde aux allures d’Européenne. Elle lui offrit un charmant sourire, se leva, prit son manteau et sortit doucement. L’air frais de la nuit artificielle la fouetta. Elle n’aimait pas le froid… Surtout lorsqu’elle était à peine vêtue d’une petite robe rouge, un simple manteau de toile sur les épaules. Elle frissonna et accéléra le pas, faisant claquer ses talons sur le sol goudronné de Tokyo-II. Il faisait nuit noire et les réverbères éclairaient mal. Une peur viscérale et injustifiée s’empara d’elle. Peut-être aurait-elle dû accepter l’invitation de cet éphèbe à la raccompagner chez elle ? Et si un Ookami l’attaquait ? Ou une simple racaille pour la détrousser du peu d’argent qu’elle possédait et la violer ensuite ? La nuit, il se passait tellement de chose horrible dans Tokyo-II…

    Elle sortit son téléphone portable et composa le premier numéro qui lui vint en tête : Ryû. Elle lui expliqua la situation, en pleine crise de panique. C’est qu’elle perdait vite son sang-froid, la jeune fille. Elle faisait la fière comme ça, prête à montrer aux hommes qu’on pouvait être une jeune fille anorexique et savoir se battre mais la nuit… La nuit, elle ne la supportait pas. Pas quand elle était seule, sur ces trottoirs malsains, angoissants. Elle s’accroupit, serrant son téléphone portable contre elle, recroquevillée. Elle attendait que Ryû vienne la chercher… Avec lui, elle se sentirait plus en sécurité.

    Peut-être aurait-elle dû appeler Akira, à la place de Ryû ? Elle se sentait étrangement mieux avec le psychopathe de l’organisation indépendantiste et anarchiste de Tokyo… Bah, qu’importe ! Elle voulait juste rentrer chez elle saine et sauve. Là, au fond de l’artère principale, elle ne venait pas d’entendre un bruit ? Un chien errant ? Un clochard ? Un voleur ? Les battements de son cœur s’accélérèrent. Puis, le moteur vrombissant d’une moto qu’elle ne connaissait que trop bien. Il était enfin arrivé. A peine s’arrêta-t-il devant elle que la jeune fille grimpa, enserra la taille de son frère de cœur comme elle le considérait. Elle été bien, ainsi. Libre et rassurée. Elle se serra un peu plus contre le chef anarchiste et fut ravie lorsque la moto reprit sa course effrénée au travers Tokyo-II. Ce soir, elle passerait probablement sa nuit avec Ryû. Elle en était heureuse. Parce que depuis toujours, il en avait fallu peu à Tsukiyo pour la satisfaire.

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.


Dernière édition par Tsukiyo le Sam 22 Aoû - 23:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Tsukiyo [PROSTITUÉE]   Sam 15 Aoû - 3:00

II. Identité
  • Nom : Aizawa.
  • Prénoms : Chie.
  • Surnom : Tsukiyo.
  • Âge : 16ans.
    • Date de naissance : 16 Décembre 2092.

III. Contexte Historique
  • Nationalité : Pure Tokyoïte.
  • Famille :
    Aizawa Matsurika : La mère de Tsukiyo était une femme hystérique, maniaco-dépressive et instable. Elle instaurait un climat d’angoisse constante dans leur demeure et, malgré tous ses efforts, la brunette n’a jamais réussi à aimer sa génitrice. Elle était bien trop autoritaire et bridait trop la petite pour qu’elle puisse ressentir quoique ce soit envers elle. C’est bien l’une des seules personnes qu’elle ne regrette pas d’avoir perdu en s’enfuyant. Cette femme ne lui manquera jamais.

    Kagamine Ren : Le père de Chie ! Patient, gentil, attentionné. Un père adorable, vraiment. Si ce n’est qu’il est corrompu et que s’il a épousé Matsurika, ce n’était que pour grimper les échelons de la Mafia dont il faisait déjà partie. Adepte des promesses en l’air, des mots doux mais cruels à la fois, Ren est un véritable manipulateur. Il a par ailleurs transmis ce gêne à son fils aîné, ainsi que l’avidité et l’envie du pouvoir… Pour Chie, il a toujours un modèle, quoique trop absent. Elle ne le connaît pas assez pour en parler clairement.

    Aizawa Masamune : Tirant tous les défauts du père, sans les qualités, Masamune est un être arrogant mais discret, assumant que peu sa bisexualité. Avide de pouvoir, il n’a pas hésité a écarté sa petite sœur de la succession pour être le favori de Hitsugi, qu’il respecte faussement. Hypocrite, Masamune a toujours été l’idole de sa petite-sœur, et cette dernière, même déchue par sa faute, lui est infiniment reconnaissante. Elle est bien naïve, la petite Chie, de croire en la bonté factice de son grand-frère.

    Aizawa Hitsugi : Hitsugi-donno, comme elle l’appelait. Sa déesse, au sens propre du terme. Hitsugi a toujours été un modèle pour la petite fille qu’était Chie et le restera probablement toujours. En son cœur, le sentiment de honte qu’elle a ressenti en décevant la puissante Marraine de la mafia refuse de partir. Hitsugi considère Chie comme une traîtresse a ordonné sa mort. Intelligente, elle sait très bien que la jeune fille est encore en vie quelque part et que Masamune a menti… Patiente, elle préfère attendre de voir comment les choses évoluent avant de rendre son jugement définitif. Chie n’est plus sa priorité, de toute manière.

    Ryû : Son meilleur ami. Son frère de cœur. Son meilleur client. Le chef de l’ELTRA s’est noué d’amitié avec la prostituée il y a de ça peu de temps, mais le voici complètement envoutée par cette sirène au charme naturel mais dévastateur… Tsukiyo estime énormément Ryû et considère ce dernier comme son meilleur ami. Elle serait totalement perdue sans lui… Leur relation est ambiguë et la jeune fille est parfaitement consciente de l’amour naissant que Ryû lui porte mais, pour sauvegarder leur relation, elle fait comme si de rien n’était…

    Akira : Quel phénomène, ce type ! Pire qu’une girouette ! Il l’aime mais la rejette, ils s’envoient des vannes à longueur de journée et Tsukiyo ne sait pas sur quel pied danser avec ce psychopathe qu’elle estime un peu trop. Cependant la brunette est l’une des rares filles à avoir réussi a pénétrer le monde et, plus encore, le cœur d’Akira. Et cette relation, elle ne la briserait pour rien au monde.

IV. Informations Complémentaires
  • Apparence Physique :
    Vous observez la femme que vous avez choisi. Pour son physique et son sourire aguicheur, naturellement. Et la voilà nue, devant vous, il n’y a rien de plus excitant que d’observer ce corps qui se rend – vend – avec un sourire candide et délicieux aux lèvres.

    Tout d’abord vous observez ses jambes. Graciles et longues, vous imaginez chacun de ses pas des entrechats. Pourtant, sa démarche féline vous prouve le contraire. Une démarche presque provocante, avec des jambes blanches et imberbes comme les siennes. Vous tendez les mains pour toucher ces cuisses qui ont l’air si douces, mais la créature de votre nuit se retourne soudainement, un sourire mutin aux lèvres, s’éloignant sensuellement de vous. Vous pouvez admirer son dos, sa chute de reins et ses fesses rebondies. Vous dessinez vaguement le contour de ses formes avec vos mains, tentant de saisir cette moitié de corps qui vous fait envie.

    Vous remontez votre regard alors que l’ingénue se retourne. Un ventre plat, maigre. On y voit presque ses côtes, unique défaut de l'adolescente. Sa poitrine est loin d’être opulente mais n’est cependant pas plate comme une adolescente de douze ans. Un bonnet moyen qui s’accorde a sa petite taille – un mètre soixante cinq maximum. Vous observez cette silhouette fine et aérienne, trop légère, qui vous échappe.

    Votre regard se porte sur son cou, pale – comme le reste de sa peau, d’ailleurs. Long et frêle. Fragile. Il serait si simple de le briser entre vos mains puissantes. Cela vous fait sourire, face à cette silhouette adolescente vous vous percevez fort, supérieur. Au dessus du cou longiligne se tient un visage en forme de cœur, des mèches de ses cheveux – coupés dans un carré maladroit – de jais se collent amoureusement à ses joues rosies. Deux perles émeraude vous fixent avec candeur – provocation. Ces grands yeux ont perdu l’éclat de la vie, ils sont ternes, et qu’en bien même une émotion passe, on dirait presque une machine. Un regard fait exprès, une provocation feinte, comme une leçon apprise par cœur qu’on mettrait à exécution jours après jours. Un sourire doux s’esquisse sur ses lèvres fines, légèrement enduites de gloss.

    L’inspection de votre femme d’une nuit est terminée. Vous souriez toujours avec perversité alors que vous vous emparez violemment du corps. Une délicate odeur de mûre enivre vos sens.

    « Vos désirs sont des ordres. »

    Murmure la prostituée. Une voix douce, un peu aigüe. Une touche de provocation dans la voix. Cette nuit, cette fille sera tout à vous, elle, ses formes, sa voix, son parfum. Vous ne regrettez pas votre choix.

  • Aime : Tsukiyo est une jeune fille pleine de vie qui aime les choses très simple. Elle est du genre à s’extasier devant la poésie que lui inspire une fleur qui éclot, à sauter de joie lorsqu’elle pourra se payer une nouvelle robe, elle aimera se balader en moto, serrant fermement la taille d’Akira lorsqu’il l’emmènera filer a travers tout Tokyo-II – et aimera encore plus s’accrocher à son cou lorsqu’il lui fait faire le voyage en Air Treck. Elle aime les petites barrettes aux motifs divers et variés, mais de préférence mignon (comme Hello Kitty et autres mascottes toutes rondes) et apprécie les matelas dur. Elle aime les jupes légères qui lui arrive un peu au dessous du genoux et la sensation du vent qui s’engouffre dans ses cheveux. Aussi étrange que ce soit, elle aime voir les ruines de Honogurai, l’obscurité de cet endroit la rendant étrangement nostalgique. Elle apprécie aller boire un coup au Death Hollow et raconter sa vie au Barmaid. Ajoutons qu’elle adorera se poster au skatepark pour voir les beaux jeunes hommes redoubler d’effort sur leur skate, vtt ou bien roller… La petite brune aime énormément de chose, toujours plus simples les unes que les autres, c’est pour cela qu’elle a souvent un sourire aux lèvres : un rien lui fait plaisir.

  • Aime pas : Tout d’abord manger. Tsukiyo est effrayée à l’idée de prendre un gramme en plus et ne supporte pas se retrouver devant la situation de manger. Elle fait son possible pour sauter les repas, s’éclipsant subtilement pour ne pas avoir à affronter les heures de repas. Elle n’aime pas les non plus les vêtements trop sombres et les Sanguinei – qui sont des clients généralement violents envers elle. Elle exècre qu’on lui parle de son passé et éludera la question avec un sourire adorable. Mais s’il y a une chose que Tsukiyo haït par-dessus tout, c’est bien le mensonge. Elle seule à le droit de mentir aux autres, l’hypocrisie, elle ne la supporte tout simplement pas. A l’inverse des choses qu’elle aime, la liste de ce que Tsukiyo déteste est assez faible, mais confronter à ces éléments, elle se montrera étrangement véhémente.

V. Autres
  • Rêve, Ambition : Tsukiyo n’aspire plus à grand-chose. Elle a compris qu’elle ne pourrait jamais retrouver sa place dans sa famille, que cette ville est corrompue jusqu’à la moelle et même l’ELTRA ou la Justice ne pourrait y changer quelque chose. Cependant, jeune fille en fleur de l’âge un peu rêveuse, elle rêve à son prince charmant, à son futur mari, au père de ses deux futurs gosses, sans voir qu’a côté d’elle, deux hommes déjà se disputent ses faveurs…
  • Cauchemar, Phobies : Se faire retrouver par les Yakuza et exécuter réellement est une peur qui la hante chaque jour. De même, la phobie de prendre un seul gramme, une seule calorie étreint ses entrailles et, anorexique, elle se fait souvent vomir pour éliminer le trop plein de poids qu’elle n’a pas. Elle a peur de perdre Ryû et Akira, ainsi que son cher Lucifel… Et, comme toutes filles qui se respectent, Tsukiyo a une peur panique des invertébrés et autres arachnides, mollusques et bestioles rampantes qui ne mériteraient pas d’exister sur terre.
  • Groupe : Prostituée.
  • Signes particuliers : Outre le fait qu’elle soit une héritière mafieuse déchue, Tsukiyo possède un petit ouroboros sur la clavicule droite.

VI. Hors Jeu
  • Pseudonyme : Miru-Chan
  • Âge : 16ans
  • Comment avez vous connu le forum ? Fondatrice FTW !
  • Comment trouvez vous le design du forum ? Étant donné que j’en suis la créatrice…
  • Comment trouvez vous l'intrigue du forum ? Elle n’est pas encore mise en place
  • Notez votre présence sur 7 : 7/7 normalement.
  • Avez vous lu le règlement ?

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
 
Tsukiyo [PROSTITUÉE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aflux de prostitués dominicaines en Haïti après le séisme
» Misaki Tsukiyo
» 400000 PROSTITUÉES?DAMN!
» Le lieutenant et la prostituée, par une belle après-midi d'hiver
» Chris Tsukiyo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: ~ { Avant de Jouer. } ~ :: Fiches de présentation :: Fiches Validées-
Sauter vers: