~ { Autopsied } ~

You • Couldn't • Ever • Fall • Lower


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eros - Confessions d'un Imbécile

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyoei Shikyuu

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2009
Localisation : Dans ton nez
Âge du personnage : 23 piges [et je t'emmerde, si c'est pas clair]
Fiche de Présentation : Ici, pipe gratuite

MessageSujet: Eros - Confessions d'un Imbécile   Sam 5 Sep - 16:49







Perde l'Espoir Provisoire - Bienvenue dans la cité de VOS envies -


{ Informations importantes [vitales ?]

Nom : Shikyuu [Utérus] – un nom qui semblait parfait pour l'adulte blond – après tout, quand on vend du sexe, n'est ce pas normal de porter jusqu'au nom de la marchandise ?
Prénom : Kyoei [Vanité]
Surnom : Eros
Age et date de naissance : 23 ans – 13 Janvier 2086


{ Dossier Confidentiel – Confession d'un imbécile

    Ma fille est née le.... août 2100, à quinze heure. Quoi ?!................ J'ai dit « MA » ? En parlant de cette gamine ?...Impossible, je ne la considère pas comme telle ; cette petite catin aux yeux larmoyants est très bien là où elle est actuellement. A présent, les seules fois où je la vois sont quand j'ouvre mon catalogue de prostituées. Page 14. Adorable gamine aux genoux écorchés, au regard teinte de mer déchaînée. J'aurai bien envie de la baiser aussi, si seulement elle n'était pas de mon sang. De mon sang. Ces mots me hantent jour après jour ; plus elle grandit, plus c'est moi qui vieillit. Neuf ans ont passé depuis le jour où elle est née. Je la hais. Je la hais cette putain qui tiraille ma culpabilité. J'avais 14 ans quand elle est née, quand sa pute de mère m'a appelée pour me dire d'une voix épuisée qu'elle avait le fruit de nos ébats entre ses bras. Je sortais à peine du seul lycée potable de bourgeois dans la capitale et je commençais à maigrir – avant tout ça, on m'appelait le « blond » et comme je suis de nature stressée, j'ai mangé...un peu trop -. Dès ma naissance, j'avais été destiné à reprendre le bordel de mes parents « Au breuvage de Ganymède » - je crois que chez nous, on est proxénète de père en fils, c'est ce que mon père m'a dit à l'époque, il racontait ça comme s'il s'agissait d'un conte – En même temps, les Hommes sont bien les créatures les plus responsables de cette ville ; regardez les femmes, elles ne sont bonnes qu'à suçer et à faire des mômes pour emmerder leur monde. Moi, j'aime les femmes que pour baiser. Je suis plutôt du genre nerveux, vous voyez ? Le type qui vous collera une balle dans la tête si vous l'énervez, j'aime bien dire que je suis un mec bad.. J'aime pas les femmes. J'aime pas la puanteur qui m'entoure..


    Before Beauty


    Et ben, j'ai baisé la mère de ma gosse, entre deux cours, pour faire bonne mesure. Si on me posait la question « Kyo, t'as d'ja baisé ? »....Et ouais, bande de cons boutonneux et puérils, moi, j'ai baisé, même si je faisais....hm....86 kgs ? Et j'en ai tiré une pas moche en plus. On avait beau se foutre de ma gueule de veau ronchon, de mes cheveux blonds, c'est quand même moi qui ai baisé le premier. Et ça, ils peuvent se le carrer là où j'le pense.. Sayo Kirenai. Minois charmant. 95 C. De la gueule et du cul. Mais j'peux vous assurer que quand elle m'a sucé dans la salle B, elle l'avait fermée, sa grande bouche rouge.
    Voilà, vous savez tout. De mon passé en tous cas. Jusqu'à là, j'avais une vie peinarde, j'étais un bon petit veau avec des lunettes et des boutons - d'accord, j'en ai honte -. Après, vous pouvez toujours vous demander comment je suis devenu beau et svelte, comme vous pouvez le voir maintenant. Parce que je suis beau, je le sais. Inutile de nier que vous me trouvez magnifique même. Enfin, j'avais peut être des raisons de devenir ainsi, des années de muscu', ça aide aussi. Et après, faut laisser faire Mère Nature. Mère Nature, mon cul ! Dans cette putain de ville, faut plus compter sur Mère Pollution.

    J'avais une mère trop calme, un père qui me foutait des coups de ceinturon lorsque je faisais une connerie. Mais ça aussi c'était pour faire bonne mesure devant ses associés quand ils venaient dîner. Quand on tient un bar à pute, on peut pas être tendre avec ses mômes, forcément. Y'a toujours un moment où on a envie de les claquer, ces petits merdeux qui courent partout ; si j'avais été à sa place, j'aurais fait pareil. Ma soeur, Eri, elle jouait avec moi, quand on était petits ; on a deux ans d'écart. C'est elle qui m'a fait ma première pipe, à douze ans. Je bandais pas bien et j'suis venu trop vite. Elle était d'une connerie insupportable. Voilà pourquoi les nanas, c'est toutes des putes. Elles sont toutes prêtes à s'allonger, du moment que vous leur filez de la thune, c'est ce qu'il faut capter quand on tient un bordel ; les Hommes ont beau être supérieurs, leur cerveau passe souvent par le bas avant de s'activer. Vous devez sûrement vous dire que j'suis pas très évolué comme type ; c'est p'têtre vrai, j'ai grandit dans un monde tellement crade et laid que c'est difficile de devenir un mec bien et instruit. J'ai arrêté le lycée à 16 ans, lorsque mon père s'est fait descendre par un caïd du quartier. La guerre des Gangs vous connaissez ?...J'ai pas envie de me faire plaindre pour ça, ce serait to-ta-le-ment inutile ; et puis, j'ai fait ma vie là dessus. J'étais parti avec mon père me battre pour le bordel – le seul truc un peu valable dans cette putain de ville - et un type a fait exploser une bombe, juste sous notre nez. Connard. C'est ce jour là que je me suis retrouvé avec une balafre sur le visage, hurlant alors que je pissais le sang sur la chaussée, incapable de marcher, ou de même me relever. J'étais aveuglé par le sang. Et le sang emplissait ma bouche. J'ai cru crever. Mais visiblement, j'ai survécu. Et ce n'était que ma première bataille pour MON territoire. MON TERRITOIRE, BORDEL .. Avant de crever, la chose agonisante qui me servait de père m'a mis un flingue entre les mains pour que je descende moi même la pute qui avait détruit ma vie de collégien et pour faire mes preuves de tueur. « occupes toi du bordel, Kyoei, et sauve l'honneur de la famille »...... « arg »


    L'ére de la jeunesse

    Ca fait...très....héritage de grand type de faire ça. Moi, ça m'a rendu très content, de sauver « l'honneur de la famille ». Je lui ai donc tiré une balle, à Sayo. Et on a foutu la môme au bordel, histoire que je me retrouve pas avec des histoires sur les bras ; et puis, c'est de la marchandise en plus, quoi. C'est tragique, je sais. Mais la seule pensée qu'elle soit encore en vie me fait frissonner de dégoût ; je hais cette gamine. On me donne souvent un bon prix pour elle, il paraît qu'elle suce bien. Comme toutes mes autres prostituées d'ailleurs ; mon père avait fait un bon bordel et j'essaye de faire de même, liant quelques contacts avec les mafieux pour leur protection, un distributeur de préservatifs, quelques tentures violettes, une ambiance sulfureuse et délabrée. C'est ça qui plaît à mes clients ; ils aiment les ambiances un peu glauques. J'ai appris à tuer tôt, à baiser aussi. Cette ville n'est pas saine, c'pas nouveau. Mais plus le temps passe, plus je m'enfonce moi aussi dans sa noirceur. J'fais mon boulot, quoi d'autre ? J'accueille les junkies qui veulent une nouvelle vie. C'est peut être parce que j'ai été mal éduqué, j'en sais rien. Mon père me disait qu'il foutait de la vodka dans mon biberon. Et ma mère, tout ce dont je me souviens, c'est de son silence. La parfaite pute soumise. Y'a que ça autour de moi, faut croire. Par sadisme, j'en aurai fait des choses ; Sayo, elle était gentille. Elle n'avait pas qu'à avoir ce gosse. Je revois encore son corps parfois, ses formes parfaites qui ondulaient devant mes yeux.....éblouis ? J'étais niais à l'époque ; je ne crois plus l'être maintenant. J'espère. Je ne suis plus facile à abuser mais je me cache. Je cache...quoi ?....parfois, j'me dis que mon meilleur ami reste mon flingue. Le seul apte à bien me protéger. Un nerveux doublé d'un imbécile, ça vous suffit ?...Non ?.....J'fais semblant, hein, si parfois j'suis lent à réagir. J'suis plutôt du genre vaniteux, un peu égocentrique. Et j'assume mes torts, c'est pas beau ça ?!...Putain de société, merde.

    J'aimerai juste...me débarrasser d'un quotidien ennuyeux. Finalement, j'fais toujours la même chose. Rentrer. Dormir. Parler. Tirer mon coup et des coups. Et musculation. Et boire, jusqu'à rouler sous la table. J'suis pas un type prudent

    La vie est belle. Ou pas. Je suis un être faible et provisoire.


||feat Mello. Death Note||


Dernière édition par Kyoei Shikyuu le Jeu 15 Oct - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoei Shikyuu

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2009
Localisation : Dans ton nez
Âge du personnage : 23 piges [et je t'emmerde, si c'est pas clair]
Fiche de Présentation : Ici, pipe gratuite

MessageSujet: Re: Eros - Confessions d'un Imbécile   Sam 5 Sep - 17:12

    { Nationalité : Japonaise
    Famille : Dans la famille Shikyuu, je demande le père, Tsumaru. L'homme de la situation. Son bordel lui avait été légué par son propre père qui l'avait reçu du père de son père, et ainsi de suite. « Au breuvage de Ganymède » [Ganymède étant le chantre des Dieux Olympiens, ainsi que l'amant de Zeus - on trouve donc dans le bordel de tout, des hommes, des femmes, des enfants, et même...la propre famille du Patron o/], boîte à rêves érotiques et macabres, était son héritage depuis des décennies ; c'est donc en toute logique qu'il le légua à son fils Kyoei, lorsqu'une balle perdue atteignit son pauvre coeur fatigué [ceci était de l'ironie, Tsumaru avait tout d'un homme en bonne santé]...Quant à la mère, Chigusa, elle se taisait. Et ça suffisait à tout le monde.. Elle était d'ailleurs la propre soeur de Tsumaru. Histoire de garder le bordel entre de bonnes mains, les membres de la dynastie Shikyuu se mariaient souvent entre eux, créant des enfants débiles et inutiles. Eri fut l'un de ceux là. Manipulable et idiote, l'adolescent n'était pas un cadeau de la nature ; elle mourut en arrivant à ses vingt ans, tué par son propre frère qui oublia presque aussitôt le meurtre qu'il avait commis. Après tout, on ne peut rien faire des fous à Tokyo II. Et Eri n'avait rien pour elle, ni beauté, ni talent. Ce n'était donc...que justice. Et il y a, pour finir...Seri, la fille de Kyoei. Prostituée par ce dernier dans son bordel, elle est de toute façon destinée à une mort certaine, puisque sans avenir.



    {Concept de Beauté


    ....Blond. C'est le mot qui définirait le mieux l'apparence du jeune homme, si on s'en tenait à ce qu'il a dans la tête. Blond et svelte, gracieux et délicatement musclé comme un chat, l'imbécile se présente plutôt bien avec son mètre soixante quinze, ses vêtements de cuir et son visage balafrée, souvenir d'un ancien combat - marque d'un adolescent blessé -


    Comment ? Vous voulez savoir à quoi j'ressemble ? Ca vous suffit pas d'm'avoir en face ?


    Le jeune homme semble habité par l'esprit du feu, il est aussi vif que "random" ; de longues mèches d'un jaune criard – que l'on peut appeler blond, lorsque quelques reflets de soleil les font scintiller - couronnent une tête pâle et féline, tombant doucement dans le creux de son cou. Le regard, teinte de marécage, reste toujours fixé sur son interlocuteur, cachant le moindre de ses doutes – qui sont parfois nombreux -, comme tous ceux des japonais, il est en amande, parfois fou, parfois sérieux. Son visage ressemble à celui d'un renard, toute en longueurs et en angles, harmonieux et androgyne. La bouche de l'imbécile est délicatement dessinée, d'un rose pâle, juste sous le nez qui semble sortir tout droit de la Grèce Antique - stéréotypé, aquilin -. Une longue balafre rose coupe l'harmonie de son visage, courant de la joue jusqu'aux racines de ses cheveux. Avec sa chevelure lisse, qu'il ébouriffe souvent pour dissimuler sa cicatrice, Kyoei a de certaines origines norvégiennes, bien que très lointaines ; il a été très longtemps moqué à cause de la teinte claire de ses mèches et de son visage un peu trop féminin. On lit parfois dans ses yeux une certaine détermination, mais cette dernière ne dure jamais longtemps. Il a juste tendance à oublier un peu trop vite les fautes qu'il commet. Son regard vert se teinte alors d'une nuance étonnée. Kyoei est ce qu'on peut appeler un imbécile heureux, puisque, en effet, il est Beau.

    Foutez moi la paix !

    L'homme qu'il est devenu est mince et souple. Alors que l'adolescent n'était qu'une boule de graisse – un peu trop hautaine -. Son corps, pâle et long, peut être comparé à celui d'un animal nerveux, prêt à fuir parfois. Kyoei est doté de bras aux muscles à peine dessinés, pour faire semblant d'être fort. En plus d'être imberbe, il possède des courbes extrêmement féminines ; des hanches bien dessinées, une nuque étroite et claire qui, lorsqu'il se penche, fait penser à une jeune femme. Bien sûr, il hait ces caractéristiques. Il fait plusieurs heures de musculation par semaine, mais en vain ; c'est comme si son corps pouvait juste maigrir, sans jamais se muscler. En contre partie, il peut manger tout ce qu'il veut, sans jamais prendre une once de graisse. Presque trop maigre, le jeune homme paraît alors anorexique et fragile. Pourtant, il y a un certain charisme malsain qui s'exhale de sa personne ; il aime commander, montrer son autorité et parfois, ses hommes s'inclinent sans discuter, impressionné par ce qui se dégage de sa voix bien masculine, elle. On a du mal à croire qu'elle sort bien de son corps androgyne, cette voix un peu trop grave. Elle est accompagnée de rictus moqueurs et assurés, l'homme étant quand même un brin cynique, frôlant de temps à autres le grotesque comique. Fils de générations dégénérées, il est vigoureux et plutôt colérique, toutes les choses qui lui arrivent se marquent sur ses traits délicats. Il s'habille dans les boutiques gothiques, de longues vestes en cuir, de pantalon, de piques, de fer, et de barbelé. Jamais vraiment de changement dans ses manies vestimentaires, il aime le noir et le cuir, et tout ce qui, dans un sens, troue sa peau. Kyoei s'est fait tatouer quelques années plus tôt d'une croix celtique sur son épaule gauche. Il garde ce tatouage comme une preuve imbécile de sa souffrance passée et à venir. Quant à ses pieds, plus les chaussures sont lourdes et bardées de fer, plus il est content. Le jeune homme est une « fashion victime » du mouvement gothique ; il en apprécie le sadisme, les teintes sombres et pourtant excentriques. Mais de sa première candeur d'enfant, il a gardé un chapelet autour du cou, juste une croix qui tape sur son torse étroit, lié par des billes rouges et noires, brillantes. Il le touche souvent, dès qu'il est perturbé, l'enroulant autour de ses longs doigts pâles. Un geste qui le rassure, dans un milieu où Dieu n'est plus être de toute première fraîcheur.

    ...

    { Aime : L'imbécile aime la vanité, l'alcool, les femmes [pour baiser], les choses un peu basiques qui peuvent faire un bonheur sorti de presque rien – comme les pluies fines ou les orages, les oeuvres d'art qu'il ne comprend pas, les livres de cuisine -, les fellations, les armes à feu, le mouvement gothique, les croix, le chocolat – aliment qu'il apprécie pour sa teneur en sucre -, la nourriture en général d'ailleurs. Kyoei est un homme simple qui n'en demande pas trop. Il aime l'argent sans aller jusqu'à la folie d'en vouloir toujours plus. Son quotidien, même ennuyeux, lui suffit amplement.
    N'aime pas : ...Les enfants. Le jaune. Les gens qui sourient trop. Sa balafre ou son passé d'enfant gras et rond. Le chocolat fondu. Le soleil. L'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoei Shikyuu

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2009
Localisation : Dans ton nez
Âge du personnage : 23 piges [et je t'emmerde, si c'est pas clair]
Fiche de Présentation : Ici, pipe gratuite

MessageSujet: Re: Eros - Confessions d'un Imbécile   Sam 5 Sep - 17:22

    { Rêve : ....Il n'en a pas. Kyoei est dénué de toute ambition, à part faire marcher son commerce. C'est pourquoi ses ardeurs sont si passagères et furtives, elles ne tiennent pas sur sa personnalité remplies de passion fugaces.
    Cauchemars : Le jeune homme craint Dieu, son père. Il a brûlé toutes les photos de ce dernier, hanté par le souvenir, qui faisait de lui un enfant terrorisé. Tsumaru apparaissait comme un ogre cruel. Et Dieu comme un Justicier sans pitié. Kyoei hait tout ce qui se rallie à cette dernière notion.
    Groupe : Proxénète
    Signe : Le tatouage sur son épaule gauche qui représente une croix entourée de barbelés sanglants. Les lunettes qu'il porte presque en permanence pour cacher sa cicatrice trop longue à son goût.


{ Hors du temps




Pseudo : Tam
Age : Majeure
Comment avez vous connu le forum ? Par l'admin elle même.
L'intrigue ? Intéressante. A développer un peu plus peut être ?

Présence : 7/7
Règles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Eros - Confessions d'un Imbécile   Mer 9 Sep - 23:46

« occupes toi du bordel, Kyoei, et sauve l'honneur de la famille »...... « arg »

J'aime bien cette phrase. Genre. De l'honneur ici, haha

Euh, pardon...

Sinon y'a un truc qui m'a chiffonné, c'est le monde de dehors. Le proxénète a, honnêtement, peu de chance de savoir qu'un monde existe dehors (il est cultivé tout ça, mais bon, l'anglais, ça reste un concept obscur pour tous les habitants de la ville, par exemple) donc... Si tu pouvais juste modifier cette phrase ? Je me ferais un plaisir de valider cette fiche de rageur plus tard.

(et j'exige d'être ta prostituée ♥)

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Kyoei Shikyuu

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2009
Localisation : Dans ton nez
Âge du personnage : 23 piges [et je t'emmerde, si c'est pas clair]
Fiche de Présentation : Ici, pipe gratuite

MessageSujet: Re: Eros - Confessions d'un Imbécile   Jeu 15 Oct - 16:37

    J'crois que c'est bon o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukiyo

avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Over the rainbow.
Fonction RPG : Mignonne petite catin
Âge du personnage : 16ans
Fiche de Présentation : ♥ God save the queen.

Registre de l'Etat
Message Perso: Il te restera toujours tes rêves pour ré-inventer ce monde que l'on t'a confisqué.
Etat civil: Célibataire
Porte-monnaie: 10 000¥

MessageSujet: Re: Eros - Confessions d'un Imbécile   Dim 18 Oct - 23:34

ALors plus rien ne retarde ta validation~

Bienvenue, bon jeu~

_________________
.
« C'est fou comme les belles choses se brisent... comme d'un rien... »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autopsied.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eros - Confessions d'un Imbécile   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eros - Confessions d'un Imbécile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allures de Leader, allures d'imbécile [Chris Tsukiyo]
» Un Imbécile reste un imbécile
» Michel Martelly n'est rien qu'un autre agent au service des usurpateurs.
» IL EST VRAIMENT STUPIDE LE PAPE BENOIT 16
» Rentre après avoir vu cet imbécile {Nathan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ { Autopsied } ~ :: ~ { Avant de Jouer. } ~ :: Fiches de présentation :: Fiches Validées-
Sauter vers: